OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La nuit américaine de François Truffaut | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

« La nuit américaine » fut le prétexte, à sa sortie, d'un échange épistolaire très dur entre Jean Luc Godard et François Truffaut. Et c'est Godard qui, sortant exaspéré d'une projection du film, déclencha les hostilités en envoyant à son vieil ami une lettre remplie de mépris et de provocation. Ce à quoi Truffaut répliqua par un très long texte d'une grande violence, traitant Godard de « merde sur son socle », entre autres amabilités… Leur amitié fut rompue. Truffaut en sortit meurtri. Mais heureusement pour lui, Godard fut l'un des rares à se dresser contre le film, qui fut un réel succès et lui permit de remporter l'oscar du meilleur film étranger en 1974. Même si les détracteurs de Truffaut lui reprochaient un caractère apolitique, à rebours des cinéastes encensés à l'époque. Avec « La nuit américaine », François Truffaut concrétise enfin un vieux rêve : celui de montrer un film en train de se faire. Déclaration de foi dans le cinéma, qu'il aime plus que tout au monde, plus que la vraie vie, « La nuit américaine » entremêle documentaire et fiction et livre une vision sincère et vraie sur un univers factice. « J'ai tourné « La nuit américaine » avec la volonté de rendre heureux le spectateur face au spectacle d'un film en train de se faire, de faire entrer de la joie et de la légèreté par toutes les perforations de la pellicule », disait Truffaut. Dans un studio de cinéma, toute une équipe s'affaire au tournage d'un film. Autour du metteur en scène, Ferrand, incarné par François Truffaut, acteurs, techniciens, décorateurs, costumiers, figurants et producteur, s'activent à donner vie à « Je vous présente Pamela », un scénario somme toute banal où il est question d'une histoire d'amour entre un homme vieillissant (Jean Pierre Léaud) et sa belle-fille (Jacqueline Bisset, au sommet de sa beauté). Les anecdotes se succèdent et les sentiments hors caméra et devant la caméra débordent et se confondent, alternant moments de tensions et passages comiques fort réussis. Le film déploie alors une belle vitalité et met l'accent sur le rôle de « passeur » du cinéma de François Truffaut qui ne cessa, sa vie durant, d'en révéler les facettes ignorées du grand public. Dans « La nuit américaine », la fabrication d'un film ressemble à une longue entreprise qu'on souhaite belle au départ, mais qu'on veut ensuite achever au plus vite au fur et à mesure que les divers et imprévus en sabotent la réussite. Evidemment, si les anecdotes qui se suivent et ne se ressemblent pas sonnent aussi justes, c'est aussi grâce à un casting brillant qui, de Jean-Pierre Léaud à Valentina Cortese, de Nathalie Baye à Jean-Pierre Stévenin, et de Dani à Bernard Menez, donne chair à cette grande famille de doux dingues, que Truffaut a du mal à juger avec distance et sévérité. Mais encore au-delà, c'est surtout l'autoportrait du cinéaste au travail qui trouve ici une résonance touchante. Ferrand / Truffaut est certes pressé, mais reste attentif, rassure ses acteurs, et n'est jamais à court de blagues pour désamorcer les crises. Enfin, preuve d'humilité, le film dans le film n'est pas grand. Truffaut a décidément toujours préféré rester l'œil rivé au côté
des artisans.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.