Glovo s'associe à Marjane    Coronavirus : voici les nouvelles mesures prises par l'ONEE    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : l'OFEC de Casablanca accueillera un hôpital de campagne de 700 lits    Le Maroc de tous les espoirs!    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les ménages ramédistes indemnisés à partir de ce lundi    L'indemnisation démarre aujourd'hui    Le dirham se déprécie de 4,56% face à l'euro    Covid-19: L'Exécutif réduit ses dépenses    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Le monde diplomatique ou le journalisme à la carte    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Coronavirus : 961 cas confirmés, trois nouveaux décès et une guérison ce dimanche à 13h    «Quelle lecture des résultats annuels de 2019?»    Covid-19 : Tanger Med au chevet de la population locale    Orchestra Maroc touché par le coronavirus    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Un député français d'origine marocaine saisit la justice    Amnistie Royale : un acte hautement humanitaire    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Fonds anti-coronavirus : Le Groupe Allali apporte sa contribution    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Fonds spécial : procédure de retrait des aides financières pour le secteur informel    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Himma : Royal retour
Publié dans Le Soir Echos le 08 - 12 - 2011

Le roi Mohammed VI a nommé Fouad Ali El Himma en tant que conseiller. Une désignation qui sonne comme une reconsidération pour l'intéressé et la fin du PAM…du moins tel qu'on le connaissait jusque-là.
D'aucuns disaient qu'il est très proche du roi. Fouad Ali El Himma l'est aujourd'hui plus que jamais. Ainsi en a décidé le Souverain qui a porté au poste de conseiller royal celui qui était, déjà en 1998 alors qu'il était encore prince héritier, chef de son cabinet. Nombre d'observateurs voient en cette décision la réhabilitation d'une personnalité décriée tant par la classe politique, le PJD et son Abdelilah Benkirane en premier que par les militants du 20 février. « C'est aussi une manière de dire que le Palais a ses propres grilles et normes d'évaluation. El Himma en sort comme étant une valeur sûre », dit le politologue Mohamed Darif. « Cette désignation s'inscrit dans la continuité des récentes nominations d'ambassadeurs et de conseillers. J'y vois une volonté du Palais de se préparer sérieusement au gouvernement PJD. Nous sommes dans une configuration où il y aura peut-être une bipolarité dans la gestion du pays. Et tout est de savoir dans ce cas quelle sera la marge d'autonomie de l'équipe Benkirane », analyse pour Le Soir échos le politologue Youssef Belal. Pour lui, cette nomination formalise un statut privilégié dont disposait déjà El Himma, mais de manière informelle.
C'est que El Himma a plusieurs cordes à son arc. À son actif, une parfaite maîtrise de la réalité politique du pays ainsi que des dossiers les plus chauds : Sahara, terrorisme, relations avec l'Espagne ou l'Algérie, la presse, et les partis. Fin négociateur, il sait aussi se montrer efficace. L'Etat lui doit notamment la reconfiguration des services de sécurité et leur harmonisation du temps où il était secrétaire d'Etat, puis ministre délégué, à l'Intérieur.
La fin du PAM?
Fouad Ali El Himma souffre néanmoins d'une image écornée, notamment dans les rangs du Mouvement du 20 février qui, bien souvent, demandait son départ. Les actions qu'il a entreprises, ou promues, n'ont pas été toutes des réussites. La gestion des affaires du terrorisme, notamment les attentats de Casablanca s'est, entre autres, traduite par des arrestations peu regardantes sur le respect des droits de l'Homme. La création, et le fonctionnement, du Parti de l'authenticité et de la modernité (PAM) dont il était l'architecte a, dans ce même ordre d'idées, été vivement critiquée. La personne d'El Himma, ses nombreuses qualités et sa proximité avec le roi, ont également attiré bien des opportunistes à rejoindre les rangs du parti. Au risque de mettre les principes et valeurs annoncés par celui-ci en contradiction avec son (réel) fonctionnement. « L'un des messages forts de cette nomination est justement la fin des relations d'El Himma avec le PAM vu que, par définition, un conseiller du roi ne peut adhérer à aucune formation politique. Par là, le Palais met également fin à tout ce qui a pu être dit sur El Himma et son éventuel ‘'interventionnisme'' dans la chose politique », commente Darif. Serait-ce pour autant la fin du PAM? « Pas du tout, on peut même parler d'une nouvelle naissance de ce parti, arrivé quatrième aux dernières élections, auxquelles il participe pour la première fois, il dispose aujourd'hui d'une légitimité électorale avec 47 sièges, devant l'USFP et le Mouvement populaire ». Le parti a également clarifié son jeu et s'est débarrassé des notables qui lui ont coûté sa réputation. Autant dire que les choses sérieuses ne font que commencer.
Zenagui : de la City au Palais
Tandis que FAH a été nommé conseiller de Sa Majesté, Yassir Zenagui l'était déjà depuis 24 heures. La quarantaine à peine passée, l'ex-ministre du tourisme a sans doute profité du passage de son parti politique (RNI) à l'opposition, ce qui a certainement joué un rôle dans le choix du monarque. Avant de retourner au Maroc, Zenagui dirigeait la filiale financière de la Société Générale à la City de Londres. Les années « Golden Boy » révolues, le roi le nomme au portefeuille du Tourisme. Suite à la défaite du RNI lors des élections et son passage dans l'opposition, Zenagui se voit nommé conseiller au Palais royal.
Réda Mouhsine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.