Covid-19 au Maroc: le dernier bilan par région    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Covid-19: le point sur la situation aux Etats-Unis, nouvel épicentre de la pandémie    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    Fonds spécial: la contribution du groupe Centrale Automobile Chérifienne    El Youbi: “On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie, à condition…”    OCP: Un Chiffre d'affaires de plus de 54 MMDH en 2019    Coronavirus : Le vrai du faux sur l'épidémie au Maroc ce mercredi 1 avril 2020    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    La musique: Ce langage universel qui a sorti le monde de sa boule!    Assurances automobiles : La FMSAR s'organise pour garantir le renouvellement    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Les éboueurs en première ligne à Fès    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Maison Blanche examine d'autres financements du mur
Publié dans Libération le 20 - 12 - 2018

Donald Trump le martelait depuis plusieurs jours: pas d'accord budgétaire si le Congrès ne débloque pas 5 milliards de dollars pour construire un mur à la frontière avec le Mexique. Mais la Maison Blanche a semblé mardi moins inflexible.
"Nous avons d'autres moyens d'arriver aux 5 milliards", a déclaré sur Fox News Sarah Sanders, porte-parole de l'Exécutif.
"In fine, nous ne voulons pas fermer les administrations fédérales, nous voulons fermer la frontière", a-t-elle ajouté, précisant que M. Trump avait demandé à tous ses ministres de "chercher des financements qui peuvent être utilisés pour protéger les frontières".
Cette ouverture a ravivé l'espoir d'aboutir à un compromis budgétaire entre élus républicains et démocrates du Congrès avant les fêtes de fin d'année même si le suspense devrait, comme à chaque fois, durer jusqu'à la dernière minute.
En l'absence d'accord sur une loi de financement d'ici vendredi à minuit, une partie des administrations fédérales sera paralysée.
Interrogé peu après sur l'issue des tractations en cours, le président américain est resté aussi évasif que possible: "Nous verrons, il est trop tôt pour le dire".
L'élue démocrate Nancy Pelosi, qui prendra selon toute vraisemblance en janvier la tête de la Chambre des représentants, a rapidement fait savoir que la proposition esquissée par la Maison Blanche n'était pas acceptable en l'état.
"Nous ne pouvons accepter la proposition de mise en place d'un fonds de plusieurs milliards de dollars pour que le président puisse mettre en œuvre ses très mauvaises politiques migratoires", a-t-elle déclaré aux journalistes.
Le parti démocrate est pour l'heure prêt à débloquer une enveloppe de seulement 1,6 milliard de dollars pour la sécurité aux frontières, sans en allouer une partie pour financer le mur.
Si les effets d'un "shutdown" sont difficiles à prévoir, les ministères de la Sécurité intérieure, de la Justice, de l'Intérieur, ou encore le département d'Etat seraient perturbés, avec des dizaines de milliers de fonctionnaires de facto placés en congé sans solde.
Les républicains dominent pour l'instant le Congrès mais toute loi budgétaire doit être adoptée par 60 voix sur 100 au Sénat, où ils ne disposent à ce stade que de 51 sièges.
Et, à partir du 3 janvier, les démocrates reprendront le contrôle de la Chambre des représentants. Un contexte qui ne les incite pas à céder aux demandes du président républicain.
"Je serais fier d'aller au +shutdown+ au nom de la sécurité aux frontières", avait lancé il y a une semaine M. Trump dans le Bureau ovale lors d'un échange particulièrement houleux avec les leaders démocrates du Congrès, Chuck Schumer et Nancy Pelosi.
"Il n'y a pas de sécurité aux frontières sans le mur!", avait-il martelé, en référence à sa promesse de campagne extrêmement controversée.
Mardi soir, il a encore tweeté sur le sujet, promettant un mur "beau" et même artistique.
"Les démocrates disent haut et fort qu'ils ne veulent pas construire de mur en béton --mais nous ne construisons pas de mur en béton, nous construisons des barres d'acier conçues de manière artistique, afin que vous puissiez voir au travers", a-t-il écrit.
"Ce sera beau et, en même temps, ça donnera à notre pays la sécurité que nos citoyens méritent. Ce sera rapidement mis sur pied et nous fera économiser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.