Botola Pro D1: Le partage des points entre le RAJA et le FUS    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le roi Mohammed VI a reçu un message du président Erdogan    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Covid-19 : les vaccins à ARN messager semblent efficaces contre le variant indien    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    Oualid El Hajjam vise un retour en sélection !    Mme Bouayach: Le travail de mémoire pierre angulaire dans les politiques de garantie de non-répétition    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maghreb : mais où sont les femmes ?
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 01 - 2012

A l'instar de la nomination d'une seule femme au gouvernement marocain, les femmes tunisiennes, algériennes et libyennes sont sous-représentées dans le champ politique.
« Il n'y a pas lieu de parler de représentation politique des femmes. Il n'y en a pas! Elles sont les oubliées », s'exclame Khadija Mohsen-Finan, chercheuse spécialiste du Maghreb. Avec une femme ministre sur 31 au Maroc, 3 sur 42 en Tunisie, 2 sur 34 en Libye et 3 sur 35 en Algérie, le deuxième sexe a du mal à s'imposer dans l'arène politique. Cette sous-représentativité des femmes en politique s'est accentuée suite au renouveau politique de la région. Peu nombreuses, elles occupent de plus toujours des ministères à caractère social considérés comme « l'apanage féminin ». Panorama de la sous-représentation des femmes sur l'échiquier politique de la région, avec l'analyse de Boutheina Gribaa, Coordinatrice de projet à CAWTAR à Tunis.
ALGERIE La voie du quota
Chez nos voisins algériens, le gouvernement de Ahmed Ouyahia compte seulement 3 femmes sur les 35 postes : Khalida Toumi au Ministère de la Culture, Nouara Djaafar, ministre déléguée auprès du Ministre de la Solidarité nationale et de la famille, et Souad Bendjaballah, ministre déléguée auprès du Ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Regardant d'un oeil inquiet les mouvements de la région, le président Abdelaziz Bouteflika a annoncé une série de réformes politiques dont l'instauration d'un quota pour les femmes. Le projet de loi fixant à à 33 % le pourcentage de femmes dans les assemblées a provoqué la colère de nombreux députés, farouchement opposés au projet. Actuellement, les femmes ne représentent que 10% des députés algériens et 5% des sénateurs. Prochaine échéance politique : les législatives d'avril 2012
TUNISIE Recul de participation
Bien que souvent présenté comme en avance sur les questions féminines, la Tunisie ne s'illustre guère par une forte représentation des femmes en politique avec seulement 3 femmes sur 42 ministres : Mamia El Banna à l'Environnement, Sihem Badi aux Affaires de la femme et de la famille et Chahida Ben Frej Bouraoui Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Equipement. Lors des dernières législatives, 17 femmes étaient tête de listes et 49 femmes sont entrées à l'assemblée constituante. Du temps de Ben Ali, le RCD pratiquait la politique des quotas volontaires, notamment aux législatives de 2009, ce qui avait donné la présence de 30% de femmes au Parlement. L'heure est au recul en Tunisie.
LIBYE Une sous-représentation «scandaleuse»
L'après-Kadhafi ne présage guère de l'avènement des femmes en politique. Le nouveau gouvernement ne compte que 2 femmes sur 34 ministres : Mabrouka al-Chérif Jibril aux Affaires sociales et Fatma Al-Hamrouch à la Santé. Concernant les élections législatives de juin prochain, le CNT a annoncé dimanche dernier que la future assemblée consistuante sera composé de 200 membres, dont seulement 10% des sièges seront réservés aux femmes. Une sous-représentation « scandaleuse » condamnée immédiatement par les ONG libyennes, dont Libyan Rights Organization et The Voice of Libyan Women qui ont manifesté cette semaine.
