Libertés individuelles: Le CNDH défend l'expérience marocaine    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Oujda néglige le sport    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi au Maroc    Fès: L'Université Euromed entre de plain-pied dans le numérique    Préscolaire: Fahs Anjra vise l'excellence    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Rabat: le général Louarak reçoit un haut gradé pakistanais    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret relatif au régime de sécurité sociale    Inwi fait la paix avec Maroc Telecom    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadeur de Cuba exprime la volonté de son pays de renforcer ses relations avec le Maroc    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc    Le BTP poursuit ses bonnes performances    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Errachidia: ce qu'a saisi la police à bord d'une voiture    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    6 chômeurs sur 10 sont à la recherche de leur premier emploi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exercice illégal de la médecine. Dentistes et prothésistes en tension
Publié dans Les ECO le 02 - 07 - 2019

Le retard de l'entrée en vigueur de la loi 25-14 relative à l'exercice des professions de préparateur et de manipulateur des produits de santé, fait encore du bruit. Après la bataille née entre ophtalmologues et opticiens, où les médecins souhaitent enlever aux opticiens le droit de pratiquer de la réfraction, qui est un acte purement médical. Une bataille du même genre est livrée aujourd'hui entre dentistes et prothésistes, pour exercice illégal de la médecine.
Un premier communiqué publié par l'Ordre national des médecins dentistes (ONMD) vient de dénoncer des pratiques dangereuses des prothésistes, qui dépassent le cadre de leur métier, frôlant ainsi celui de la pratique médical avec la mise en danger des citoyens. "Chaque année annonce son bilan de victimes des charlatans qui, sans aucun respect des lois, mettent en danger la vie des citoyens marocains. La mort, les graves maladies, le handicap, la défiguration…semblent ne pas provoquer de remords chez ces "dentistes", mécaniciens dentaires, ingénieurs dentistes, techniciens dentistes, denturologues, arracheurs de dents, fabricants de dents…Usant de titres fallacieux et d'enseignes trompeuses, ils risquent aujourd'hui de continuer ce massacre si le projet de loi n°25-14 venait à être modifié durant son passage par la Chambre des conseillers", explique ledit-communiqué.
Contacté par LesECO, Mohamed Sdira, président de l'ONMD rappelle les limites qui recadrent les métiers de prothésistes, ou appelés communément "techniciens dentaires" et dénonce ainsi une pratique "qui se cache derrière des (supposées) conséquences sociales pour aboutir à la reconnaissance et la normalisation d'une fausse profession scientifique".
"Seul un médecin dentaire se dote des acquis nécessaires, à travers une formation étalée sur six ans pour effectuer des soins dentaires. Le prothésiste doit uniquement fabriquer des prothèses suivant la demande du dentiste. En aucun cas, un prothésiste ne doit toucher au patient", fustige Mohamed Sdira.
3.300 faux médecins exercent illégalement la médecine dentaire au Maroc, selon l'ONMD qui tire la sonnette d'alarme et appelle à une entrée en vigueur rapide de l'article 25-14, en maintenant le texte de loi tel qu'il est sans le moindre changement. Toutes les pressions exercées par les syndicats des prothèses sur la Chambre des conseillers doivent être rejetées pour protéger la santé du citoyen, explique ainsi le président de l'ONMD.
Le dossier revendicatif des dentistes a ainsi été étudié avec le ministère de tutelle, qui appuie la position des médecins et appelle à un maintien total du texte de loi qui interdirait tout exercice d'acte médical par les techniciens dentaires.
Demain, mercredi 3 juillet, se tiendra une réunion de la commission de la Chambre des conseillers pour trancher sur ce texte de loi qui stagne depuis trois ans.
"Nous essayons de trouver un terrain d'entente en attendant l'entrée en vigueur de la loi 25-14. Ceci dit la situation devrait s'améliorer prochainement et nous souhaitons ne pas être dans l'obligation de passer à la vitesse supérieure. L'intérêt du citoyen prime, il faut arrêter de retarder les prises de décisions susceptibles de sauver plusieurs patients", déclare le président de l'ONMD.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.