Affaire Brahim Ghali: ce qu'a dit Ouahbi au journal espagnol La Razon    Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce samedi 15 mai (Maroc/Covid-19)    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Climat: l'éducation à l'environnement au coeur des préoccupations de l'Unesco    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    VIDEO// Invitée du JT Info Soir, Sofia Mestari dévoile les détails de son nouvel album en préparation    Prison d'Ain Sebaa 1: Soulaimane Raissouni a refusé de contacter sa famille à deux reprises    FA Cup : Hakim Ziyech et Chelsea battus en finale par Leicester    1/4 de finale de la Coupe de la CAF: Le Raja « fin prêt » pour arracher la victoire devant Orlando Pirates    L'ambassadeur de Palestine au Maroc remercie le Roi pour son soutien à la cause palestinienne    L'ambassadeur de Palestine au Maroc salue le soutien constant de SM le Roi à la cause palestinienne    Israël intensifie ses raids à Gaza, vive inquiétude internationale    La finale de la Ligue des champions africaine au Maroc    Ghalta, une erreur très cher payée... Dimanche à 22h45 (Bande-annonce)    Melkisation de terres collectives dans les périmètres d'irrigation du Gharb et du Haouz: MCA-Morocco et le CAM se mobilisent pour l'éducation financière    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Météo: le temps prévu ce samedi 15 mai au Maroc    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Casablanca: la Marine Royale célèbre le 65-ème anniversaire de la création des FAR    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix à la consommation: salée ou pas, la facture de ce ramadan ?
Publié dans Les ECO le 19 - 04 - 2021

La commission interministérielle chargée du suivi de l'approvisionnement, des prix et des opérations de contrôle de la qualité et des prix a tenu sa première réunion pour ce mois sacré. Elle rassure sur les prix des produits les plus consommés durant le ramadan. De son côté, le Haut-commissariat au plan estime la hausse conjoncturelle des prix des produits alimentaires à 0,6% en cette période.
Il n'y a pas lieu de s'inquiéter pour ce mois de ramadan: les marchés nationaux sont approvisionnés de façon normale en produits alimentaires, énergétiques ainsi qu'en produits de désinfection et d'hygiène. La commission interministérielle chargée du suivi de l'approvisionnement, des prix et des opérations de contrôle de la qualité et des prix, qui a tenu sa 1ère réunion du mois de ramadan en fin de semaine dernière, est donc confiante. Cette réunion s'inscrit dans le cadre des travaux de coordination et de veille menés par cette commission tout au long de l'année et qui sont renforcés au cours du mois sacré en vue d'assurer le suivi de la situation de l'approvisionnement, des prix et du contrôle.
C'est ainsi que l'offre disponible couvre largement les besoins sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois selon les marchandises, indique l'instance présidée par le département des Affaires générales et de la gouvernance relevant du ministère de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration et composée des départements ministériels chargés de l'Intérieur, de l'Agriculture, des Pêches maritimes, de l'Industrie et du commerce, de l'Energie et des mines ainsi que des offices publics concernés. Globalement, souligne-t-on auprès du département des Affaires générales et de la gouvernance, à l'exception des prix de vente des tomates qui ont connu quelques hausses, la commission a constaté une stabilité des prix des produits les plus consommés durant le mois de ramadan.
La facture flambe dans la deuxième quinzaine du ramadan
La lecture de la conjoncture pour ce mois sacré, en chiffres, est par ailleurs à chercher du côté du Haut-commissariat au plan (HCP) qui vient de publier une note sur les principaux effets du mois sacré de ramadan 1442 sur l'évolution des prix à la consommation et particulièrement ceux des produits alimentaires. Dans cette catégorie, justement, le HCP estime à 0,6% l'augmentation conjoncturelle des prix, tout au long du mois de ramadan. Et c'est sur la deuxième quinzaine du mois sacré qu'une hausse plus accentuée des prix à la consommation alimentaires est attendue, par rapport à la première (0,8%, au lieu de 0,4% respectivement)». Les produits les plus touchés sont les poissons frais, les œufs et les agrumes, note le HCP, précisant que les prix des poissons et des fruits de mer subissent, une hausse d'environ de 5,6% et 5,8%, respectivement, au cours de la première et de la seconde quinzaine du ramadan. L'impact sur les œufs et les agrumes atteint, quant à lui, +2,5% et +2,3%, respectivement, pour tout le mois, indique la même source. On apprend également que les prix des fruits frais s'apprécient de 1,9%, alors que les effets du mois sacré sur les prix de la viande rouge, de la volaille et des légumes hors tomate sont, en revanche, peu significatifs.
