Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chasse à la médecine illégale commence
Publié dans Les ECO le 08 - 08 - 2012

El Ouardi maintiendra-t-il le cap des réformes ? Le ministère de la Santé se lance dans une «traque aux médecins hors la loi». L'exercice illégal de la médecine à titre privé par des médecins fonctionnaires relevant du ministère de la Santé est devenu ces dernières années monnaie courante et pour le département d'El Hossein El Ouardi, «la lutte contre cette pratique n'a pas toujours été à la hauteur des espérances, malgré les multiples rappels à l'ordre». Dans ce sens, le ministre décide de passer à la vitesse supérieure en publiant une circulaire annonçant «l'organisation d'inspections périodiques et inopinées au sein des cliniques et hôpitaux publics, spécialement pour lutter contre l'exercice illégal par les professionnels de la santé publique». Jusque là, de nombreuses mesures avaient été prises pour lutter contre ce fléau, sans réel résultat probant. D'un point de vue contextuel, cette situation engendre des effets négatifs sur le fonctionnement du service public de santé, déjà miné de dysfonctionnements et dont la mauvaise organisation s'accentue davantage avec la rareté des ressources humaines au sein des hôpitaux publics. Dans une dimension juridique, les dispositions législatives et réglementaires en la matière sont assez claires, dans la mesure où ces dernières interdisent aux fonctionnaires d'exercer à titre professionnel une activité lucrative privée ou relevant du secteur privé, de quelque nature
qu'elle soit. Le non respect de ces dispositions constitue donc un manquement aux obligations professionnelles, qui peut justifier la mise en œuvre de la procédure disciplinaire, soit «une suspension immédiate et la traduction du fonctionnaire fautif devant le conseil de discipline».
Mesures en rafale
Le département de la Santé est engagé dans un large processus de «réforme» du secteur, qui consiste essentiellement à assurer une meilleure qualité des soins et un accès aux médicaments pour tous. Cette mesure de «recadrage» des médecins de la santé publique pourrait bien préparer la mise en œuvre d'un nouveau programme que le département veut mettre en œuvre dès la rentrée prochaine. Ce dernier consiste à «compenser la faiblesse de l'offre sanitaire par l'activation de solutions alternatives, dont la création d'unités d'urgence mobiles ainsi que de pôles régionaux spécialisés» (www.lesechos.ma). Pour ce faire, la mobilisation des médecins du secteur public doit être optimale. Pour rappel, ce mouvement de réformes passe par des mesures parfois impopulaires que le ministère de la Santé n'a pas hésité à prendre ces dernières semaines. Au moment où la gronde des pharmaciens s'intensifie en réponse à la baisse des prix des médicaments, El Ouardi ne manque pas de détermination en s'attaquant cette fois au corps médical avec cette nouvelle mesure de contrôle des médecins de la santé publique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.