Bourita reçu par le président mauritanien (PHOTO)    Le ministre palestinien des Affaires étrangères salue l'appui constant du Monarque à la question palestinienne    Affaire Leila S : Me Zahrach va porter plainte contre les avocats de l'accusation pour injures publiques    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Une nouvelle condamnation dans l'affaire « Hamza mon Bb »    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Omar Balafrej : «Non, je ne suis pas athée»    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    Le tennis de table casablancais à l'honneur    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Salfaous Band dévoile «Gher Nta»    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Le Sahara, future pierre angulaire de la coopération Sud-Sud    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    Le paiement en ligne reste modeste malgré sa progression    Le président français annonce des mesures contre le «séparatisme islamiste», et la fin des imams détachés    Coronavirus: Des passagers du paquebot débarquent au Japon, plus de 2.000 morts en Chine    Haro sur Bloomberg: Le milliardaire attendu au tournant pour son premier débat démocrate    Jeff Bezos crée un fonds « pour la Terre » doté de 10 milliards de dollars    ENYAQ: le prochain SUV 100% électrique de Skoda    Véhicules électriques: Volkswagen et E.ON développent la charge ultrarapide    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Foot : La Bundesliga dépasse les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires    La Commission européenne salue les efforts du Maroc en matière de réformes fiscales    Le Chili porte un coup dur aux séparatistes    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Divers Economie    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    La question du jour : Mattéo Guendouzi peut-il être sélectionné en équipe nationale ?    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Maison Blanche examine d'autres financements du mur
Publié dans Libération le 20 - 12 - 2018

Donald Trump le martelait depuis plusieurs jours: pas d'accord budgétaire si le Congrès ne débloque pas 5 milliards de dollars pour construire un mur à la frontière avec le Mexique. Mais la Maison Blanche a semblé mardi moins inflexible.
"Nous avons d'autres moyens d'arriver aux 5 milliards", a déclaré sur Fox News Sarah Sanders, porte-parole de l'Exécutif.
"In fine, nous ne voulons pas fermer les administrations fédérales, nous voulons fermer la frontière", a-t-elle ajouté, précisant que M. Trump avait demandé à tous ses ministres de "chercher des financements qui peuvent être utilisés pour protéger les frontières".
Cette ouverture a ravivé l'espoir d'aboutir à un compromis budgétaire entre élus républicains et démocrates du Congrès avant les fêtes de fin d'année même si le suspense devrait, comme à chaque fois, durer jusqu'à la dernière minute.
En l'absence d'accord sur une loi de financement d'ici vendredi à minuit, une partie des administrations fédérales sera paralysée.
Interrogé peu après sur l'issue des tractations en cours, le président américain est resté aussi évasif que possible: "Nous verrons, il est trop tôt pour le dire".
L'élue démocrate Nancy Pelosi, qui prendra selon toute vraisemblance en janvier la tête de la Chambre des représentants, a rapidement fait savoir que la proposition esquissée par la Maison Blanche n'était pas acceptable en l'état.
"Nous ne pouvons accepter la proposition de mise en place d'un fonds de plusieurs milliards de dollars pour que le président puisse mettre en œuvre ses très mauvaises politiques migratoires", a-t-elle déclaré aux journalistes.
Le parti démocrate est pour l'heure prêt à débloquer une enveloppe de seulement 1,6 milliard de dollars pour la sécurité aux frontières, sans en allouer une partie pour financer le mur.
Si les effets d'un "shutdown" sont difficiles à prévoir, les ministères de la Sécurité intérieure, de la Justice, de l'Intérieur, ou encore le département d'Etat seraient perturbés, avec des dizaines de milliers de fonctionnaires de facto placés en congé sans solde.
Les républicains dominent pour l'instant le Congrès mais toute loi budgétaire doit être adoptée par 60 voix sur 100 au Sénat, où ils ne disposent à ce stade que de 51 sièges.
Et, à partir du 3 janvier, les démocrates reprendront le contrôle de la Chambre des représentants. Un contexte qui ne les incite pas à céder aux demandes du président républicain.
"Je serais fier d'aller au +shutdown+ au nom de la sécurité aux frontières", avait lancé il y a une semaine M. Trump dans le Bureau ovale lors d'un échange particulièrement houleux avec les leaders démocrates du Congrès, Chuck Schumer et Nancy Pelosi.
"Il n'y a pas de sécurité aux frontières sans le mur!", avait-il martelé, en référence à sa promesse de campagne extrêmement controversée.
Mardi soir, il a encore tweeté sur le sujet, promettant un mur "beau" et même artistique.
"Les démocrates disent haut et fort qu'ils ne veulent pas construire de mur en béton --mais nous ne construisons pas de mur en béton, nous construisons des barres d'acier conçues de manière artistique, afin que vous puissiez voir au travers", a-t-il écrit.
"Ce sera beau et, en même temps, ça donnera à notre pays la sécurité que nos citoyens méritent. Ce sera rapidement mis sur pied et nous fera économiser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.