Botola Pro D1 : La bonne opération du Raja de Casablanca    Situation épidémiologique au Maroc : Les indicateurs s'affolent !    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Nouvel accident de camion en plein Casablanca (VIDEO)    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Les victimes de l'immobilier!    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    Absence de mesures de sécurité sanitaire    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Un investisseur saoudien met la main sur l'hôtel Cesar Palace & Spa de Tanger    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Ministère de l'Education : un démenti, et après ?    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Dépistage gratuit pour les parlementaires : la coquetterie de trop ?    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    OCP : Nouveau projet pour doubler la capacité de production d'Emaphos    Que vive le Liban des lumières !    France: le Marathon de Paris finalement annulé    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Santé : nouvelle décision d'Ait Taleb après l'augmentation des cas    La riposte de Trump au « Spoutnik V »    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Mia la sainte, Mia « la salope »    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance
Publié dans Le Site Info le 14 - 07 - 2020

Le président français Emmanuel Macron a décliné, ce mardi, les priorités de son plan de relance post-Covid-19.
Parmi les priorités de ce plan de relance que le nouveau gouvernement de Jean Castex est appelé à mettre en oeuvre dans le contexte de la pandémie du nouveau coronavirus, figure la préservation de l'emploi, la jeunesse, la culture et l'écologie, a indiqué le chef de l'Etat dans un entretien télévisé à l'occasion de la fête nationale du 14-juillet.
Le plan de relance de l'économie française représentera « au moins 100 milliards d'euros », en plus des 460 milliards déjà engagés en mesures sectorielles et de soutien à l'économie depuis le début de l'épidémie, a annoncé Macron.
« On met avec ce plan de relance, en plus de cet argent déjà mis, au moins 100 milliards pour faire la relance industrielle, écologique, locale, culturelle et éducative. Je suis convaincu qu'on peut bâtir un pays différent d'ici à dix ans », a affirmé le chef de l'Etat français.
Pour pallier aux répercussions de la crise économique consécutive au Covid-19 notamment sur les emplois, Macron a assuré que l'Etat va poursuivre l'effort fourni depuis le déclenchement de la crise à travers notamment le dispositif du chômage partiel et les prêts garantis par l'Etat en faveur des entreprises.
Le chef de l'Etat a évoqué la mise en place d'un dispositif inédit d'activité partielle de longue durée, ainsi qu'un plan anti-licenciement, outre l'allocation de 30 milliards d'euros supplémentaires pour financer l'activité partielle et les formations.
La jeunesse doit être la priorité de la relance à travers l'accompagnement des entreprises, les aides et les incitations, a souligné Macron, qui a expliqué que le plan de relance comprendrait un dispositif exceptionnel d'exonération des charges pour les entreprises afin de les encourager à embaucher les jeunes, ainsi qu'à travers la création de nouveaux mécanismes et l'ouverture de 200.000 places dans des formations qualifiantes.
Le président français est également revenu sur le secteur culturel frappé de plein fouet par la crise du nouveau coronavirus, faisant observer que le « plan de relance doit être culturel ».
Concernant le financement de la relance, le chef de l'Etat a indiqué qu'il se fera notamment à travers des financements européens, écartant par la même occasion tout recours à des augmentations d'impôts. « On ne résout pas une crise comme celle de Covid-19 par l'augmentation des impôts », a-t-il dit.
Pour ce qui est de la priorité écologique, Macron a évoqué une éventuelle réforme constitutionnelle pour inscrire l'objectif de lutte contre le changement climatique et le respect de la biodiversité dans la Constitution.
Cette réforme pourrait se faire par référendum dans les « meilleurs délais », a précisé le président français, qui a souligné par la même occasion l'importance des 146 propositions formulées par la Convention citoyenne sur le climat.
A ses yeux, il faut « trouver un nouveau chemin commun pour bâtir un nouveau modèle très écologique », rappelant en ce sens les mesures mises en place par le gouvernement, dont la prime pour la rénovation des logements et les primes à la conversion écologique des véhicules ainsi qu'un projet futur de rénovation énergétique massive des écoles.
Selon lui, le plan de relance constitue une « opportunité » pour la construction d'un modèle qui est à la fois écologique, industriel et environnemental.
Macron a été en outre interrogé sur la réforme controversée des retraites. Il a fait état, dans ce contexte, de la reprise prochaine des discussions sur ce projet avec l'ensemble des partenaires sociaux.
Selon lui, cette réforme « juste et bonne » servirait à pallier au déficit du système de retraites qui devrait atteindre cette année un record de 30 milliards d'euros, contre 4 milliards prévus avant la crise, selon le Conseil d'orientation des retraites.
Le Président français a évoqué, par ailleurs, la « crise démocratique profonde » que connaît la France, comme en témoigne le taux d'abstention lors des dernières élections municipales, ainsi que les mesures qui vont être mises en place pour le rétablissement de la confiance entre le citoyen et la police.
Emmanuel Macron s'est en outre prononcé en faveur du port obligatoire du masque dans tous les lieux publics clos à partir du 1er août, notant qu'il y a « des signes » que l'épidémie « repart un peu ».
Il a également assuré que, en cas de deuxième vague de l'épidémie, « nous serons prêts » et qu'il n'y aurait pas de reconfinement généralisé. Quant à la prochaine rentrée des classes, le Président français a assuré qu'elle sera « quasi-normale ».
Plus tôt dans la matinée, le chef de l'Etat français a présidé la cérémonie militaire en format réduit organisée, place de la Concorde à Paris, à l'occasion des célébrations de la fête nationale du 14-juillet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.