Entretien téléphonique entre Bourita et son homologue mauritanien    Maroc-Israël-USA : Un nouvel « Ordre régional » se dessine    Coupe du monde de futsal : Le Maroc et le Portugal se neutralisent (3-3)    LDC de la CAF : Le Raja face LPRC Oilers du Liberia, le WAC défiera les Ghanéens de Hearts of Oak    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    Mesures restrictives : Azeddine Ibrahimi plaide pour l'allègement    Bourse: Les comptes de Lydec retrouvent des couleurs au premier semestre 2021    Tarik Kadiri de l'Istiqlal prend la tête du conseil communal de Berrechid    Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Naoufal El Heziti élu président    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Angleterre : Liverpool passe devant, Manchester City cale    La Jeunesse sportive Salmi continue sur sa lancée!    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Oslo World Music. Un festival utopique!
Publié dans Les ECO le 04 - 11 - 2019

La 26e édition du Festival Oslo World a su tenir toutes ses promesses du 29 octobre au 3 novembre. Sur la thématique de l'Utopie, des musiciens du monde entier, de l'Asie à l'Afrique en passant par l'Amérique latine, ont donné leur version du bonheur et du vivre-ensemble via la musique. Le tout, avec un beau focus sur le Maroc.
Les basses températures du Grand Nord n'auront pas eu raison de la chaleur humaine et des belles valeurs de l'Oslo Word Festival, rendez-vous aussi fascinant que nécessaire dirigé par Alexandra Archetti Stølen et ses bénévoles. Un festival à taille humaine parti à la conquête du monde puisqu'il fait venir des artistes de renom, la nouvelle scène prometteuse et des professionnels du monde entier afin de leur permettre de se rencontrer et de débattre les problématiques qui dérangent ou qui fédèrent. Du 29 octobre au 3 novembre, le festival a donné une belle leçon d'humanité à un monde à plusieurs vitesses.
Le Maroc et sa richesse musicale
Le 31 octobre à Oslo, il était question de musiques gnaoua, amazigh et de la Aïta avec un panel d'intervenants connus et reconnus tel que Brahim El Mazned de Visa for Music, Timitar et Momex, Hicham Bahou de l'Boulevard et Boultek, et Vincent Thomas le batteur et manager de Gabacho Maroc, groupe qui mêle sonorités tagnaouites et Jazz. Un séminaire qui a commencé par un focus sur la musicienne Asmaa Hamzaoui, première femme à porter le guembri et à fonder un groupe 100% féminin de musique gnaoua: Bnat Timbouktou. Un échange qui a commencé en arabe, traduit en anglais, devant une audience fascinée par le parcours de la jeune Casablancaise tout juste âgée de 21 ans. «C'est mon père, Maâlem Rachid Hamzaoui, qui a eu le courage de me transmettre son instrument alors qu'il se transmet de père en fils généralement», confie Asmaa Hamzaoui. «Il m'a toujours considérée comme l'égale de l'homme. Pour lui, il n'y a aucune différence entre un homme et une femme», continue la musicienne qui vient de sortir un nouvel album et qui commence sa conquête du monde. Tout le monde s'arrache cette jeune féministe qui défie les codes et les tabous d'une musique ancestrale et patriarcale. «Les grands musiciens respectent, ceux qui sont dérangés par tout cela sont l'entourage lointain, pas très important. Je n'ai rien à faire de tout ça, je trace mon chemin. Eux parlent, moi j'avance!», continue celle qui donne une belle leçon au monde, avant de l'envoûter de sa voix profonde. Après avoir parlé de l'évolution de la culture tagnaouite, il était question de parler de tout cet héritage qui tend à disparaître. Si les Gnaouas ont été sauvé par le festival il y a 20 ans de cela, qu'en est-il de la Aïta ou de la musique amazigh? «Il y a une redécouverte de cette musique qu'on a longtemps occultée, de laquelle on avait honte puisqu'elle était loin de cette «occidentalisation» que la société a vécue», confie Hicham Bahou, qui voit un intérêt des groupes pour les musiques populaires à travers les groupes qui défilent à l'Boulevard. Brahim El Mazned, de Visa For Music, est du même avis. En travaillant sur l'anthologie de la Aïta, en fédérant les anciens, en enregistrant en 10 tomes les 7 différentes familles de «Aïout» qui existent, il signe un livre d'histoire des plus précieux. «Ces musiciens n'ont pas la culture des festivals ou des studios, il leur faut un accompagnement. Nous avons une richesses inouïe que nous n'exploitons pas. La Aïta est plus qu'une musique de mariage, c'est un patrimoine». Quant à Vincent Thomas, Français qui tombe amoureux de la musique gnaoua et qui décide d'en faire un projet métissé, il parle du problème de mobilité et de visas qui empêche de faire voyager les traditions et de leur donner de la visibilité. «On a travaillé pendant deux ans avec des musiciens d'El Jadida, on a mis en place le projet ensemble. Est venu le temps de la tournée: on a demandé les visas, on n'a eu que des refus», explique le musicien outré, qui explique qu'il a tout fait pour monter les dossiers correctement. «On a dû faire appel à des musiciens européens d'origine marocaine pour les remplacer, c'est absurde et cruel», confie le musicien et manager. Une situation qui a touché l'audience. Problèmes de visas, mobilité réduite due aux coûts des billets d'avions Sud-Sud qui empêche l'Afrique de voir ses richesses se déplacer. Un tout qui bloque la créativité et la transmission d'un héritage musical hors du commun, qui a tend à disparaître à une vitesse alarmante.
Ouverture sur le monde malgré tout
À défaut de pouvoir voyager Oslo ramène un bout de monde en Norvège histoire de se rencontrer, d'échanger, de mieux se connaître. La nouvelle scène Hip-Hop/Electro du Brésil, le Fado, le Flamenco moderne, les sonorités 70's/80's made in Japan, les musiques traditionnelles indigènes, asiatiques ou norvégiennes, les rythmes d'Afrique du Sud, la musique hassanie... la programmation est aussi éclectique que colorée. Quand Sylvia Perez Cruz, munie de sa guitare, envoûte la scène avec une voix entre le lyrique, le Blues et le Flamenco, chantant en castillan, catalan, portugais, anglais ou français, Sarah Correia reprend les classiques du Fado à sa manière depuis une église telle un ange de la musique traditionnelle portugaise. Le guitariste touareg nigérien Bombino a envoûté le Cosmopolite avec sa formation, et une scène plus intimiste avec une version acoustique à couper le souffle. Le Brésil a brillé avec le duo irrésistible Hip-Hop/Electro Craca e Dani Nega, l'âme de Cesaria Evora a survolé Oslo avec un hommage d'Elida Almeida, Lura, Nancy Vieira et Lucibela, quatre magnifiques musiciennes du Cap-Vert, avant que Beirut and Beyond, le festival libanais d'Amani Semaan, ne dévoile un avant-goût de sa programmation avec les Marocains N3rdistan, qui jouent depuis cet Etat aussi utopique qu'indépendant où «les mots ont valeur d'actes et où la vérité est arme fatale» formé par le duo Walid Ben Selim-Widad Brocos. En plus de ces beaux moments de musique, le festival est ponctué par des moments d'échange et de débats. Un rendez-vous qui défend les belles valeurs de la musique, où tout le monde est logé à la même enseigne, où le public, les professionnels et les musiciens ne font qu'un. Une 26e édition des plus réussies qui pourrait donner de belles leçons sur la notion de l'utopie au monde entier. À l'année prochaine…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.