Résolution du PE: un eurodéputé prend la défense du Maroc    Benmoussa devant les diplomates: mais où sont passés les ambassadeurs d'Espagne et d'Allemagne?    Charte des services publics: le projet de loi adopté à l'unanimité par la 2ème Chambre    Marhaba 2021: les premiers MRE débarquent à Ouarzazate !    La Bourse de Casablanca finit en repli    Les coulisses de la visite d'Ismaël Haniyeh au Maroc    Israël lance une page Facebook dédiée au Maroc (PHOTO)    Euro 2020: les chances de qualification de la Turquie compromises (VIDEO)    Sergio Ramos quitte le Real Madrid    Yassine Bounou dans le viseur de trois clubs anglais    Maroc/Covid-19: le nombre de personnes complètement vaccinées à ce jour    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Nordin Amrabat : "Il y a un certain intérêt de clubs de laLiga"    Botola Pro D1 :Le programme de la 22e journée    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Profonds désaccords et faibles attentes    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Services juridiques à distance: lancement d'une nouvelle plateforme au profit des MRE    Averses orageuses localement fortes durant 48 heures dans plusieurs provinces marocaines    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Maroc et la Serbie dans une approche tridimensionnelle pour l'Afrique, dit El Malki    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«On a toujours tendance à associer la harira au rire»
Publié dans Les ECO le 17 - 08 - 2010


Mohamed Abderrahman Tazi,
Réalisateur et ancien directeur de la production à 2M
Les Echos quotidien : Votre dernier téléfilm, Al Makina, sera diffusé demain sur 2M. Pourquoi ce timing?
Mohamed Abderrahman Tazi : En fait, je réalise un téléfilm par an pour 2M. Un peu comme le forgeron qui essaie de ne pas perdre la main. Dans mon cas, c'est la proximité avec le public que je ne veux pas perdre, d'autant plus que, dans ce genre de film, il y a un rapport différent avec le spectateur que celui du cinéma, où il paie son billet. Ici c'est la télévision qui s'introduit dans les foyers, elle va vers le public.
Qu'est ce qui vous a intéressé dans le scénario de Hassan Foutta ?
Le concept m'a beaucoup plu. C'est celui d'un couple marrakchi qui remporte un séjour de 48h à Agadir. C'est une histoire simple, qui peut arriver à n'importe qui. Ce que je trouvais surtout intéressant c'était l'idée de projeter un couple de classe très moyenne au milieu d'un grand palace avec toutes les situations comiques que cela laisse imaginer. Ce sont d'ailleurs des situations à travers lesquelles beaucoup de Marocains pourront se reconnaître.
Quelle était votre principale difficulté lors du tournage ?
C'est ma première expérience avec ces comédiens. Ce sont des acteurs qui ont déjà excellé dans le théâtre, la sitcom, dans des rôles définis ou ce que j'appelle les productions ramadanesques. La principale difficulté était d'arriver à les amener à partager ma vision de la situation comique. Pendant les premiers jours du tournage, je ne cessais de répéter : Soft ! Soft ! Sinon pendant les trois semaines de tournage, nous avons travaillé en équipe. Je tiens toujours à être à l'aise pour faire de la création.
Des projets en perspective ?
Je viens de finaliser une mini-série destinée à la télévision. En fait, il s'agit d'une suite aux aventures de Houssain et Safia, les deux héros de Rass Lamhaïne entre autres. En six à dix épisodes, je poursuis les tribulations des ces deux personnages qui seront interprétés par Rachid El Ouali et Samia Akariou. Sinon, le
Centre cinématographique marocain vient récemment de m'accorder une aide à la production pour mon prochain film, Al Bayra : une jeune femme, indépendante financièrement, qui préoccupe ses parents, cherchant absolument à la caser. Il s'agit encore une fois d'une comédie, un peu dans le même esprit qu'À la recherche du mari de ma femme ou Lalla Hobbi. Je joue sur les références sociales. L'idée est de faire rire les Marocains en leur donnant une image réaliste et comique de notre propre réalité.
Une idée sur le casting ?
J'ai quelques noms en tête, mais je préfère attendre la fin du mois de ramadan pour me prononcer.
C'est pour moi l'occasion de voir pratiquement tous les comédiens à l'œuvre. Je vais donc surveiller de près ce qui se fera pendant ce mois.
Justement, en tant que télespectateur, que pensez-vous de la production audiovisuelle nationale ?
Premier constat, c'est qu'il y a eu un gros progrès aussi bien à Al Oula qu'à 2M, au niveau de l'organisation. Les chaînes n'ont pas attendu deux ou trois mois avant ramadan pour penser à leurs nouvelles grilles. Par contre, on a toujours tendance à penser qu'avec la harira on doit rire.
Mais pas avec du burlesque !
À mon avis, il faudrait plutôt penser à des programmes continus sur l'année avec des spécificités pendant le mois sacré. Or, il semble que les chaînes programment spécialement pour ce mois. C'est entre autre à cause de la publicité. Mais ce n'est pas à la publicité de décider, il faut au contraire respecter le public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.