Dakhla, capitale de l'intelligentsia africaine?    48es Assises de la presse francophone: Quand «l'empire des émotions» submerge l'information    Crise du PAM: Une réunion décisive cette semaine    Crowdfunding immobilier: Un business model "freemium"    PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9    Engie réorganise son activité au Maroc    L'OMC paralysée par Trump    Présidentielle algérienne: La diaspora vote sous tension en France    48es Assises de la presse francophone: Au pays de Roger Milla, de Manu Dibango et de «l'Afrique en miniature»    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Aéronautique: Karim Cheikh réélu président du GIMAS    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    S.M le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football    Rude épreuve tétouanaise pour le Raja    La Finlandaise Sanna Marin Plus jeune chef de gouvernement de la planète    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    Des taux désespérément effarants    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Accusée d'"irrespect envers le drapeau national", Oum fait une mise au point    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    Le Maroc classé en dessous de la Palestine    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zineb El Rhazoui, la marocaine qui "divise" en France
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2019

Elle a fait de la provocation sa marque de fabrique et malgré ses nombreux dérapages et condamnations les interventions de Zineb El Rhazoui sont encore quémandées et divisent l'opinion publique française. Zineb continue d'enflammer le débat sur l'islam en France ce qui lui a valu d'être placée sous protection policière permanente.
Née à Casablanca, Zineb El Rhazoui poursuit un parcours scolaire normal et après avoir obtenu son baccalauréat à Casablanca, elle part étudier en France à l'université Panthéon Sorbonne, en licence de langues arabe et anglaise, puis à l'université Sorbonne Nouvelle, elle obtient une maîtrise en langues étrangères appliquées avant d'étudier la sociologie des religions.
En 2013, elle rejoint l'hebdomadaire, Charlie Hebdo, où elle écrit sur le thème des religions, elle échappe aux attentats perpétrés contre le siège de l'hebdomadaire, alors qu'elle était, par un heureux hasard, en vacances à Casablanca. Aujourd'hui, Zineb El Rhazoui contribue régulièrement au débat qui enflamme la France sur la laïcité et l'interdiction de signes ostentatoires dans la sphère publique et ne se fait pas que des amis.
En ce qui concerne le débat sur l'islam de France, la journaliste définit clairement sa position: «L'islam tant que c'est une spiritualité individuelle il est évidemment compatible, sa présence en France ne menacerait en rien la république, mais à partir du moment où l'islam, ou n'importe quelle autre religion, commencerait à avoir des revendications politiques, évidemment qu'il est incompatible avec les valeurs de la république (...) il faut faire le lien entre le terrorisme et l'idéologie qui le produit».
La journaliste d'origine marocaine se définit également écrivaine militante laïque, féministe engagée contre «l'emprise islamiste dans la sphère publique» depuis elle est placée sous protection policière. Aujourd'hui, Zineb El Rhazoui est de nouveau la cible de nouvelles menaces de mort, qui ne s'étaient pas arrêtées depuis 2005.
Se prononçant sur la question du voile, qui alimente les débats, elle pense que «le voile est un choix pour le fondamentalisme, nous sommes en démocratie (...) ces femmes-là elles sont soumises à l'ensemble des mêmes lois que les citoyens français, c'est nous qui leur demandons de laisser nos écoles tranquilles et de laisser nos services publics tranquilles et de remercier la république laïque française qui leur permet en tant que musulmanes de pratiquer leur culte librement en France».
Plus grave, elle n'hésite pas à saisir la provocation en évoquant la mère d'une des victimes de Mohamed Merah, la Marocaine Latifa Ibn Ziaten dont le fils a été assassiné le 11 mars 2012 à Toulouse. «Je ne souhaiterais pas qu'elle utilise l'argent public que l'Etat lui alloue pour faire la promotion du voile car cela s'appellerait du prosélytisme», a-t-elle déclaré avant de poursuivre que «lorsqu'elle essaie de normaliser le voile dans le débat , il ne faut pas oublier que le voile est un symbole sexiste qui considère les messieurs comme des espèces de gorilles lubriques incapables de retenir leurs ardeurs à la vue d'une mèche de cheveux (...) moi je n'ai pas du tout cette vision-là de la société, j'estime que nous pouvons nous respecter sans ce bout de tissu, le voile signifie que la femme est un corps impur, c'est un outil d'infériorisation de la femme et de réification de la femme, d'une pratique orthodoxe de la religion».
Malgré ses nombreux dérapages, les interventions de la journaliste sont très sollicitées par les médias, qui cherche du "buzz" dans une France, ou le débat sur le voile fait fureur. Le 5 novembre, dans l'émission «L'heure des pros», elle intervenait dans un débat autour des violences urbaines en banlieue parisienne, dans ce sens elle a appelé la police à tirer à balles réelles, «il faut que la police tire à balles réelles sur la racaille, la police américaine aurait tiré à balles réelles», malgré la mise en garde du journaliste, elle est restée sur sa position " il faut rétorquer immédiatement en cas de danger (...) lorsqu'on a 100 personnes qui ne sont pas des manifestants, pour moi c'est une milice, les manifestants sont par exemple les gilets jaunes, dans le cas d'une milice concertée qui à une date précise se donne rendez-vous pour casser du flic là je pense que la police doit pouvoir avoir recours à la légitime défense".
Provocant un déferlement d'indignation, ces propos n'ont pas laissé indifférent le rappeur Booba qui n'a pas pour habitude de se prononcer sur la politique française, il a réagit et appelé ses 4 millions de followers sur Instagram à punir la journaliste. «Pourrissez la vie à cette**** ****», «si vous voulez la paix, foutez leur la paix», une réponse qui n'a pas plu à la Marocaine qui a directement saisie la justice.
Le cas de Zineb El Rhazoui soulève des interrogations quant à la nature de ses sollicitations par les médias. "Elle n'est pas véritablement concernée par ce débat, et le choix de l'inviter pour alimenter ce débat peut soulever des interrogations quant à la nature de ses interventions. Zineb n'apporte pas de réponses pertinentes aux problématiques liées à l'Islam mais ne fait que surenchérir le débat sur l'islam de France" commentent plusieurs internautes sur les pages des dits-médias.
"Pourquoi donner la voix à cette femme pour défendre un sujet sensible qui préoccupe des milliers de musulman(e)s en France, alors qu'elle se revendique athée ? Ses interventions font d'elle la porte-parole de partis d'extrême droite islamophobes, et les nombreuses plaintes et menaces de mort ne freinent pas les médias à solliciter ses interventions dans des débats déjà houleux" pensent d'autres.
Ce qui est sur, c'est que ses interventions n'apporteront aucune matière susceptible d'apporter une évolution effective sur le débat sur l'Islam de France. Certains voient que son comportement incarne le complexe de l'immigrée africaine idéalement intégrée dans la société française. Ses sorties font fantasmer les islamophobes, qui appellent quotidiennement à interdire le port du voile et jouent sur la peur pour balayer les présence musulmane en France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.