Casablanca : Cinq individus arrêtés pour possession et trafic de comprimés psychotropes    PLF 2020 : la première partie adoptée par la Chambre des représentants    Concurrence. Comment peut-elle contribuer à la croissance ?    Benchaâboun : Les caisses de retraite doivent « se réveiller »    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    Sports équestres : Le championnat des jeunes chevaux, barbes et arabes barbes au Domaine de Sidi Berni    Mohamed Berrada appelle à agir en faveur de l'entreprise de presse    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    En pleine guerre commerciale, l'économie chinoise souffre    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Gabon au Maroc    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Université Al Akhawayn : Passation de fonctions entre Driss Ouaouicha et Amine Bensaid    Distinction : M. et Mme Benjelloun, des personnalités visionnaires    Le groupe BCP mobilise 300 millions d'euros pour la Côte d'Ivoire    Sponsors, attention à vos poches!    Semaine de la cuisine italienne dans le monde : Forte participation marocaine à la 4ème édition    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    Météo : Chutes de neige et vague de froid au menu…    Autisme. Moussali accélère la prise en charge    Evasif sur la Syrie, Trump loue le travail de son « ami » Erdogan    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    Les synagogues de Mogador, des lieux vivants où la mémoire dialogue avec l'histoire!    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    La réponse du berger à la bergère : La FRMSS n'y va pas avec le dos de la cuillère    Les activités de Google en matière de santé suscitent des inquiétudes aux Etats-Unis    Emmanuel Dupuy : Les Etats prennent conscience de l'enjeu stratégique d'Internet    Divers    Participation marocaine au Forum de Paris sur la paix    Insolite : Dispositif anti-oubli de bébé    Driss Lachguar et Habib El Malki rendent visite à Mohamed Lahbabi    Des fossiles donnent de précieux indices sur notre évolution vers la marche    Le vapotage n'est pas sans risque pour le système cardiovasculaire    La Libye veut s'inspirer de l'expérience pionnière du Maroc en matière de développement de l'investissement    Autorisations accordées aux salariés étrangers : Il y a chiffres et chiffres    Divers Economie    David Villa prend sa retraite    Tottenham intéressé par Hakim Ziyech    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Claudia Wiedey : Le cinéma, un vecteur important pour le renforcement du dialogue entre les sociétés    "Cinéma et opérette", thème de la 9ème édition des Journées cinématographiques des Doukkala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education & démocratie
Publié dans Les ECO le 10 - 04 - 2011

Comme le disait le philosophe américain John Dewey, une société n'est réellement démocratique que si son système éducatif forme réellement des démocrates. C'est pourquoi l'enseignement doit se fonder autant que possible sur l'autorité d'un contrat social. Ceci est un préalable au fonctionnement responsable et pérenne de toute démocratie. Certes, la démocratisation est un acte pédagogique, avant tout, car il consiste à former le peuple de telle sorte qu'il puisse exercer sa citoyenneté de manière éclairée. En effet, les orientations pédagogiques incarnent une dimension politique. Aussi existe-t-il une relation inéluctable entre le régime politique d'une société et la pédagogie qu'il utilise en éduquant.
À chaque régime politique correspond un système éducatif qui reprend les grands axes d'un projet socioéconomique. Ce système éducatif est censé produire des ressources humaines, des compétences et des élites garantes du bon fonctionnement des institutions.
Assurément, l'évolution de la démocratie a toujours été liée au développement de l'alphabétisation et de la culture. À Athènes, où naquit la démocratie, la société était assez largement alphabétisée. Par ailleurs, l'historien Pierre Rosanvallon et d'autres penseurs, dont le prix Nobel Amartya Sen, observent le lien entre la maîtrise de la lecture, le développement culturel et la participation politique de masse. La généralisation de l'éducation et sa capacité d'épanouissement restent au cœur du processus du développement et de la bonne pratique démocratique. Afin de permettre à la démocratie de bien fonctionner, il y a un enjeu à prendre en compte : quelles valeurs inculquer pour un essor citoyen, pour une mobilisation et une équité sociale tout en préservant la sacralité de la liberté et de l'égalité ? Cependant, l'éducation ne fait qu'endoctriner lorsqu'elle n'enseigne que la pensée unique, la légitimation des valeurs désuètes qui engendrent l'étroitesse d'esprit ainsi que la démission et la régression sociales. Par ailleurs, quand la stagnation éducative sévit, l'ébranlement des pratiques démocratiques en émerge fatalement. La démocratie s'en trouve fragilisée, menacée par la chute du niveau de mobilisation, de créativité et d'innovation. C'est dans l'anachronisme de l'école que se crée le décrochage entre le peuple et ses élites. L'abstention électorale, la «desimplication» citoyenne, les votes populistes sont une manifestation de ce décrochage.
Pourtant, toute démocratie a besoin d'élites, mais des élites en qui le peuple a confiance. Dans notre contexte actuel caractérisé par de profondes mutations, le «repositionnement» du rôle de l'éducation est particulièrement fondamental. Être citoyen, non seulement cela s'apprend mais doit être une volonté partagée, assurant la pérennité d'une communauté de destin. Aujourd'hui, notre école peine à jouer son rôle d'intégrateur, d'accompagnateur social au développement. Ses pratiques d'apprentissage ne sont plus adaptées. Les indicateurs sociaux l'attestent : carence des apprentissages fondamentaux, chômage des diplômés accru par l'inadéquation aux exigences des changements socioéconomiques. De surcroît, elle n'accueille plus que les enfants des familles démunies. Ceux des familles aisées s'en détournent pour les écoles privées où se forme l'élite de demain ! Un tel système favorise la réplication et la préservation de la hiérarchie existante. Il ne permet, aucunement, une mixité ou une évolution sociale ! Alors que le rôle de l'école publique est d'assurer la fonction d'ascenseur social et de lieu de brassages socioculturels. Au-delà d'une simple réforme, l'école publique a besoin d'une profonde mutation. La perspective d'une école comme vecteur de développement humain passe inévitablement par des changements qualitatifs et structurels. Les orientations stratégiques et politiques définiront la perception et les attentes de l'école au regard des objectifs du pays. Notre système éducatif doit être refondu pour octroyer aux jeunes les moyens de se construire, c'est-à-dire de penser par eux-mêmes, d'imaginer, d'être créatifs.
Il doit leur permettre d'innover, d'inventer une nouvelle conception de la société fondée sur le volontariat et l'engagement citoyen. Une cartographie des carences et des dysfonctionnements qu'ils soient d'ordre infrastructurel ou humain est essentielle. Elle permettra de définir d'une façon avérée les mesures à prendre : formation des enseignants, méthodes pédagogiques appropriées, partenariats avec les entreprises pour l'accès aux domaines de la vie pratique... L'école publique ne devra pas être la seule issue aux classes défavorisées du Maroc. L'exclure des exigences de la modernité en fera un foyer de tension, de fabrication de l'exclusion qui pourrait se répercuter sur tous les domaines de la vie au Maroc, notamment dans l'appropriation sereine des devoirs et dans l'exercice authentique de la démocratie.
Mounir Ferram
Directeur de recherches
et professeur universitaire


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.