La rage des féministes
C'est la grosse déception dans les rangs des féministes qui n'ont cessé de revendiquer le respect de la parité et de l'équité des chances. La Fédération de la ligue démocratique des droits des femmes (FLDDF) estime de son droit, à présent, d'exprimer la colère unanime du mouvement féministe qui ressent un profond mépris. « L'actuelle formation gouvernementale représente un recul grave par rapport aux acquis obtenus par les femmes et à l'avancée historique et politique que la Constitution a apportée à la société marocaine », affirme la FLDDF. Plusieurs années de militantisme récompensées par la nouvelle Constitution, mais « ignorés par le nouveau gouvernement ». En cela, les féministes accusent les partis politiques formant le gouvernement, et plus particulièrement « le chef du gouvernement qui est tenu politiquement et institutionnellement d'œuvrer à la mise en œuvre créative des dispositions constitutionnelles, dont les mesures destinées à appliquer la parité ». Autre exemple, alors que la Constitution a préconisé la mise en œuvre de la parité, la représentativité des femmes au Parlement n'a pas dépassé 17% ». Les féministes pensent que la précipitation à laquelle le gouvernement a cédé a failli au plus important et regrettent « que certains partis, considérés comme faisant partie de la famille démocratique, et notamment le Parti du progrès et socialisme (PPS), aient abandonné leurs engagements précédents, en faveur de la mise en œuvre de mesures conduisant à la parité et, tout particulièrement, la prise de responsabilités ministérielles». Les féministes dénoncent que la course pour les valises ministérielles s'est faite au dépend des principes. L.H
Entretien avec Boutheina Gribaa, Coordinatrice de projet à CAWTAR (Centre de la Femme Arabe pour la Formation et la Recherche), ex-Présidente de la chaire de la condition féminine à l'Unesco.
« Des qotas pour accéder aux postes décisionnels »
Quel regard portez-vous sur l'évolution de la représentation des femmes en politique au Maghreb ? Elle a évolué positivement au Maroc, en Tunisie et en Algérie jusqu'à l'avènement du printemps arabe. Maintenant, il y a un recul en termes de qualité et de quantité. Les femmes représentatives des nouveaux partis, le parti Ennahda en Tunisie, le PJD en Maroc et peut-être bientôt le FIS en Algérie, sont des femmes qui n'ont pas un passé de femmes militantes ou de féministes. Elles atterrissent dans l'arène politique. Nos acquis vont-ils être préserver ? Va-t-on repartir de zéro ? De nombreuses questions se posent.
Les femmes sont donc les grandes perdantes du printemps arabe selon vous ?
Oui ! En Tunisie comme en Egypte, les femmes étaient présentes dans les révolutions mais elles n'ont pas accédés aux postes décisionnels ensuite. En Egypte, avec l'arrivée des Frères musulmans et des salafistes, les femmes n'auront pas de nouveaux acquis, mais plutôt des reculs. Bien que la société féminine et des droits de l'homme s'active pour contrecarrer ce mouvement, il y aura une remise en question des acquis.
Quels sont les facteurs explicatifs de cette sous représentation ?
Ce sont des facteurs culturels en premier lieu. Jusque-là, l'homme arabo musulman a toujours cru que la politique s'adressait à lui. Autant il est apte à céder pour le secteur économique, autant il considère que le politique est son fief à lui et que les femmes n'ont rien à voir là-dedans. Le second facteur est politique : les femmes ne sont pas assez bien outillées. Il y a un manque en termes de formation politique. En Tunisie par exemple, les femmes n'étaient pas bien outillées ni pour choisir leur parti, ni pour être sur les listes ni pour faire leur campagne.
101 pays à travers le monde appliquent le système des quotas. Est-ce la solution ?
Oui, c'est la seule manière de faire accéder les femmes aux postes décisionnels. Sans cela les femmes ne pourront pas accéder au Parlement et aux conseils municipaux. En Tunisie, on a bataillé pour la parité, mais ce n'était pas la bonne mesure, il fallait militer pour le quota. Il faut ce quota pour assurer ce minimum et qu'ainsi, la minorité féminine fasse un travail conséquent pour les autres femmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.