Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les médecins privés ressortent leurs revendications
Publié dans Les ECO le 18 - 01 - 2012

La transition politique au Maroc, n'a pas eu que des retombées positives, elle a également bloqué l'avancée de nombreux dossiers dans plusieurs secteurs. C'est le cas notamment des négociations relatives à l'AMO entre les médecins, l'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM) et les organismes gestionnaires du régime (CNSS et CNOPS). «Le feuilleton s'est arrêté à la signature du mémorandum d'entente préalable, qui devait constituer le socle de relance des négociations entre ces parties», souligne Saâd Agoumi, président du collège syndical des médecins spécialistes privés. Ce mémorandum «consacre» le principe de deux conventions séparées, l'une avec les praticiens et l'autre avec les cliniques privées. Cette séparation devant permettre plus de clarté en termes d'imposition. Le mémorandum comprend aussi «la revalorisation des consultations, de la réanimation et la mise en place du partenariat public/privé». «Sur la base de ce document, nous comptons relancer les négociations avec l'ANAM, dans le cadre d'une nouvelle politique de santé, qui sera menée par le nouveau gouvernement», souligne Agoumi. Le collège syndical compte «demander l'exclusion de la consultation de la convention de base et confirmer de façon incontournable la séparation de la convention en deux». Une fois ce stade de négociations franchi, ce sera au tour des doléances spécifiques des différentes spécialités. «En attendant, la situation reste inchangée et consacre aux médecins la liberté de déterminer librement leurs honoraires», rappelle Agoumi.
Partenariat public / privé
En mai 2008, les médecins ont signé en présence du roi, avec l'ex-ministre de la Santé (Yasmina Badou), un protocole de partenariat qui engage les patriciens spécialistes privés «à aider au fonctionnement des hôpitaux», en fonction des besoins et des programmes préétablis. «Depuis, des difficultés ont entaché la mise en place de ce programme qui constitue une grande aubaine pour les malades. Les textes sont prêts ainsi que les décrets d'application», note Agoumi. À aujourd'hui, le ministère des Finances n'a toujours pas donné son aval pour ce programme.
Le Temps plein aménagé (TPA)
«La pratique du TPA a fait beaucoup de tort aux médecins du secteur privé et cause un préjudice énorme à la formation des jeunes médecins. Une situation au départ créée pour être transitoire et pour profiter à une partie bien spécifique des professeurs et selon des conditions bien déterminées», affirme Agoumi. Selon le collège syndical, la pratique se serait étendue «à la quasi-totalité des praticiens du secteur public tout en échappant à tout contrôle de l'administration responsable». Aujourd'hui, le collège syndical demande à la tutelle de trouver une solution à cette situation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.