Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education & démocratie
Publié dans Les ECO le 10 - 04 - 2011

Comme le disait le philosophe américain John Dewey, une société n'est réellement démocratique que si son système éducatif forme réellement des démocrates. C'est pourquoi l'enseignement doit se fonder autant que possible sur l'autorité d'un contrat social. Ceci est un préalable au fonctionnement responsable et pérenne de toute démocratie. Certes, la démocratisation est un acte pédagogique, avant tout, car il consiste à former le peuple de telle sorte qu'il puisse exercer sa citoyenneté de manière éclairée. En effet, les orientations pédagogiques incarnent une dimension politique. Aussi existe-t-il une relation inéluctable entre le régime politique d'une société et la pédagogie qu'il utilise en éduquant.
À chaque régime politique correspond un système éducatif qui reprend les grands axes d'un projet socioéconomique. Ce système éducatif est censé produire des ressources humaines, des compétences et des élites garantes du bon fonctionnement des institutions.
Assurément, l'évolution de la démocratie a toujours été liée au développement de l'alphabétisation et de la culture. À Athènes, où naquit la démocratie, la société était assez largement alphabétisée. Par ailleurs, l'historien Pierre Rosanvallon et d'autres penseurs, dont le prix Nobel Amartya Sen, observent le lien entre la maîtrise de la lecture, le développement culturel et la participation politique de masse. La généralisation de l'éducation et sa capacité d'épanouissement restent au cœur du processus du développement et de la bonne pratique démocratique. Afin de permettre à la démocratie de bien fonctionner, il y a un enjeu à prendre en compte : quelles valeurs inculquer pour un essor citoyen, pour une mobilisation et une équité sociale tout en préservant la sacralité de la liberté et de l'égalité ? Cependant, l'éducation ne fait qu'endoctriner lorsqu'elle n'enseigne que la pensée unique, la légitimation des valeurs désuètes qui engendrent l'étroitesse d'esprit ainsi que la démission et la régression sociales. Par ailleurs, quand la stagnation éducative sévit, l'ébranlement des pratiques démocratiques en émerge fatalement. La démocratie s'en trouve fragilisée, menacée par la chute du niveau de mobilisation, de créativité et d'innovation. C'est dans l'anachronisme de l'école que se crée le décrochage entre le peuple et ses élites. L'abstention électorale, la «desimplication» citoyenne, les votes populistes sont une manifestation de ce décrochage.
Pourtant, toute démocratie a besoin d'élites, mais des élites en qui le peuple a confiance. Dans notre contexte actuel caractérisé par de profondes mutations, le «repositionnement» du rôle de l'éducation est particulièrement fondamental. Être citoyen, non seulement cela s'apprend mais doit être une volonté partagée, assurant la pérennité d'une communauté de destin. Aujourd'hui, notre école peine à jouer son rôle d'intégrateur, d'accompagnateur social au développement. Ses pratiques d'apprentissage ne sont plus adaptées. Les indicateurs sociaux l'attestent : carence des apprentissages fondamentaux, chômage des diplômés accru par l'inadéquation aux exigences des changements socioéconomiques. De surcroît, elle n'accueille plus que les enfants des familles démunies. Ceux des familles aisées s'en détournent pour les écoles privées où se forme l'élite de demain ! Un tel système favorise la réplication et la préservation de la hiérarchie existante. Il ne permet, aucunement, une mixité ou une évolution sociale ! Alors que le rôle de l'école publique est d'assurer la fonction d'ascenseur social et de lieu de brassages socioculturels. Au-delà d'une simple réforme, l'école publique a besoin d'une profonde mutation. La perspective d'une école comme vecteur de développement humain passe inévitablement par des changements qualitatifs et structurels. Les orientations stratégiques et politiques définiront la perception et les attentes de l'école au regard des objectifs du pays. Notre système éducatif doit être refondu pour octroyer aux jeunes les moyens de se construire, c'est-à-dire de penser par eux-mêmes, d'imaginer, d'être créatifs.
Il doit leur permettre d'innover, d'inventer une nouvelle conception de la société fondée sur le volontariat et l'engagement citoyen. Une cartographie des carences et des dysfonctionnements qu'ils soient d'ordre infrastructurel ou humain est essentielle. Elle permettra de définir d'une façon avérée les mesures à prendre : formation des enseignants, méthodes pédagogiques appropriées, partenariats avec les entreprises pour l'accès aux domaines de la vie pratique... L'école publique ne devra pas être la seule issue aux classes défavorisées du Maroc. L'exclure des exigences de la modernité en fera un foyer de tension, de fabrication de l'exclusion qui pourrait se répercuter sur tous les domaines de la vie au Maroc, notamment dans l'appropriation sereine des devoirs et dans l'exercice authentique de la démocratie.
Mounir Ferram
Directeur de recherches
et professeur universitaire


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.