PAM-PJD. Un débat qui risque de mal finir    Coronavirus: la CGEM lance un appel aux entreprises    Renault : 19.689 ventes à fin juin 2020    Le bout du nez    Durcissement à Tanger : ce qui va changer pour les entreprises    Aïd Al-Adha: voici le prix du mouton cette année (VIDEOS)    Coronavirus : plus de 13 millions de cas déclarés dans le monde    Kénitra : Sauvons les cigognes !    Aïd Al-Adha : Les préparatifs dans le respect des exigences sanitaires    Tourisme : 16 milliards de DH pour relancer le secteur    Urbanisme. La destruction du patrimoine se poursuit    Coronavirus : les autocars bientôt autorisés à transporter jusqu'à 75% de leur capacité    L'Espagne opère des reconfinement locaux en s'appuyant sur la Loi (video)    Bac 2020. Massar, le serveur est une tombe    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 84 nouveaux cas, 16.181 au total    La deuxième Chambre est dominée par l'opposition : Le PLFR à l'épreuve du feu des conseillers    Nouveau modèle de développement : Voici les premières conclusions de la CSMD    Covid-19: ce qu'il faut retenir de la réunion Laftit/CGEM    Chelsea. Une victoire signée Giroud    Syndrome de Tanger    Explications    Espagne: Arrestation de deux présumés terroristes algériens    La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Fête du Trône : Report des cérémonies et des festivités    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La Turquie et le monde arabe    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intervention fracassante de Adil Miloudi cause la suspension du Kotbi Tonight
Publié dans Les ECO le 18 - 09 - 2019

Suite à une auto-saisine de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle, le Conseil Supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) a décidé, lors de sa réunion du 17 septembre 2019, de suspendre la diffusion de l'émission Kotbi Tonight sur CHADA TV pour une durée de trois semaines, et ordonné à l'opérateur de diffuser et de donner lecture sur son antenne du communiqué relatif à la sanction, à l'heure habituelle de diffusion de ladite émission.
La décision du Conseil Supérieur, qui sera également publiée au Bulletin Officiel, est motivée par le relevé, dans l'émission du 3 juillet 2019 de l'émission Kotbi Tonight, d'un ensemble de manquements aux dispositions légales et réglementaires applicables à la communication audiovisuelle, en particulier celles relatives à la lutte contre la violence à l'égard de la femme, à l'obligation de maîtrise d'antenne et à la responsabilité éditoriale de l'opérateur, indique un communiqué du CSCA .
L'instance a ainsi considéré que les propos tenus par l'invité de l'émission, le chanteur Adil Miloudi, notamment "celui qui ne tabasse pas sa femme n'est pas un homme"
et "chacun peut faire ce qu'il veut de sa femme, la frapper, la tuer", constituent une apologie de la violence à l'égard de la femme, une incitation expresse à cette violence, présentée de manière positive comme un attribut de la virilité et une manifestation de l'affection, voire même un comportement recommandable pour la consolidation des liens conjugaux, souligne le communiqué.
Ces propos portent également atteinte à la dignité de la femme, la déshumanisent et en font un "objet de propriété" et un être soumis que l'homme peut traiter à sa guise.
Par ailleurs, poursuit le communiqué, le Conseil Supérieur a estimé que l'assertion: "la femme prend l'habitude de maltraiter et de malmener son époux" est une stigmatisation de la femme et consacre un stéréotype portant atteinte à la valeur humaine de la femme et à son rôle social.
Le Conseil Supérieur a, par ailleurs, relevé que, face au discours explicitement violent de l'invité, l'animateur de l'émission n'a pas réagi de manière ferme et résolue ; il a adopté, au contraire, un ton badin et plaisantin et laissé toute latitude à l'invité de répéter ses assertions appelant à la violence à l'égard des femmes. Ce qui représente un manquement à l'obligation de maîtrise d'antenne qui est l'un des principaux éléments constitutifs de la responsabilité éditoriale de l'opérateur.
La Haute Autorité a été récipiendaire, ultérieurement à son auto-saisine, d'un ensemble de plaintes à ce sujet provenant de personnes physiques et d'associations actives dans le domaine de la défense des droits de la femme, rappelle le Conseil.
Il est rappelé que CHADA TV a obtenu, le 14 juin 2019, l'accord du Conseil Supérieur pour l'octroi d'une licence, suivi, le 2 juillet 2019, de la signature par l'opérateur du cahier des charges qui contient un ensemble d'engagements, dont ceux relatifs à la responsabilité éditoriale de l'opérateur, à la promotion de la culture de l'égalité entre l'homme et la femme et à la lutte contre la discrimination et les stéréotypes attentatoires à la dignité de la femme, conclut le Conseil supérieur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.