Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix Nobel de la paix. Ce qui attend Abiy après la réconciliation avec l'Erythrée
Publié dans Les ECO le 15 - 10 - 2019

Le Premier ministre éthiopien doit agir sur deux fronts, celui du développement interne et celui du raffermissement de la paix. À 43 ans, il est présenté comme un modèle de leader jeune et confiant dans ses capacités.
Abiy Ahmed est l'archétype du leader dont l'Afrique a besoin pour ressouder ses plaies. Un an et demi seulement après son arrivée au pouvoir, en avril 2018, le premier ministre éthiopien a réussi ce que ses prédécesseurs ne pouvaient rêver accomplir, à savoir réconcilier l'Ethiopie avec l'Erythrée. Les deux pays se sont livrés une guerre, entre 1998 et 2000, lourde de conséquences en pertes humaines, des dizaines d'hommes ont été tués ou blessés mais dont l'enjeu portait sur un changement mineur de frontières dans des zones désertiques quasi-inhabitées. Il aura fallu beaucoup de courage et de maîtrise de soi pour que le jeune dirigeant éthiopien réussisse à tourner la page dans une région (la Corne de l'Afrique) en ébullition. Un engagement qui n'a pas tardé à payer, vendredi 11 octobre, lorsque le comité Nobel norvégien à Oslo a décerné le Prix Nobel de la paix 2019 à Abiy Ahmed. Ce dernier a-t-il mérité sa médaille d'or et un chèque de 9 millions de couronnes suédoises (830.000 euros) ? En tout cas, les opinions semblent être unanimes en sa faveur.
À commencer par la présidente du Comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen, qui a souligné que cette consécration récompense le Premier ministre éthiopien pour ses efforts en faveur de la paix et de la coopération internationale, particulièrement son action pour mettre fin au conflit frontalier avec l'Erythrée. Justement, durant ses années de protestations anti-gouvernement, Abiy Ahmed n'a eu de cesse de pousser vers un compromis qui enterrerait la hache de guerre avec l'Erythrée qui, faut-il le signaler, est une ancienne province éthiopienne. Son lobbying a vite donné ses fruits puisque quelques mois seulement après son accès au pouvoir, il a entériné la tant attendue réconciliation lors d'une rencontre qualifiée de historique, le 9 juillet 2018 à Asmara, capitale érythréenne, mettant ainsi fin avec le président érythréen Issaias Afwerki à 20 ans d'état de guerre. À 43 ans, le premier ministre éthiopien, plus jeune dirigeant africain, est aux prises avec des tensions inter-ethniques dans un pays qui compte plus de 110 millions d'habitants. À plus forte raison que des élections législatives sont prévues en mai 2020 avec leur lot de compétition entre les différentes sensibilités politiques en place. Mais Abiy est un fédérateur né. Issu d'une famille pauvre, il a su conquérir les cœurs en parlant le langage du peuple, reflétant son aspiration à la stabilité et au progrès.
Pour Antonio Guterres, SG de l'ONU, le leadership d'Abiy est un exemple pour les pays d'Afrique qui veulent tourner la page et privilégient l'intérêt commun. Fort de ce prix Nobel, le Premier ministre éthiopien repartira ragaillardi pour finir ce qu'il a commencé sur deux fronts différents. Le premier concerne la finalisation de la paix avec le voisin érythréen en travaillant sur la réouverture de la frontière et la signature d'accords commerciaux. Car, il faut le préciser, l'Ethiopie se trouve aujourd'hui coupée des ports érythréens. Le second porte sur le raffermissement de l'union nationale dans le cadre du fédéralisme. Dès sa prise des manettes, Abiy a lancé des signaux anti-autoritarisme, libérant des milliers de prisonniers politiques. Il a mis en place une Commission de réconciliation nationale tout en accordant une plus grande liberté en matière d'action politique. Son prochain défi : réussir des élections libres en mai prochain en commençant par atténuer l'impact des guerres intestines que plusieurs communautés se livrent au sein du pays. Prise dans l'étau de la pauvreté et des revendications autonomistes, l'Ethiopie est pourtant un pays riche en capacités naturelles et humaines que le nouveau leader veut mettre à profit. Après l'action politique, l'enjeu économique peut être un facteur d'unité autour d'un projet de développement pour ce grand pays. Formé aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, Abiy a été cadre technique spécialiste en cybersécurité au sein des services de renseignement. En 2009, il fonde l'Agence nationale de sécurité des réseaux d'information, dont il sera le directeur jusqu'en 2012.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.