Le Real Madrid dément avoir refusé d'héberger les joueurs de Tottenham    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Private banking : Les ficelles d'un segment en plein essor    "Programme Minhaty": 950.000 cartes bancaires distribuées depuis le lancement    Personnes en situation de handicap. 1,8% seulement finissent leurs études    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    Le SOC inwi Business, pour une veille en continu contre les cyberattaques…    Open Data. Le Maroc classé 42e sur 178 pays    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    CAN Egypte 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Finale aller de la Ligue des Champions d'Afrique : Huit ans après, le WAC retrouve l'est sur son chemin    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Lancement de la plateforme dates-concours.ma    Autriche: Eclatement de la coalition droite-extrême droite…    Les déficiences du football national!    Attijariwafa bank fixe son budget pour 2019 : 27 milliards DH de financement en faveur des TPME    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Sept réformes phares de l'UE    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    L'ANP lève un fonds de 1 milliard de dirhams    Santé mentale. Le parent pauvre du système    Edito : Villes en otage    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    Theresa May pose les armes    Traitement impérial pour Trump lors de sa visite au Japon    Le ministère de l'Education nationale réagit au boycott des syndicats    Le Roi Mohammed VI inaugure la section casablancaise du Centre National Mohammed VI des Handicapés    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    Les vraies fausses raisons d'une démission    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua
Publié dans Libération le 23 - 04 - 2019

Le rideau est tombé, samedi soir, sur la deuxième édition du Festival international de la culture Aissaoua, dont la troisième soirée a été agrémentée par des spectacles de chants et musique assurés par le légendaire groupe "Nass Al Ghiwan'' et des troupes marocaines des Aissaoua.
Aux chants et rythmes les plus mémorables, plusieurs fans de l'art ghiwani ont été ainsi, gratifiés d'un florilège de chansons emblématiques parmi les plus célèbres et les plus connues de Nass Al Ghiwan, groupe musical ayant largement contribué à l'enrichissement et au rayonnement du répertoire musical marocain. Les aficionados de l'art ghiwani ont ainsi été, tout au long de cette soirée, emportés dans un long périple à travers une série de prestations artistiques exécutées, avec brio, par Nass Al Ghiwan, dont le chef, Omar Sayed, a fourni une belle prestation rappelant la ''belle époque'' et les succès cumulés par ce groupe durant un peu plus de quatre décennies.
Le public a été également emballé par la prestation de troupes des Aissaoua de Meknès, Fès et Rabat, fortement applaudies et dont les chansons, à caractère mystique, ont été reprises avec émotion par l'assistance. Dans une déclaration à la MAP, Omar Sayed a souligné l'importance de ce genre de manifestation qui accorde un intérêt particulier à la sauvegarde et à la préservation du patrimoine culturel marocain.
Pour sa part, le directeur artistique du Festival, Abdelhamid Sbaai, s'est félicité du succès rencontré par le festival, soulignant que le programme de cette deuxième édition était riche et varié avec, outre les spectacles musicaux, des tables rondes notamment sur le dialogue des religions et des cultures ainsi qu'un forum-débat sur l'approche soufie dans la moralisation de l'éducation, en présence de prestigieux intervenants. Organisée par la section casablancaise de l'Association Fès-Saïss, cette deuxième édition, tenue sous le Haut patronage de S.M le Roi Mohammed VI, a offert un riche programme artistique et académique. Ainsi, la soirée d'ouverture a été animée par l'ensemble aïssaoui «Awamria Mkaddem Sidi Ameur» qui représente la «Tariqa Al Amiriya» de la Zawiya Sidi Amer, près de Monastir.
L'ensemble fut rejoint par l'artiste tunisien Mahmoud Frih, chanteur, professeur de musique arabe et spécialiste de la nouba du Malouf tunisien, captant ainsi, dès les premières minutes, l'attention d'un public religieusement attentif.
La soirée d'ouverture s'est poursuivie avec les sonorités du Mkaddem Haj Saïd Berrada, héritier d'une prestigieuse lignée familiale de Moquadem de Fès, qui fait preuve d'une véritable maestria de la «Tariqa Aïssaouia». Haj Saïd Berrada s'est produit, à cette occasion, en compagnie du chanteur tangérois Saïd Belcadi, grand maître du Madih et du Samaa. Lors des trois soirées programmées, les chants puisés dans le riche patrimoine mystique ont émerveillé l'auditoire de l'esplanade du Palais Méchouar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.