L'ONMT s'engage à renforcer le déploiement de Ryanair au Maroc    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    Inscription exceptionnelle du 2 au 4 novembre aux CPGE    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    France: l'Assemblée nationale valide la prorogation de l'état d'urgence sanitaire    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Barça-Real: les buts de la première mi-temps (VIDEO)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    Météo Maroc: brume et nuages pour la matinée du samedi 24 octobre    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Marrakech-Safi : Une saison culturelle qui s'annonce riche et diversifiée    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Omnisports : Courrier du Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kalima veut garder un œil sur les législatives
Publié dans Le Soir Echos le 12 - 09 - 2011

Le Maroc compte près d'une dizaine de think-tank. Kalima, laboratoire indépendant d'idées, Kalima fait partie de ces groupes de réflexion. Son objectif, à court terme, consiste à se poster en observateur lors des prochaines législatives.
La prise de conscience de la transition démocratique au Maroc est désormais irréversible. Le printemps arabe et les manifestations qu'il a déclenchées, depuis février dernier, au Maroc, ont confirmé une chose: la société aspire à des changements qui ne peuvent plus attendre. Créé récemment par un groupe de jeunes marocains, le think-thank Kalima a pour ambition première de transformer les doléances des citoyens en agissements fructueux : « Maintenant, il faut que cette effervescence citoyenne se traduise par des responsabilités individuelles et collectives: le citoyen marocain doit s'accommoder de ses droits et remplir ses devoirs.», nous déclare un des membres du think-tank Kalima.
De leur côté, les politiciens, comme les autorités, ont bien évidemment, eux-aussi, leur part de responsabilité. « Les autorités doivent favoriser l'accélération des réformes structurelles à tous les plans et les institutions d'intermédiation, les partis politiques notamment, doivent proposer des projets de sociétés adéquats pour sublimer les sociétaires citoyens », enchaîne notre interlocuteur.
Pour Kalima, l'urgence est désormais le mot d'ordre : « Notre think-tank est une résultante de cette nouvelle conscience politique collective, mais aussi d'un engagement individuel, partagé par les membres du groupe, pour la chose publique», nous explique Houda Chaloun, présidente de Kalima. Le jeune think-tank a notamment pour ambition de stimuler le changement à travers de nouveaux outils se rapprochant le plus possible du citoyen lambda. «Nous œuvrerons au débat, à la production intellectuelle, à travers de nouvelles visions innovantes et créatives. Nous avons comme objectif d'assurer la vulgarisation de nos contenus et de ceux des débats actuels de la société. Les actions se focaliseront donc sur la création d'options et la conception d'alternatives politiques concrètes. Montrer la possibilité d' «autre chose» n'est pas tâche aisée. Notre think-tank en fait son combat.», argumente Houda Chaloun.
«Montrer la possibilité d'autre chose n'est pas tâche aisée. Notre think-tank en fait son combat».
Houda Chaloun, présidente de Kalima.
A très court terme, le think tank n'hésitera pas à relever un défi qui décidera de son poids dans les décisions citoyennes futures: durant les élections, Kalima aura un œil sur les urnes. «Nous faisons partie de la société civile et cherchons à nous associer à d'autres ONG pour observer et commenter le déroulement du processus électoral, puis en sortir avec des conclusions et des propositions pour une transparence meilleure», annonce un autre membre de Kalima.
Des politiciens vont notamment être invités à cette observation afin de faire une analyse critique des élections et de leur déroulement au Maroc. « Il s'agit d'une analyse méticuleuse sur le système électoral accompagnée de débats et de workshops avec des experts sur les constats du passé, mais aussi et principalement les possibilités non encore exploitées qui pourraient tracer le chemin pour l'Etat démocratique auquel nous aspirons tous. Le livrable est un rapport final mettant en exergue les différents constats et les recommandations auxquelles nous allons aboutir», confie la présidente du think-tank.
Mais, les think-tanks, à eux seuls, ne peuvent changer la donne du paysage politique marocain, car plusieurs problèmes de fond demeurent handicapants pour la majorité. Pour les membres de Kalima, «La non-implication de la jeunesse dans le processus global de prise de décision et du changement, le conservatisme de la société, la peur du changement chez certaines élites, surtout celles qui profitent le plus de l'état des choses aujourd'hui, constituent des barrières au changement». Plus que jamais, la kalima du citoyen devrait avoir son poids dans les prochaines élections.
Le think-tank Kalima a été créé en juillet 2011, autour des valeurs de démocratie, des droits humains, de l'équité sociale et de l'égalité des chances. Ce groupe de réflexion est composé de jeunes Marocains de formations et d'horizons différents, tous issus de diverses expériences politiques et sociales. A travers la promotion de la production intellectuelle autour de ses valeurs et la création d'un cadre de débat et de critique constructive, Kalima tend à participer et à stimuler l'élaboration «d'un Maroc meilleur» selon une vision claire et un projet tangible.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.