Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Pays basque, locomotive industrielle d'une Espagne fragile
Publié dans Libération le 18 - 04 - 2019

Dans son usine d'Elgoibar, au coeur du Pays basque, Pello Rodriguez s'arrête devant une imposante machine-outil, spécialité de cette région prospère au tissu industriel solide, moteur d'une économie espagnole qui commence à ralentir.
A ses pieds, des caisses marquées de caractères chinois contiennent des axes de roues de trains. Son client les lui a envoyés pour tester une machine qui devra ajuster avec précision ces lourdes pièces de métal, une fois installée dans une usine en Chine.
Coût total de la fabrication: plus d'un million d'euros.
Pello Rodriguez est le directeur général de Danobatgroup, numéro un espagnol des machines-outils, complexes appareils voués à produire à la chaîne des pièces précises pour d'autres industriels.
Avec ses 1.300 employés et 261 millions d'euros de chiffre d'affaires, cette filiale du conglomérat coopératif Mondragon est l'un des fleurons de l'industrie du Pays basque.
Tandis que le chômage, de 14,45%, est la première préoccupation des Espagnols qui retournent aux urnes le 28 avril pour des législatives incertaines, cette région septentrionale, jadis minée par les attentats des séparatistes de l'ETA, affiche le plus faible taux de chômage d'Espagne: 9,58%.
Notamment grâce à un tissu industriel très développé, qui pèse près du quart du PIB régional, contre 14% pour l'Espagne, avec des champions des composants automobiles, des énergies renouvelables et des machines-outils.
La recette: comme en Allemagne, des entreprises hyper-spécialisées et tournées vers l'extérieur.
Elgoibar, petite ville de 11.600 habitants nichée dans une vallée verdoyante, est un condensé de cette économie en pleine santé. Le savoir-faire y est si implanté qu'il y a même un musée de la machine-outil, racontant des siècles d'industrie.
Danobatgroup est le seul à fournir à des fabricants de quoi produire certaines pièces, et à des clients dans l'industrie automobile, aéronautique, ferroviaire, pétrolière ou de l'énergie.
"Nous cherchons des créneaux qui dressent des barrières à l'entrée pour les concurrents, explique Pello Rodriguez. Ni assez larges pour attirer la concurrence des Japonais, ni trop étroits pour qu'on n'en fasse que quelques exemplaires."
C'est pourquoi il s'inquiète peu de l'instabilité politique de l'Espagne, qui pourrait se poursuivre à l'issue des élections, et de son impact sur la croissance. Le gouvernement prévoit 2,2% cette année contre 2,6% l'an dernier et 3% en 2017. "Nous exportons plus de 90% (de notre production), nous sommes bien plus préoccupés par le Brexit, par le fait que la Chine redémarre ou non, par ce que va faire l'automobile, s'ils passent à la voiture électrique", assure-t-il. Le secteur espagnol comprenant les machines-outils, implanté presque entièrement au Pays basque, a produit l'an dernier pour 1,73 milliard d'euros de chiffre d'affaires, dont près de trois quarts destinés à l'exportation, selon les chiffres de l'Association AFM de professionnels du secteur.
"Pratiquement tout ce qui se fait ici va à l'étranger", se félicite aussi Agustin Anitua, directeur commercial du groupe Lanbi qui fabrique des machines de montage pour rotules de direction et de suspension pour voitures et fournit le constructeur français Renault.
Grâce à un écosystème bien implanté, Lanbi peut sous-traiter une partie de son activité à la pléthore de fournisseurs locaux de composants et outils.
"90% de nos fournisseurs sont ici, dans la vallée. Nous ramenons beaucoup d'argent de l'étranger et nous l'investissons ici", se félicite Agustin Anitua.
Son chiffre d'affaires a, dit-il, doublé en cinq ans, grâce à une spécialisation et à une robotisation de plus en plus poussée, bien qu'il dise "noter une décélération" chez ses clients, en phase avec le ralentissement de l'économie mondiale.
L'organisation, très en vogue au Pays basque, en "clusters" (groupements d'entreprises par secteurs) lui permet d'innover en testant ses machines dans un centre technologique tout proche, ce que cette PME de 60 employés ne pourrait se permettre seule.
Sur les machines produites dans l'usine, les dimensions et typologie de chaque pièce peuvent être vérifiées en temps réel par des caméras de précision.
Un institut universitaire spécialisé dans la machine-outil à Elgoibar permet aussi d'assurer la formation des salariés aux technologies qui montent, comme la collecte et l'analyse de données.
"On peut développer des technologies tant qu'on veut, si on n'a pas de gens formés pour l'utiliser, on va avoir des problèmes", souligne le directeur de l'institut, Ixaka Egurbide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.