Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intervention fracassante de Adil Miloudi cause la suspension du Kotbi Tonight
Publié dans Les ECO le 18 - 09 - 2019

Suite à une auto-saisine de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle, le Conseil Supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) a décidé, lors de sa réunion du 17 septembre 2019, de suspendre la diffusion de l'émission Kotbi Tonight sur CHADA TV pour une durée de trois semaines, et ordonné à l'opérateur de diffuser et de donner lecture sur son antenne du communiqué relatif à la sanction, à l'heure habituelle de diffusion de ladite émission.
La décision du Conseil Supérieur, qui sera également publiée au Bulletin Officiel, est motivée par le relevé, dans l'émission du 3 juillet 2019 de l'émission Kotbi Tonight, d'un ensemble de manquements aux dispositions légales et réglementaires applicables à la communication audiovisuelle, en particulier celles relatives à la lutte contre la violence à l'égard de la femme, à l'obligation de maîtrise d'antenne et à la responsabilité éditoriale de l'opérateur, indique un communiqué du CSCA .
L'instance a ainsi considéré que les propos tenus par l'invité de l'émission, le chanteur Adil Miloudi, notamment "celui qui ne tabasse pas sa femme n'est pas un homme"
et "chacun peut faire ce qu'il veut de sa femme, la frapper, la tuer", constituent une apologie de la violence à l'égard de la femme, une incitation expresse à cette violence, présentée de manière positive comme un attribut de la virilité et une manifestation de l'affection, voire même un comportement recommandable pour la consolidation des liens conjugaux, souligne le communiqué.
Ces propos portent également atteinte à la dignité de la femme, la déshumanisent et en font un "objet de propriété" et un être soumis que l'homme peut traiter à sa guise.
Par ailleurs, poursuit le communiqué, le Conseil Supérieur a estimé que l'assertion: "la femme prend l'habitude de maltraiter et de malmener son époux" est une stigmatisation de la femme et consacre un stéréotype portant atteinte à la valeur humaine de la femme et à son rôle social.
Le Conseil Supérieur a, par ailleurs, relevé que, face au discours explicitement violent de l'invité, l'animateur de l'émission n'a pas réagi de manière ferme et résolue ; il a adopté, au contraire, un ton badin et plaisantin et laissé toute latitude à l'invité de répéter ses assertions appelant à la violence à l'égard des femmes. Ce qui représente un manquement à l'obligation de maîtrise d'antenne qui est l'un des principaux éléments constitutifs de la responsabilité éditoriale de l'opérateur.
La Haute Autorité a été récipiendaire, ultérieurement à son auto-saisine, d'un ensemble de plaintes à ce sujet provenant de personnes physiques et d'associations actives dans le domaine de la défense des droits de la femme, rappelle le Conseil.
Il est rappelé que CHADA TV a obtenu, le 14 juin 2019, l'accord du Conseil Supérieur pour l'octroi d'une licence, suivi, le 2 juillet 2019, de la signature par l'opérateur du cahier des charges qui contient un ensemble d'engagements, dont ceux relatifs à la responsabilité éditoriale de l'opérateur, à la promotion de la culture de l'égalité entre l'homme et la femme et à la lutte contre la discrimination et les stéréotypes attentatoires à la dignité de la femme, conclut le Conseil supérieur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.