Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tabac et alcool assurément dangereux
Publié dans Libération le 21 - 01 - 2019

Incroyable mais vrai. Si l'on en croit les résultats des recherches menées par la commission EAT-Lancet, la malbouffe serait plus dangereuse pour l'homme que l'alcool et le tabac réunis. D'après les 37 scientifiques venus de 16 pays formant cette commission, «un régime alimentaire malsain représente un risque plus élevé de morbidité et de mortalité prématurées que celui causé par l'ensemble des rapports sexuels non protégés, de l'alcool, des drogues et du tabac».
Comme les prévisions scientifiques s'accordent à dire que la terre comptera d'ici à 2050 près de 10 milliards d'humains à nourrir, ces chercheurs ont eu l'idée de définir un régime alimentaire sain et durable à l'échelle planétaire. Au fil de leurs investigations, ils ont découvert un déséquilibre saisissant. D'un côté, la moitié de la population mondiale est mal nourrie. Entendez trop peu ou de manière inadéquate. De l'autre, les ressources de la planète sont surexploitées.
Afin d'y remédier, le rapport du groupe EAT publié dans la revue médicale The Lancet, préconise un bon régime alimentaire comme solution unique aux deux problèmes. Faire d'une pierre deux coups. Selon eux, en sus de préserver les ressources de la planète, l'adoption d'un bon régime alimentaire pourrait réduire de 20 % la mortalité adulte dans le monde et éviter ainsi, jusqu'à 11,6 millions de décès par an.
Omniprésents dans notre quotidien, ces aliments incarnant la malbouffe se trouvent généralement dans les assiettes des fast-foods, à l'instar des pizzas, sandwichs et autres dérivés du burger. Mais encore dans la composition des snacks, à savoir biscuits, chips et frites. Sans omettre les boissons gazeuses telles que les sodas. Leurs maux résident dans le non-respect des normes de la diététique. Ils ont une importante teneur en calories (sucre, graisse et sel) et notamment des calories vides, tout en étant très faibles en valeur nutritive et saturés de produits chimiques et pauvres en vitamines. De fait, saturés en graisse, ces aliments caloriques accélèrent la prise de poids et favorisent l'obésité.
Au Maroc, cette triste réalité touche un peu plus de 10 millions de Marocains, dont 63,1% de femmes et 3,6 millions sont en situation d'obésité morbide, selon le Haut-commissariat au plan (2016). Pis, l'Organisation mondiale de la santé enfonce le clou en indiquant que 14% des enfants marocains souffrent d'obésité et que le Royaume est classé parmi les pays qui enregistrent une évolution de ce phénomène.
Ainsi, la solution miracle passerait par une alimentation saine et une production durable. Dans ce cas, que faut-il changer dans ce que l'on met dans nos assiettes ? Sans pour autant renoncer à la viande rouge, les chercheurs préconisent de manger moins de sucre et plus de protéines végétales. Ou plus précisément, doubler la consommation mondiale de noix, fruits, légumes et légumineuses, et a contrario, réduire de moitié la consommation de sucres ajoutés et de viande rouge dans les pays les plus développés.
Pour tout vous dire, ce n'est pas la première fois que le monde scientifique alerte sur le danger de la malbouffe. Il y a quelques années de cela, un rapport du Global Panel on Agriculture and Food Systems for Nutrition pointait du doigt "la malbouffe" pour ses "conséquences sanitaires désastreuses" et pourtant, peu de choses ont changé depuis. C'est d'autant plus incompréhensible quand on sait que faire de la réclame pour les cigarettes est interdit, alors qu'en même temps, les grandes enseignes de fast-food et autres sodas tiennent toujours une place prépondérante dans le paysage audiovisuel mondial. Difficile d'être optimiste quant à un changement des habitudes alimentaires dans ces conditions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.