Le Polisario sur la sellette    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    Le PPS au Parlement    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    SOS Littoral: La tête dans le sable    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À vos castagnettes !
Publié dans Les ECO le 06 - 01 - 2010

Ils sont trois, ils font du flamenco leur passion et ils aiment partager leur musique... ce sont les musiciens du «Niño Mekouar Trio», qui se produiront le vendredi 8 janvier à la Casa Del Arte à partir de 21h00. Au menu, un concert tout pétillant de jazz flamenco avec Réda Benabbou, Youness Jaafri et Niño Mekouar.
Guitariste précoce
De son vrai nom Hamza Mekouar, Niño Mekouar est né à Casablanca en 1985. Guitariste virtuose du nouveau flamenco, il fera vite d'inviter d'autres talents dans son univers musical bien particulier. Réda Benabbou, un autre guitariste rythmique se révélera un redoutable improvisateur qui apportera sa touche personnelle au trio naissant. Il introduit ses solos blues et jazzy dans les schémas traditionnels d'un flamenco «classique». Quant à Youness Jaafri, il invitera ses influences latines en exaltant ses percussions bien rythmées. Son harmonica, mélodieusement chanteur, apporte quant à lui un air intimiste au trio. Faisant de la fusion son essence même, «Niño trio» s'amuse à marier les sonorités du jazz, de la bossa nova, du rock et de la musique arabo-andalouse... À la manière des jazzmen les plus inspirés, le trio se livre à des envolées impressionnantes d'improvisations.
Avant d'écumer les scènes avec sa musique, Niño a grandi dans une ambiance familiale artistique. À l'âge de 12 ans, l'enfant, déjà mélomane, commence son apprentissage de la guitare. Deux ans plus tard, le guitariste précoce donne son premier concert en public. Il s'essaye également à la basse pendant quelques années avant d'opter finalement pour ses premières amours, la guitare. À 15 ans, il découvre la musique du maître Vicente Amigo qui devient rapidement son modèle. En autodidacte, il s'enferme des heures durant dans sa chambre pour déchiffrer les compositions du virtuose, tout en assimilant les compas du flamenco traditionnel. Sa passion ne se limite pas au flamenco. Il explore les différents langages de la guitare en passant par le smooth jazz, le latin jazz ou la fusion jazz-rock. Entre temps, il est convié à jouer dans le groupe El bazar en tant que guitariste soliste avant de décider de poursuivre une carrière solo. En effet, Niño décide de s'ouvrir à la composition et de se produire avec une formation personnelle, il choisit donc d'orchestrer un trio dont il crée les thèmes et les arrangements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.