Cadavres des Marocains décédés à l'étranger : Le ministère délégué prend en charge les frais d'inhumation    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Violences à l'égard des femmes en confinement : L'appel des associations féministes    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Al-Barid Bank se charge des paiements des bénéficiaires des aides financières    Rapatriement des corps de défunts pour être inhumés au Maroc : L'Ambassade du Maroc en France apporte des précisions    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Total Maroc plutôt pessimiste pour 2020    Des cellules de communication à la disposition des personnes autistes    Surpression des examens du bac : Pas de décision prise, mais le ministère travaille sur plusieurs scénarios    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Patrick Lowie: Autoportrait onirique    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Coronavirus : 15 nouveaux cas de guérison au Maroc, 49 au total    Coronavirus : L'administration publique accélère sa dématérialisation    Coronavirus : la banque mondiale débloque 160 milliards de dollars pour combattre la pandémie    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Edito : Bonne gestion    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    RAM: El Othmani promet des aides urgentes    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Le dernier délai pour renouveler l'assurance automobile fixé au 30 avril    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Mohamed El Youbi: On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie au Maroc    Trois inventions des étudiants de l'EMSI pour lutter contre le coronavirus    Omniprésence de l'Intérieur dans la gestion de la crise    L'économie marocaine à l'épreuve d'un choc inédit    Rummenigge : La crise va stopper l'inflation malsaine dans le foot    Une amende pour Boateng après avoir quitté Munich sans autorisation    Des communes d'El Jadida mettent la main à la pâte    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    Léa Seydoux : Pour moi, un héros ça pardonne    Un sosie d'Elvis donne un concert depuis sa fenêtre    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Coronavirus : Décès à Paris du musicien marocain Marcel Botbol    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abandon scolaire. Comment y remédier ?
Publié dans Les ECO le 01 - 04 - 2019

Le décrochage scolaire constitue aujourd'hui un problème majeur dans le système éducatif marocain. Près de 260.000 élèves ont quitté les bancs de l'école pour l'année 2017-2018, un chiffre qui a nettement régressé comparé à la même période en 2008 où 440.000 enfants ont abandonné l'éducation. Une baisse de presque 50%, qui reste à améliorer pour atteindre le défi fixé par le Maroc et mettre fin à cette problématique.
La pauvreté, l'éloignement géographique des écoles, les inégalités territoriales et régionales et la qualité de l'enseignement, le travail des enfants, le mariage précoce et le retour à l'illettrisme, plusieurs causes sont à la base de la déperdition scolaire au Maroc. La Fondation Attijariwafa bank s'est emparée du sujet, pour mettre au point les moyens déployés par les pouvoirs publics, et l'état d'avancement des projets visant à résoudre ce fléau, à travers une conférence-débat, organisée la semaine dernière sur le thème : «Abandon scolaire : comment stopper le fléau ?».
Youssef Belqasmi, secrétaire général du département de l'Education nationale au ministère de tutelle, assure "qu'à la suite d'une étude menée par le ministère pour identifier les causes réelles du fléau, les résultats ont démontré que l'éloignement et l'absence de transport scolaire constitue, 21,1%, le refus des élèves 20,3%, la pauvreté 18%, l'échec scolaire 11,5% et le refus des parents 10%. Le préscolaire a également un fort impact sur la croissance du fléau. L'accès au préscolaire, lui seul, a réduit de moitié, le taux d'abandon scolaire".
Le ministère de tutelle met ainsi plusieurs actions correctives et préventives pour combattre ce fléau. Infrastructures, transport, internat, campagnes de sensibilisation pour les parents et les enfants, des solutions mises en place pour sauver l'avenir de la jeunesse de demain.
La société civile a également joué un rôle primordial pour éradiquer l'abandon scolaire. Plusieurs programmes ont été créés par différentes associations, aidant ainsi plusieurs enfants à rejoindre l'école ou à y retourner. Ces programmes de proximité innovants comme le programme Tanouir, de l'association Kane Ya Makane, le programme Tayssir, mis en place par le ministère même, le programme Insaf pour la réinsertion scolaire des petites bonnes, ou encore le programme Aneer en faveur de la petite enfance en zone rurale et l'école numérique initiés par la Fondation Zakoura, tous des projets qui ont porté leurs fruits en sauvant et en préservant chaque année plusieurs enfants du décrochage scolaire.
"En général, 259.000 élèves abandonnent chaque année et le taux le plus important est enregistré au niveau du collège", précise Belqasmi, ajoutant que "l'abandon scolaire est une problématique mondiale, et que le Maroc a réalisé des évolutions importantes dans ce sens".
Saluant les efforts du Maroc qui est érigé comme modèle de l'éducation non-formelle dans la région Mena, Philippe Maalouf, responsable de l'éducation pour le Maghreb à l'Unesco a déclaré que "le décrochage scolaire n'est pas un phénomène qui concerne seulement le Maroc et la lutte contre ce fléau est un processus très lent qui varie d'un pays à l'autre. Les pays qui ont réussi à lutter contre ce phénomène sont ceux qui ont mis en place un processus de solutions au niveau local".
L'éducation non-formelle joue également un rôle important dans la réinsertion des enfants qui abandonnent l'école. Selon les données déclarées par le ministère, 67.400 élèves intégreront les écoles de la 2e chance au titre de la rentrée 2018-2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.