Ihlan Omar, visage controversé de la diversité américaine    Procédure pénale : Une réforme pour renforcer la sécurité des personnes et des biens    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique    Attijariwafa bank et la BAD s'associent pour développer le commerce en Afrique    L'AFD et l'ONDA signent deux conventions de financement    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Qui va remporter la CAN ?    Saad Lamjarred vers une nouvelle poursuite judiciaire    ASAP Rocky maintenu en détention jusqu'au 25 juillet    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    La Casa de Papel. La saison 3 désormais disponible sur Netflix    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CGEM et la SFI s'allient pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Centre international d'oncologie de Casablanca s'engage à rendre les soins plus accessibles    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    Voici les poules éliminatoires de la CAN 2021    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Montresso présente les temps forts de sa saison culturelle 2019-2020    Procès d'Imlil. L'avis de l'avocat de la victime danoise    Maroc-USA: Une alliance historique et un partenariat d'exception    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Taroudant, capitale d'une vie rurale en marche!    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Tensions entre Séoul et Tokyo: un Sud-Coréen s'immole par le feu    Venezuela: Pouvoir et opposition font état de progrès dans leurs discussions    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    L'inébranlable attachement du Maroc à la voie du réalisme et du compromis    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Troisième marche du podium pour le Nigeria    La syphilis regagne du terrain    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Bouillon de culture    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Instagram masque les « likes » dans six pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À vos castagnettes !
Publié dans Les ECO le 06 - 01 - 2010

Ils sont trois, ils font du flamenco leur passion et ils aiment partager leur musique... ce sont les musiciens du «Niño Mekouar Trio», qui se produiront le vendredi 8 janvier à la Casa Del Arte à partir de 21h00. Au menu, un concert tout pétillant de jazz flamenco avec Réda Benabbou, Youness Jaafri et Niño Mekouar.
Guitariste précoce
De son vrai nom Hamza Mekouar, Niño Mekouar est né à Casablanca en 1985. Guitariste virtuose du nouveau flamenco, il fera vite d'inviter d'autres talents dans son univers musical bien particulier. Réda Benabbou, un autre guitariste rythmique se révélera un redoutable improvisateur qui apportera sa touche personnelle au trio naissant. Il introduit ses solos blues et jazzy dans les schémas traditionnels d'un flamenco «classique». Quant à Youness Jaafri, il invitera ses influences latines en exaltant ses percussions bien rythmées. Son harmonica, mélodieusement chanteur, apporte quant à lui un air intimiste au trio. Faisant de la fusion son essence même, «Niño trio» s'amuse à marier les sonorités du jazz, de la bossa nova, du rock et de la musique arabo-andalouse... À la manière des jazzmen les plus inspirés, le trio se livre à des envolées impressionnantes d'improvisations.
Avant d'écumer les scènes avec sa musique, Niño a grandi dans une ambiance familiale artistique. À l'âge de 12 ans, l'enfant, déjà mélomane, commence son apprentissage de la guitare. Deux ans plus tard, le guitariste précoce donne son premier concert en public. Il s'essaye également à la basse pendant quelques années avant d'opter finalement pour ses premières amours, la guitare. À 15 ans, il découvre la musique du maître Vicente Amigo qui devient rapidement son modèle. En autodidacte, il s'enferme des heures durant dans sa chambre pour déchiffrer les compositions du virtuose, tout en assimilant les compas du flamenco traditionnel. Sa passion ne se limite pas au flamenco. Il explore les différents langages de la guitare en passant par le smooth jazz, le latin jazz ou la fusion jazz-rock. Entre temps, il est convié à jouer dans le groupe El bazar en tant que guitariste soliste avant de décider de poursuivre une carrière solo. En effet, Niño décide de s'ouvrir à la composition et de se produire avec une formation personnelle, il choisit donc d'orchestrer un trio dont il crée les thèmes et les arrangements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.