Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'AFD à la rescousse
Publié dans Les ECO le 12 - 03 - 2012

La récente visite d'Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères et européennes, ne pouvait pas être plus utile pour le secteur agricole, surtout en pareille conjoncture. L'Agence française de développement (AFD) vient en effet d'accorder au Maroc un prêt concessionnel de 50 millions d'euros, accompagné d'une subvention de 300.000 euros destinée au Plan Maroc Vert. Officiellement, ces deux financements concernent l'agriculture solidaire et familiale dans les zones les plus défavorisées, notamment la région nord du Maroc, dans le cadre du programme d'appui au Pilier II du Plan Maroc Vert (PAPMV). «Ces financements visent ainsi les projets productifs et les groupements de producteurs dans leurs démarches pour la commercialisation de leurs produits», selon les déclarations à la presse du directeur au Maroc de l'AFD, Joël Daligault. Ces aides devraient essentiellement bénéficier aux petits agriculteurs dans les régions de Tanger-Tétouan, Fès-Boulemane et Taza-Al Hoceïma-Taounate. Elles visent également à l'amélioration du revenu des exploitations familiales des zones défavorisées à travers le financement de projets productifs (production, transformation) et l'accompagnement des groupements de producteurs qui en sont promoteurs. Ces projets concernent notamment la construction et l'équipement d'unités laitières, la plantation de vergers (oliviers, amandiers, pruniers, pommiers) et la construction d'unités de valorisation de leurs fruits, l'acquisition de ruches améliorées et la construction d'unités de production de miel, l'installation de parcelles de plantes aromatiques et l'équipement d'unités de distillation. Des actions pilotes seront, par ailleurs, mises en œuvre dans les trois régions concernées pour l'amélioration de la commercialisation des produits des principales filières agricoles. La promotion et le développement des produits du terroir, l'amélioration de l'accès au crédit bancaire et l'expérimentation de pratiques agricoles plus respectueuses de l'environnement, sont aussi dans le menu des objectifs recherchés. De plus, une assistance technique, financée sur prêt et sur subvention, devrait appuyer la mise en œuvre du programme d'appui au Pilier II. Cette opération devrait également contribuer à la formation des promoteurs de projets et des agents et cadres des services agricoles sur les questions d'approche participative, de commercialisation des produits agricoles, de gestion, etc. La mise en œuvre du PAPMV, par le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime et l'Agence pour le développement agricole (ADA), est prévue à partir de 2012.
Points de vue
Christopher Delgado, Conseiller politique stratégique, chargé de l'Agriculture et du développement rura à la Banque mondiale.
Je pense tout d'abord qu'il existe déjà dans ce pays une importante volonté politique, ce qui à mon sens, est à la base de toute action efficace. La sécheresse est un risque toujours menaçant pour le secteur agricole, que ce soit au Maroc ou dans d'autres économies où l'agriculture est plus développée. Il existe plusieurs solutions pour contrecarrer ces menaces. C'est le cas par exemple des politiques de généralisation des systèmes d'irrigation. Mais là aussi, se pose la problématique de la gestion et de la disponibilité durable des ressources hydriques. J'ai pu remarquer que le gouvernement marocain a également beaucoup de projets concrets à propos de cet aspect, ce qui est un bon signe. Par contre, ce qu'il faudrait intégrer aussi dans tout cela, c'est l'implication des opérateurs agricoles dans les mesures d'accompagnement du secteur. Il faut savoir que les organismes internationaux ne sont que des acteurs parmi d'autres. La problématique de la sécheresse doit concerner tout le monde. C'est pourquoi, lors du dernier forum mondial sur la sécurité alimentaire, un appel a été clairement lancé aux investissements privés. Le système d'agrégation qui est en train d'être promu au Maroc, pourrait bien, à terme, servir cette cause.
Philippe Chalmin, Economiste, spécialiste du marché des matières premières et fondateur du Cercle Cyclope.
L'agriculture n'est pas uniquement une question d'investissement privé. Ce serait trop facile, s'il ne suffisait que de mettre de l'argent. Le secteur agricole a évidemment besoin d'interventions financières importantes provenant notamment du privé, pour faire face à certaines conjonctures difficiles, comme celle du changement climatique. Toutefois, il faut bien d'autres choses. C'est là où nous rejoint la nécessité de mieux équiper les services publics. Nous savons très bien que l'agriculture est un secteur clé, au cœur de l'économie des pays émergents. Cela lui confère justement l'importance qu'il faut pour en faire l'une des priorités des programmes gouvernementaux. Retenez tout simplement par là que c'est un secteur délicat à gérer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.