Lutte contre le terrorisme et le crime organisé : Renforcement de la coopération entre le Maroc et les USA    Emprunt obligataire : sortie réussie du Maroc sur le marché international    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Transferts : Ayoub El Kaabi rejoint le Wydad    Botola Pro D1 : La RSB ne lâche pas prise    Covid-19 : 413 élèves et 807 enseignants contaminés depuis la rentrée scolaire    Pas de report de l'examen régional de la 1-ère année du baccalauréat    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Les autorités serrent la vis à Casablanca    Le covid-19 ferme un célèbre quartier à Fès (PHOTOS)    Dislog: belle opération du groupe avec le rachat de Fine Hygienic Holding    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    Finances - Bilan au 1er semestre 2020 : TAQA Maroc présente ses résultats    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Baromètre Deloitte des CEOs africains : L'après-Covid-19 vu par les patrons africains    Maroc : Bilan positif pour la 61è Assemblée des Etats membres de l'OMPI    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Liquidité des banques: le besoin se creuse en août    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Les écoles françaises au Maroc font preuve de résilience    El Otmani a parlé des vaccins anti-covid 19    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    World News Day: D'esclave à activiste    A quoi servent les rapports d' activité des institutions de gouvernance ?    FAR: le général Louarak en visite d'inspection au mur de défense    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    La nécessité de la Politique !    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le coup de gueule de Laura Smet contre la cruauté envers les animaux    Ayoub Qanir primé à Toronto et Venise    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Des efforts doivent être faits pour améliorer le cadre de vie à Casablanca » | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 12 - 10 - 2012

L'Association Casamémoire organise à partir du 23 octobre le second cycle de « l'université populaire du patrimoine ». Une série de conférences pour vulgariser le patrimoine architectural de Casablanca. Dans cet entretien, la directrice Laure Augereau nous présente ce concept et se prononce également sur l'état de délabrement de certains édifices de la ville blanche.
Selon Laure Augereau (en médaillon), Casablanca appartient à tous et c'est à chacun à son niveau de participer à l'amélioration du cadre de vie de la ville.
Pouvez-vous revenir brièvement sur les raisons qui ont présidé à la naissance de l'Association de sauvegarde du patrimoine architectural du 20è siècle au Maroc plus connu sous l'acronyme Casamémoire ?
Créée en 1995, Casamémoire est une association marocaine à but non lucratif de sauvegarde du patrimoine architectural du XXe siècle. Elle a vu le jour suite à la démolition de la villa Mokri de l'architecte Marius Boyer. Elle regroupe des Casablancais de naissance ou d'adoption, de formations et d'âge divers et réunis autour de valeurs communes : agir pour préserver la spécificité de Casablanca, pour valoriser le patrimoine architectural, le tourisme culturel et la mémoire collective de la ville.
Début 2012 vous avez organisé le premier cycle de « l'Université populaire du Patrimoine ». Le second cycle sera entamé à partir du 23 octobre prochain ? Quelles seront les nouveautés pour cette seconde manche ?
L'université Populaire du patrimoine est née de l'intérêt croissant des volontaires du patrimoine pour les questions de patrimoine, et d'architecture de la ville. Le programme a donc été réalisé pour répondre à leur besoin d'en savoir plus sur ces thèmes. Elle constitue donc une sorte de formation continue ouverte à tous. Elle favorise la rencontre de spécialistes et d'un public non-averti autour de conférences mensuelles. La nouveauté pour ce second cycle est la diffusion du concept avec des partenaires locaux de d'autres villes comme Tétouan, Meknès et El Jadida. Le tout soutenu par le réseau des Instituts français du Maroc.
Des journées du patrimoine ont été également organisées en avril 2012. Qui-est-ce qui a motivé cette initiative ?
Les Journées du patrimoine de Casablanca existent depuis avril 2009. Cet évènement culturel a grandi dans l'espace et dans le temps. Il accueille aujourd'hui plus de 12000 visiteurs en 3 jours de l'ancienne médina au quartier Hay Mohammedi en passant par la place Mohammed V et les Habous. La cinquième édition prendra place le 5, 6 et 7 avril 2013.
Casamémoire propose un plan patrimoine pour la ville de Casablanca ? A t-il reçu l'approbation des autorités concernées ?
Dans le cadre du projet Mutual Heritage du programme euromed heritage IV, Casamemoire a réalisé un dossier technique rassemblant inventaire préliminaire, historique urbain et architectural de la ville de Casablanca qui a été distribué auprès des ministères et autorités concernées.
Aujourd'hui à Casablanca plusieurs batiments historiques sont dans un état de délabrement souvent très avancé comme à la zone de la Médina. Aussi, au centre ville, de nombreux batiments semblent divorcés avec la peinture blanche. Que préconisez-vous pour redonner une seconde vie à ces édifices ?
Des efforts sont faits depuis quelques temps dans ce sens, notamment autour du tracé du tramway. Il faut que tout le monde s'y mette : autorités, propriétaires, et tout citoyen casablancais. La ville appartient à tous et c'est à chacun à son niveau de participer à l'amélioration du cadre de vie de cette magnifique ville.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.