Par ailleurs, la note du HCP fait aussi ressortir que le changement des habitudes des ménages, notamment en matière de consommation alimentaire, constitue le principal facteur de transmission de l'impact du mois sacré sur l'évolution des prix à la consommation. Cet effet est enclenché deux semaines avant l'avènement du mois de ramadan 1442, qui coïncide cette année avec la fin du mois de mars et le début du mois d'avril. Parallèlement, le HCP note que ramadan 1442 est le treizième mois au cours des 61 dernières années lunaires, dont l'avènement coïncide avec un mercredi. Ce mois présente en 2021 une similitude avec celui de l'année 1989 en termes de saison d'occurrence (avril-mai). Au cours du mois de ramadan, la plupart des secteurs d'activité connaissent un ralentissement de leur productivité attribuable, en partie, à la réduction des heures de travail journalières, souligne-t-il. 
600 infractions détectées durant Chaâbane
Quelques dérapages ont été détectés sur le marché. Au cours du mois précédant ramadan, en l'occurrence Chaâbane, les opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires des commissions mixtes de contrôle ont conduit à la constatation de 600 infractions en matière de réglementation. Ces infractions portent sur le défaut d'affichage des prix, le défaut de facturation, le non-respect des normes de qualité, de salubrité et de sécurité sanitaire. À noter que les contrôles ont concerné 20.544 points de vente. Toutes les mesures réglementaires ont été prises à l'encontre des contrevenants, fait savoir la même source, notant que les commissions mixtes ont procédé à la saisie et à la destruction de 121 tonnes de produits impropres à la consommation ou non conformes aux normes en vigueur. Par ailleurs, la commission interministérielle chargée du suivi de l'approvisionnement, des prix et des opérations de contrôle de la qualité et des prix poursuivra la tenue régulière de ses réunions pour suivre l'évolution de la situation des marchés, le niveau de l'approvisionnement et des prix et le bilan des interventions des commissions de contrôle pour faire face à tout type de fraude, de monopolisation, de spéculation ou de manipulation des prix.
Les habitudes de consommation changent
Les habitudes de consommation des ménages changent au cours du mois sacré. D'après la dernière enquête sur les dépenses de consommation des ménages, réalisée par le HCP en 2013-2014, la dépense de consommation par ménage s'apprécie de 16,3%, en moyenne, durant le mois sacré de ramadan. Près de 82% de cette hausse est attribuable aux dépenses alimentaires. Les ménages dépensent, en moyenne, plus d'un tiers de plus en alimentation (+37%) en comparaison aux autres mois de l'année. Cette augmentation de la dépense alimentaire touche toutes les catégories de la population et s'accroît au fur et à mesure que l'on avance dans l'échelle du niveau de vie (varie de 22,5% à plus de 40% entre les deux classes sociales extrêmes). Les produits qui contribuent le plus à cette dépense supplémentaire sont les fruits (+163%), les viandes (+35%), les céréales (+35%), le lait et les produits laitiers (+47%). La dépense en produits non alimentaires augmente, quant à elle, de 4,6%, tirée notamment par la hausse de 20% des dépenses de «transport et communication» et de +3,7% des dépenses de «l'habitat et énergie». En revanche, les dépense d'habillement baissent de 13%, en moyenne, durant ce mois sacré, notamment en milieu rural (-17,3%).
Sami Nemli / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.