Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kadhafi mort et vif
Publié dans Le Soir Echos le 24 - 10 - 2011

Ali Abdallah Saleh sérieusement brûlé, Muammar Kadhafi tué d'une balle dans la tête, semble-t-il, Saddam Hussein pendu il y a quelques années… Et dans un registre plus burlesque, Hosni Moubarak traîné en civière de salles d'interrogatoire en prétoires, Ben Ali transbordé à son insu, comme un colis encombrant…
Le corps du souverain, dans le monde arabe, a été magnifié comme rarement il le fut dans son histoire : portraits démultipliés dans la ville, séquences répétitives sur les télévisions officielles… Le citoyen arabe, sujet de ce despotisme, avait l'obligation d'assimiler par tous ses sens cette incarnation du pouvoir absolu. Qu'il se soit vengé par la violence – en Libye, au Yémen, peut-être ailleurs demain – ou par l'humiliation grotesque – en Egypte – est donc un juste retour des choses.
Aimer et haïr le maître
Les anthropologues rapportent des cas de sociétés primitives mettant à mort leur souverain au terme de son règne, parfois au terme d'une année de pouvoir. Cela se faisait à l'occasion, très souvent d'un carnaval, où les usages et les règles étaient, pour un temps limité, bafoués et renversés.
Les sociétés modernes n'ont plus de ces carnavals politiques. Au Maroc, la tradition du « Sultan e-tolba » qui pendant quelques jours, sortait accompagné de sa «cour» hors de la ville de Fès, jouer au sultan, a dépéri au milieu du siècle dernier.
La modernité politique a remplacé le carnaval politique, humiliant, châtiant, parfois châtrant et tuant le souverain pour de bon, par l'élection – quand ce sont des démocraties – où l'aspirant au pouvoir se doit de présenter patte blanche au peuple pour une fois souverain ; par le meurtre sauvage – quand ce sont des dictatures – transgressant et affichant le cadavre du dictateur : Mussolini pendu à Milan en offre un bel exemple. Les statues de Saddam traînées dans les rues de Bagdad donnaient à voir ce sourd souhait.
L'humiliation du maître obligé de donner des échantillons de son corps – son sang, son sperme… – pour vérifications, son exposition dans des situations inédites du pouvoir habituel – hagard, effaré, angoissé… – participent de ces longues mises en scène.
L'assassinat de Kadhafi, car ce fut un meurtre, est une version de ces lynchages du maître. Des âmes chagrines pourraient dresser cette comparaison : entre la ferveur populaire, pas seulement égyptienne mais arabe, lors de la mort de Nasser, en 1970, et la haine enragée et tout aussi populaire et panarabe, à l'encontre de ces têtes qui les unes après les autres, tombent comme feuilles d'automne. On lit ça et là, dans la presse, de telles ébauches de comparaison, nostalgiques pour une époque où les dirigeants étaient aimés, déplorant l'ère que l'on ferme, et dans laquelle on vécut sous la férule de maîtres haïs.
Le pouvoir incarné
La vérité est plus simple, plus triste aussi. Pleurer hystériquement la mort de Nasser, ou mutiler sauvagement le corps de Kadhafi, participent des mêmes attitudes archaïques envers le pouvoir. Tant qu'un homme, et un seul, concentre physiquement tant de prérogatives, il ne peut qu'attirer, mécaniquement, tant de passions collectives. Qu'elles soient positives ou négatives, cela ensuite est secondaire. Nasser comme Kadhafi, l'un héros magnifié, l'autre devenu symbole d'une folie du pouvoir, sont les deux faces d'un même système dont les peuple arabes doivent se débarrasser : la délégation de la liberté et de la responsabilité individuelle à une personne unique, quitte ensuite à ce que le citoyen transforme sa délégation en haine farouche.
Kadhafi mort, Moubarak mourant, Ben Ali comateux et Saleh blessé, il reste tant d'autres maîtres, virtuels, dans les têtes des citoyens arabes effarés par l'ampleur de la tâche. En Egypte, en Tunisie, des voix s'élèvent aujourd'hui pour réclamer un retour à l'ordre. C'est dans de tels désirs que se forgent les petits maîtres qu'on aime d'abord, et qu'on finit ensuite par haïr. Les Constitutions en train de s'écrire ne présagent rien de bon si elles prennent un tour présidentialiste, comme en Egypte, monopolisant les prérogatives de la souveraineté entre les mains d'un seul.
Kadhafi mort, reste encore à tuer l'amour du maître, toujours vif, et parfois masqué par des motivations d'ordre et de sécurité très légitimes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.