L'élevage avicole algérien affecté par la fragilité économique et les faiblesses technologiques    Contrôles pendant Ramadan: l'ONSSA se mobilise    Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    Football / Ligue du Gharb : L'équipe «Al Achbal » remporte le tournoi des U12    Covid-19: Le Cameroun reçoit un don de 200.000 doses du vaccin Sinopharm    Mohamed Benchaâboun : « Il est nécessaire d'encourager la production de vaccins dans les pays en développement »    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Coronavirus : les déclarations chinoises sur une faible efficacité des vaccins sont un «malentendu»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Football : mort d'un joueur après s'être effondré lors d'un match de championnat amateur    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Le président de la commune de Louta visé par une enquête    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    JSK-RSB (0-0) : Les Berkanais se compliquent la tâche    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Russie, grande oubliée des échanges extérieurs
Publié dans Les ECO le 21 - 02 - 2011

Grande réception ce soir à Casablanca. Le consulat général de Russie organise une soirée qui devrait connaître la participation prestigieuse d'une vingtaine de patrons et de banquiers russes, ainsi que des personnalités marocaines dont notamment, le patron des banquiers, Othman Benjelloun. Ne pas y voir un simple événement mondain, car cette réception est, avant tout, prétexte à business. «La délégation russe vient approfondir sa connaissance du marché marocain», explique-t-on auprès du consulat de Russie. «Les banquiers russes viennent en éclaireurs», avance, plus explicite, le président du conseil d'affaires maroco-russe, Hassan Sentissi. Celui-ci, en fin connaisseur des investisseurs russes, explique que leur champ de prospection est large, allant de l'industrie pharmaceutique ou encore l'agroalimentaire, au tourisme et jusqu'au montage de camions... Autant de secteurs qui pourraient intéresser des implantations d'entreprises battant pavillon russe au Maroc. Par ailleurs, les patrons du pays seront également en embuscade au Maroc, le 24 mai prochain, lors d'un colloque tenu à l'occasion du 10e anniversaire de l'accord entre la Russie et les pays arabes. Une centaine de personnalités russes seront de la partie et, signe de l'intérêt du pays pour le Maroc, des rencontres maroco-russes seront tenues en marge du colloque.
Pour l'heure, la présence de ce partenaire reste timide au Maroc.
Certes, il y a quelques mois, de grands groupes russes semblaient opérer une véritable offensive sur le marché national. Il en est ainsi d'Inteko, spécialiste du BTP, filiale du géant mondial Gazprom, qui avait initié en 2008 la construction de plusieurs sites touristiques dans la région du Nord pour un investissement conséquent d'un milliard d'euros. Ou encore, IFC Métropol, qui s'est lancé depuis 2005, dans un mégaprojet touristique pour un coût de 150 millions de dollars. Ce à quoi s'ajoutent quelques projets énergétiques épars, implantés par les Russes depuis des décennies. Mais en bout de course, le Maroc peine à hisser un pays de 140 millions d'habitants comme la Russie, dont la manne pétrolière se porte au mieux, parmi ses 40 premiers pourvoyeurs d'investissement directs étrangers. La situation n'est guère plus reluisante s'agissant des échanges commerciaux entretenus avec le pays. À examiner les statistiques de l'Office des changes sur les dernières années, le premier constat qui ressort est que ces flux sont largement déséquilibrés en faveur de la Russie, nonobstant le fait qu'ils pèsent peu dans le volume des échanges commerciaux du Maroc (moins de 5% des importations et 1% des exportations). En effet, le taux de couverture des exportations marocaines destinées à la Russie par les importations nationales provenant de ce marché, ne dépasse pas les 20% depuis 2006. Le différentiel en termes de valeur des produits expédiés explique cette situation. En effet, les exportations russes vers le Maroc concernent essentiellement le pétrole. Leur valeur qui s'établit en moyenne à 11 milliards de dirhams depuis 2006, a culminé à plus de 16 milliards de dirhams en 2008, concomitamment à la flambée du brut cette même année.
Tandis que les expéditions nationales adressées au marché russe, concernent essentiellement les agrumes, le cuir et très peu de textile, explique Sentissi, ce qui fait qu'elles plafonnent à 2,3 milliards de dirhams depuis 2006. Pétrole, contre produits n'incorporant pas une grande valeur ajoutée... Le Maroc part désavantagé, mais il y a aussi que les opérateurs nationaux négligent encore le marché russe, estime Sentissi, en raison de la double contrainte de l'éloignement et de la langue, alors qu'ils pourraient profiter de niches évidentes.
«La Russie connait six mois de neige par an et le Maroc pourrait se positionner en plate-forme de distribution des fruits et légumes pour ce marché», illustre le président du conseil d'affaires maroco-russe. Un autre filon pour le royaume consiste à s'ériger en maillon de la chaîne d'approvisionnement de la Russie en têtes de poulet, un produit que le pays importe en grande quantité. Il ne reste donc plus qu'à transformer l'essai.
R.H


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.