Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Au-delà d'une LDF    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Flexibilité du dirham : Le Maroc est capable de passer à la 2è phase en cas de choc, selon Jouahri    Edito : PLF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Missing    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt
Publié dans Libération le 18 - 04 - 2019

La crise des médicaments opioïdes qui ravage l'Amérique du Nord s'explique en partie par le fait que ces antidouleurs puissants et addictifs sont trop prescrits après des opérations chirurgicales, selon des travaux publiés récemment.
On sait déjà que la surprescription globale de ces opioïdes par des médecins est l'une des raisons de l'épidémie qui a fait des dizaines de milliers de morts par surdose ces dernières années aux Etats-Unis et au Canada.
Mais les travaux publiés par The Lancet dans trois articles distincts mettent un coup de projecteur sur la chirurgie.
"La prescription d'opioïdes après une opération chirurgicale peut prédisposer le patient à une prise de ces médicaments à long terme et à un mésusage, et doit donc être envisagée avec prudence", estiment les auteurs de ces travaux.
"Selon plusieurs études, la prescription d'opioïdes à des patients américains opérés est souvent excessive par rapport à leur douleur", notent-ils.
Ils citent une étude américaine portant sur 155.000 patients ayant subi un acte de chirurgie comportant peu de risques (opération du canal carpien, arthroscopie du genou, ablation de la vésicule biliaire, opération d'une hernie inguinale).
Pour chacun de ces actes, le nombre de patients à qui on a prescrit des opioïdes après l'opération a augmenté entre 2004 et 2012.
De même, la dose moyenne quotidienne d'opioïdes prescrite aux patients pour des douleurs post-opératoires a augmenté de 13% en moyenne sur l'ensemble de ces quatre actes (et jusqu'à 18% dans le cas de l'arthroscopie du genou).
Une autre étude de 2009 comparaît les Etats-Unis et les Pays-Bas. Elle montrait que 77% des patients opérés d'une fracture de la hanche aux Etats-Unis se voyaient ensuite prescrire des opioïdes, alors que cette proportion était nulle aux Pays-Bas.
Pour autant, des données plus récentes "montrent une diminution des opioïdes dispensés par habitant aux Etats-Unis entre 2010 et 2015", nuancent-ils. Cela pourrait présager d'un "renversement de la tendance à la hausse des prescriptions d'opioïdes après une opération chirurgicale".
Pour autant, les auteurs ne jettent pas le bébé avec l'eau du bain: "L'administration d'opioïdes avant une opération réduit la dose de produits nécessaires à l'anesthésie générale, et une utilisation appropriée après l'opération peut améliorer le bien-être du patient".
C'est d'ailleurs le souci de mieux traiter la douleur qui a conduit à prescrire davantage d'opioïdes (de 3 à 7,3 milliards de doses quotidiennes dans le monde entre 2001 et 2013), ce qui a paradoxalement provoqué une crise sanitaire inédite dans certains pays.
C'est pourquoi les auteurs demandent aux autorités des recommandations précises.
"Par exemple, il n'existe actuellement aucune instruction sur la durée pendant laquelle des patients peuvent rester sous opioïdes après une opération", note la revue Lancet au sujet de ces travaux d'auteurs australiens, américains, britanniques et canadiens.
"La douleur chronique post-opératoire est un problème grandissant puisque la population vieillit et le nombre d'opérations augmente", préviennent-ils.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.