Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua
Publié dans Libération le 23 - 04 - 2019

Le rideau est tombé, samedi soir, sur la deuxième édition du Festival international de la culture Aissaoua, dont la troisième soirée a été agrémentée par des spectacles de chants et musique assurés par le légendaire groupe "Nass Al Ghiwan'' et des troupes marocaines des Aissaoua.
Aux chants et rythmes les plus mémorables, plusieurs fans de l'art ghiwani ont été ainsi, gratifiés d'un florilège de chansons emblématiques parmi les plus célèbres et les plus connues de Nass Al Ghiwan, groupe musical ayant largement contribué à l'enrichissement et au rayonnement du répertoire musical marocain. Les aficionados de l'art ghiwani ont ainsi été, tout au long de cette soirée, emportés dans un long périple à travers une série de prestations artistiques exécutées, avec brio, par Nass Al Ghiwan, dont le chef, Omar Sayed, a fourni une belle prestation rappelant la ''belle époque'' et les succès cumulés par ce groupe durant un peu plus de quatre décennies.
Le public a été également emballé par la prestation de troupes des Aissaoua de Meknès, Fès et Rabat, fortement applaudies et dont les chansons, à caractère mystique, ont été reprises avec émotion par l'assistance. Dans une déclaration à la MAP, Omar Sayed a souligné l'importance de ce genre de manifestation qui accorde un intérêt particulier à la sauvegarde et à la préservation du patrimoine culturel marocain.
Pour sa part, le directeur artistique du Festival, Abdelhamid Sbaai, s'est félicité du succès rencontré par le festival, soulignant que le programme de cette deuxième édition était riche et varié avec, outre les spectacles musicaux, des tables rondes notamment sur le dialogue des religions et des cultures ainsi qu'un forum-débat sur l'approche soufie dans la moralisation de l'éducation, en présence de prestigieux intervenants. Organisée par la section casablancaise de l'Association Fès-Saïss, cette deuxième édition, tenue sous le Haut patronage de S.M le Roi Mohammed VI, a offert un riche programme artistique et académique. Ainsi, la soirée d'ouverture a été animée par l'ensemble aïssaoui «Awamria Mkaddem Sidi Ameur» qui représente la «Tariqa Al Amiriya» de la Zawiya Sidi Amer, près de Monastir.
L'ensemble fut rejoint par l'artiste tunisien Mahmoud Frih, chanteur, professeur de musique arabe et spécialiste de la nouba du Malouf tunisien, captant ainsi, dès les premières minutes, l'attention d'un public religieusement attentif.
La soirée d'ouverture s'est poursuivie avec les sonorités du Mkaddem Haj Saïd Berrada, héritier d'une prestigieuse lignée familiale de Moquadem de Fès, qui fait preuve d'une véritable maestria de la «Tariqa Aïssaouia». Haj Saïd Berrada s'est produit, à cette occasion, en compagnie du chanteur tangérois Saïd Belcadi, grand maître du Madih et du Samaa. Lors des trois soirées programmées, les chants puisés dans le riche patrimoine mystique ont émerveillé l'auditoire de l'esplanade du Palais Méchouar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.