D'après le PDG d'Exxon Mobil, toutes les voitures neuves particulières vendues en 2040 seront électriques    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Madagascar. La vanille, cette précieuse épice    Kenya. De moins en moins d'adeptes aux abonnements téléphoniques    Zimbabwe. Des mesures face à l'inflation    Argan : les ambitions du Maroc déclinées dans un nouveau contrat programme    Annulations de vols aux USA: Echange d'accusations entre les compagnies aériennes et les autorités    Tennis : Après les championnats d'Afrique des U14 et U16...Nos garçons se qualifient pour les championnats du monde !    Clôture du Gnaoua Festival Tour qui a fait vibrer 120 000 festivaliers    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    Assaut contre la clôture métallique dans la province de Nador : le bilan passe à 23 morts    Botola Pro D1 28ème journée/ HUSA-RCA (2-3) : Le Hassania en danger, une toute, toute, toute petite lueur d'espoir du Raja !    La pastèque : Le fruit d'été aux mille et une vertus    Douleurs & ballonnements : Des automassages pour soulager son ventre    L'épidémie de la variole du singe n'est pas actuellement une urgence de portée mondiale (OMS)    Summer 2022 : Les Marocains de plus en plus séduits par les destinations sans visa    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Les températures attendues ce dimanche 26 juin 2022    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Futsal : Les Lions de l'Atlas progressent au 10è rang mondial    Laâyoune: le RNI tient son congrès régional    L'assaut de Melilla: l'Espagne dénonce « les mafias » et salue les sacrifices de la gendarmerie marocaine    Décès du professeur Yves Coppens: les condoléances du roi Mohammed VI    Covid-19 : 3.235 nouveaux cas et un décès ce 25 juin    Plusieurs joueurs du Raja et Wydad sanctionnés par la FRMF    Drame de Melilla : PP et Podemos pointent le Maroc, Sánchez accuse la mafia    L'Espagne annonce un nouveau plan d'aide de neuf milliards d'euros pour surmonter l'inflation    Assaut de migrants à Nador: 2 membres des forces de sécurité et 33 migrants à l'hôpital    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    USA: Biden signe une loi historique pour restreindre l'accès aux armes à feu    African Lion : l'hôpital militaire de campagne prend soin des habitants de Taliouine    Assaut à Melilla/Nador: Pedro Sanchez accuse les "mafias" de trafic d'êtres humains    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    Saad Lamjarred enflamme un mariage en Egypte (VIDEO)    Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo    Mme Akharbach : Les doubles standars contribuent à « antagoniser les opinions publiques »    Maroc-Algérie : Omar Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU    L'international marocain Zakaria Aboukhlal signe à Toulouse    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    USA: Biden fustige la décision de la Cour suprême sur le droit à l'avortement    Irlande : L'histoire du Maroc présentée dans la cathédrale Christ Church de Dublin    Lutte anti-terroriste: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies "forte et fructueuse"    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Europe : la guerre rebat les cartes de la croissance
Publié dans Les ECO le 17 - 05 - 2022

La crise en Ukraine plombe les prévisions de croissance et d'inflation en Europe. La première devrait s'affaisser et la seconde s'amplifier. Une onde de choc qui risque d'entraîner dans son sillage plusieurs pays.
La Russie et l'Ukraine entrent en guerre et c'est le monde entier qui trinque, l'Union européenne la première ! Sous le coup de la flambée des prix de l'énergie, découlant du conflit entre les deux pays, les perspectives économiques dans le Vieux continent s'assombrissent.
Lundi, en effet, la Commission européenne a réduit drastiquement ses prévisions de croissance pour l'économie des pays membres. Principale cause mise en avant : l'augmentation, plus élevée que prévue, de l'inflation. C'est ainsi que Bruxelles a abaissé de 1,3 point sa prévision de croissance du Produit intérieur brut (PIB) pour la zone euro en 2022, à 2,7%.
Dans la foulée, la prévision d'inflation est aussi revue à la hausse (+3,5 points), à 6,1%, par rapport aux derniers chiffres annoncés le 10 février, avant le déclenchement de l'offensive russe.
Un gros choc pour l'Europe !
Il s'agit «d'une des plus fortes baisses de prévisions» de la Commission européenne, a souligné le Commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni, lors d'une conférence de presse. Ces chiffres sont encore soumis à «une forte incertitude» liée à l'évolution du conflit.
Et pour cause, «la croissance pourrait être encore plus faible et l'inflation plus élevée». À présent, tous les scénarios restent de mise. Les responsables européens préfèrent jouer la carte de la vigilance soulignant que, pour l'heure, la croissance sur l'ensemble de l'année «n'est pas attendue en territoire négatif, mais c'est une possibilité» si la Russie arrête brutalement ses livraisons de gaz à l'Europe, selon Gentiloni.
Globalement, la prévision de croissance européenne de cette année est également abaissée à 2,7% et l'inflation est attendue à 6,8%, un niveau encore plus haut que dans les 19 pays partageant la monnaie unique.
2023, la fin de la tourmente ?
Il est encore trop tôt pour afficher un optimisme parfait à moyen terme. Néanmoins, pour 2023, Bruxelles table sur une croissance du PIB de 2,3% dans la zone euro comme dans l'UE, et estime que l'inflation retombera à, respectivement, 2,7% et 3,2%. Il faut dire que la guerre en Ukraine a exacerbé les hausses des cours des matières premières qui, au-delà de l'énergie, se propagent aux prix de l'alimentation et de certains produits industriels et services.
Le conflit a également accentué les problèmes des chaînes d'approvisionnement et augmenté l'incertitude pour les entreprises et les ménages. Notons que l'inflation dans la zone euro bat un nouveau record tous les mois depuis novembre dernier. Elle a atteint 7,5% sur un an en avril et un «pic» est attendu au cours du deuxième trimestre. Elle devrait ensuite «très graduellement diminuer» sur le reste de l'année, puis plus nettement l'an prochain, estime Gentiloni.
Toutefois, le Commissaire européen à l'Economie reconnaît que de possibles augmentations de salaires pourraient continuer d'alimenter la hausse des prix à la consommation, d'autant que le marché du travail reste solide. Le taux de chômage est au plus bas en Europe et Bruxelles prévoit qu'il baisse encore à 6,7% cette année et à 6,5% en 2023 .
Règles budgétaires. Le verdict attendu dans quelques jours
De manière globale, la Commission européenne prévoit une amélioration des comptes publics. Bruxelles table sur 3,7% cette année et 2,5% en 2023, sachant qu'en 2020, les plans d'aide massifs à l'économie avaient propulsé le déficit à 7,1% du PIB.
La dette publique devrait parallèlement refluer à 94,7% du PIB cette année pour les pays partageant la monnaie unique, puis à 92,7% l'an prochain. Elle avait atteint un niveau record à 99,2% du PIB en 2020 avant de revenir à 97,4% l'an dernier. Mais les fortes divergences entre sud et nord de l'Europe restent préoccupantes.
Durant la semaine prochaine, la Commission devrait se prononcer sur le maintien, ou pas, de la suspension de ses règles budgétaires en 2023 en raison de la guerre. Le pacte de stabilité, qui limite les déficits publics à 3% et la dette à 60% du PIB, avait été suspendu jusqu'à fin 2022 à cause de la pandémie.
Sami Nemli avec agences / Les Inspirations ECO


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.