Adoption par la Chambre des représentants de trois projets de loi organiques relatifs au processus électoral    Abdelouafi Laftit : L'étape actuelle exige l'implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Covid-19 : La CNSS annonce une bonne nouvelle aux crèches    La Bourse de Casablanca en repli du 1 er au 05 mars    Covid-19 au Maroc: près de 4 millions de personnes vaccinées dimanche 7 mars    Salma Azzaoui, une sportive marocaine au défi de la rudesse du soccer américain    Rassemblement à Paris des partisans du Hirak réclamant la dissolution du régime algérien    En leur journée internationale, les femmes aspirent toujours à une égalité de fait    Quand le Maroco-Allemand, Mohamed Hajib, condamné pour terrorisme, faisait l'apologie des attentats-suicides    L'Opinion : Ni fête, ni stéréotype    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Maroc-USA : Examen des moyens de renforcer la coopération culturelle    Sahara : Les Nations unies reconnaissent la difficulté de nommer un envoyé spécial    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    CCISCS : Un partenariat stratégique pour encourager l'entrepreneuriat    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Les sociétés de distribution sur la sellette    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    Clara Zetkin, la révolutionnaire par qui tout est arrivé..!    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    Déclaration du CA avant le 1er avril    Ligue des champions : Le Zamalek et Al Ahly en difficulté    L'égalité des genres au centre des efforts de relèvement de la crise    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    Armée américaine et insurgés du Capitole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yto Barrada et Akram Zaatari travaillaient avec la réalité
Publié dans Le Soir Echos le 25 - 10 - 2011

La Foire internationale d'art contemporain qui vient de s'achever sur les cimaises du Grand Palais à Paris est une manifestation qui a tout d'une fête pour les amateurs de peinture, de sculpture et d'installations. Je ne suis pas prêt d'oublier le gigantesque kangourou couvant une montagne de livres de poche qui semblait défier la numérisation de la bibliothèque mondiale et aura constitué la plus souriante expression de la créativité des artistes- plasticiens du monde entier dont les œuvres se jouxtent, qu'elles aient pour auteur des géants de l'art du XXe siècle ou les nouvelles vedettes de l'art contemporain. Il y a aussi des photographes parmi les exposants et j'ai été particulièrement impressionné par le travail du Libanais Akram Zaatari qui a pratiqué l'excavation d'un matériel d'archives, celui de son confrère Hashem al Madani, né en 1928. Son regard sur les photographies d'un devancier est généreux et grave, même si son sens de la fantaisie ou de la tristesse des destins s'exprime avec une liberté magnifique. On le voit particulièrement dans Body Builders.
Les photographies d'Akram Zaatari ont fait l'objet d'une exposition El molesto asunto-The Uneasy Subject au Musée d'art contemporain de Castilla y Leon (Espagne) co-organisée par le Musée Universitaire d'art contemporain de Mexico. Zaatari est un photographe humaniste qui ne pratique pas l'art du pamphlet en images. Il affronte bravement la question de la douceur dans sa coexistence éventuelle et, sous ses yeux, plus patente qu'éventuelle avec la violence qui est en chacun parce qu'elle est dans monde, à moins que, plus probablement, elle ne se trouve dans le monde que parce qu'elle est puisée en nous. Mais il y a quelque chose d'amoureux dans le regard d'Akram Zaatari et, dans ses photographies, un air de défi heureux, tandis que ses boxeurs ont quelque chose de jovial, d'ironique ou de carrément tendre qu'on n'avait jamais vu avant qu'il n'en produise l'éclatante démonstration.
Parmi les centaines d'œuvres montrées à la FIAC, ce fut un vrai plaisir que de retrouver les photographies tangéroises d'Yto Barrada, laquelle vient d'expliquer à la journaliste Emmanuelle Laqueux sa posture d'artiste : « Je ne veux plus faire de différence entre mon œuvre d'artiste et mon rôle à la cinémathèque de Tanger, les deux se développent dans l'échange, et la tentative de développer de nouvelles formes de solidarité. »
On notera l'insistance sur le développement dans tous les sens du terme, et pas seulement celui qu'il a en photographie ! Le nuancier de roses d'Yto Barrada qu'exposait la galerie Polaris n'est pas l'œuvre d'elle qui m'a le plus retenu. Ces carrés qui montrent comment la couleur rose se déclinent ont bien moins de force que ces photographies tangéroises, lesquelles sont montrées à la Biennale de Venise jusqu'au 27 novembre.
La reconnaissance internationale dont bénéfice largement le travail d'Yto Barrada n'est pas seulement impressionnante : elle est absolument méritée. Il y a dans l'ardeur que l'artiste met à nous faire voir Tanger autrement que sous l'angle passéiste d'une nostalgie présumée un acte net, vigoureux et sensible. On a pu grâce à une photographie partager en imagination les sensations éprouvées par telle femme en promenade dans la forêt de cèdres du Rif, ou encore observer un dauphin échoué sur une plage, avant de croiser le regard d'une baigneuse méditative à moins que perplexe.
Yto Barrada qui a fait des études d'arabe, d'hébreu, de photographie, d'histoire et de sociologie est une artiste complète qui a recueilli dans un film des anecdotes et des récits mais sait sans phrases et sans un seul personnage à l'image, donner à penser la relation au site, par exemple lorsqu'elle photographie la route de l'Unité. Ce qui est étonnant dans son travail sur la réalité, c'est le vibrato qu'elle obtient, quand bien même elle photographie un groupe, d'immeubles et pas seulement lorsqu'elle montre un jardin de lauriers roses et affirme sa préférence pour les iris de Tanger.
Sensible au présent le plus contradictoire, voulant témoigner de l'attente, de l'action, de l'inertie, de l'énergie et du découragement, Yto Barrada prospecte le réel avec un toucher de poète, c'est-à-dire en faisant sens, en refusant la mièvrerie consensuelle et en dévisageant l'azur, les déchets et les rêves à hauteur du possible et de l'impossible.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.