Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Financement. La BAD se réoriente vers le social et la régionalisation
Publié dans Les ECO le 27 - 09 - 2019


Page 1 sur 2
Suite à un échange de haut niveau avec le gouvernement, l'institution financière panafricaine soutiendra plus l'auto-entrepreneuriat, la formation et les projets à forte connotation sociale. La Banque est satisfaite de ses projets menés au Maroc sur les 10 dernières années totalisant un financement de 3 milliards de dollars.
La Banque africaine de développement va entamer une réorientation de ses opérations au Maroc en se focalisant sur deux principaux aspects. Le premier a trait au développement social à travers l'encouragement de la formation professionnelle, l'auto-entrepreneuriat et la création d'emplois. Le second concerne l'appui à la régionalisation avancée pour un développement économique local intégré.
Pour Leïla Farah Mokaddem, représentante de la BAD au Maroc, il s'agit de trouver des niches de développement au niveau régional. La responsable intervenait hier à Rabat lors d'un point de presse consacré à la présentation de la revue d'évaluation des projets de la banque sur les 10 dernières années au Maroc. Dans le cadre de cette nouvelle génération de mesures, la BAD a lancé il y a quelques mois une opération pilote en faveur de l'auto-entrepreneuriat, baptisée Souk Attanmia, sous forme d'un don au profit des startups. Le coup d'envoi a été donné dans la région de Guelmim avec une dizaine de candidats.
En gros, l'institution financière panafricaine est désormais à l'écoute du gouvernement à travers un dialogue de haut niveau qui a permis de dégager les priorités sur lesquelles la banque se penche désormais. Mokaddem a indiqué à ce propos qu'une étude sur le renforcement de capacité dans le domaine social a été présentée au gouvernement. L'engagement de la banque dépasse l'aspect financier pour accompagner les réformes et le développement du pays.
Dans cet esprit, la BAD a signé une convention avec la Commission nationale de la commande publique qui, selon Mokaddem, est une structure qui renforce la transparence en matière d'octroi des marchés. L'autre convention qui renseigne sur la nouvelle inflexion de la BAD en faveur du secteur privé a été signée avec la CGEM pour accompagner les entreprises qui veulent investir en Afrique. Quid alors de l'évaluation de l'action de la banque au Maroc et son impact sur le niveau de vie de la population ? Sans hésiter, Mokaddem qualifie l'évaluation d'excellente et l'exécution des projets de très bonne.
Contrairement à d'autres pays sur le continent, il y a zéro projet à risque au Maroc tandis que l'utilisation des ressources déployées est largement au top du classement avec un taux de décaissement qui a évolué de 36% en 2009 à 64% en 2018. La qualité des projets financés est irréprochable comme en atteste le nouvel Aéroport de Marrakech qui constitue une fierté aussi bien pour le Maroc que pour la banque. À fin septembre, le portefeuille actif de la Banque au Maroc était composé de 35 opérations totalisant 3 milliards de dollars d'engagement. Ce qui fait du royaume le premier client de la banque. Les engagements sont répartis dans les secteurs de l'énergie (31,5%), des transports (19,8%), de l'eau et de l'assainissement (15,5%), des opérations multisectorielles et de développement social (12,7%), le secteur privé (11,2%) et l'agriculture (9,4%). Quant au montant des approbations annuelles, il est passé de 607 millions d'euros en 2009 à 733 millions d'euros en 2018. Grosso modo, depuis le début de son partenariat avec le Maroc, il y a presque un demi-siècle, la banque a financé 170 projets pour un engagement financier de 10 milliards de dollars. Outre l'aspect financier, la banque a contribué à l'amélioration de la gestion budgétaire et financière du pays, la transparence et la responsabilisation dans le secteur public ainsi que des systèmes de passation des marchés. Toutefois, la Banque attire l'attention sur le fait que la croissance du pays reste en-deçà du niveau escompté car étant aussi dépendante des humeurs du ciel. Elle a également pointé le curseur sur le chômage des jeunes qui reste très élevé ainsi que le manque de filets de récupération comme la formation professionnelle.
* Précédent
* Suivant


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.