Clusters à Tanger : les autorités durcissent les mesures et ferment des entrées    Fonds d'aide cinématographique : 19 projets retenus et plus de 24 MDH d'avances accordées    Croissance économique : Une régression de 5,8% anticipée par le HCP en 2020    Covid-19: 203 nouvelles contamination et 5 décés ces dernières 24H    Alerte météo : temps chaud et orages jusqu'à lundi au Maroc    Coronavirus : 3212 cas actifs dimanche 12 juillet à 18 heures, 12.283 guérisons    Sainte Sophie. Erdogan veut mettre la main sur l'Islam    Bourse: le flou persiste pour Casablanca    Espoir, engagement et responsabilité    Préférence nationale : voici les mécanismes qui seront opérationnels    Malheurs des ouvrières agricoles    Oppo A92 désormais disponible au Maroc    Sit-in des robes noires en solidarité avec le sulfureux Me Ziane    Test de dépistage pour le voyage... et pour la reprise du travail    8e réunion de la Commission ministérielle chargée des MRE et des Affaires de la Migration    Youssef Zalal: «Je veux devenir le meilleur au Monde!»    Abdeladim Chennaoui n'est plus    Le tourisme de demain sera celui de la Culture, de l'Ecologie et du Bien-être    Lkraimi, une vie à l'ombre...    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    Le dilemme Santé/Economie!    Pour la création d'une Haute Autorité de la Santé [Tribune]    RAM : Les passagers empruntant les vols au départ du Maroc sont dispensés de tests, mais...    Mohamed Hayak, directeur général de Chada FM, n'est plus    Marrakech : Hadirate Al Anwar signe une nouvelle œuvre [Diapo]    RAM renforce ses fréquences sur deux liaisons    Maroc vs Amnesty: Le gouvernement insiste sur les preuves    Liga: les résultats et le classement de la 36e journée    Le coup de gueule des Marocains souhaitant regagner leurs pays de résidence (VIDEO)    Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Zone de libre-échange continentale africaine montre enfin le bout du nez
Publié dans Libération le 09 - 07 - 2019

Après une année de pourparlers, l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) a enfin atteint le nombre de signatures requises pour son entrée en vigueur. Cet accord, qui vise à augmenter le commerce intra-africain de 60% d'ici 3 ans, a été signé par 52 pays africains dont le Maroc. Pourquoi notre pays a-t-il adhéré à un tel accord ? Qu'en est-il de ses retombées économiques et de sa place parmi les accords de libre-échange déjà signés par le Royaume ? Décryptage.
Selon Hicham Attouch, professeur d'économie à l'Université Mohammed V de Rabat, l'adhésion du Maroc à l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) s'inscrit dans la politique africaine du Royaume qui se concrétise à travers une multitude de politiques bilatérales et un rapprochement avec les différentes régions du continent. Il s'agit d'une sorte de renforcement et de consolidation de la présence marocaine en Afrique », nous a-t-il expliqué. Et de préciser: « Le Maroc s'attend via cet accord à faciliter l'installation de ses investissements dans les pays africains et à conforter sa présence sur le continent. En d'autres termes, il s'agit d'une présence plus politique qu'économique. En effet, les retombées économiques de cet accord dépendront du volume des échanges avec d'autres zones comme l'Europe ou d'autres continents avec qui le Maroc a déjà signé des accords».
Une évaluation confortée par Nasser Bourita, chef de la diplomatie marocaine, qui a déclaré dimanche à Niamey en marge du 12ème Sommet extraordinaire de l'Union africaine où il a représenté S.M le Roi.que l'opérationnalisation de la ZLECA «s'inscrit parfaitement dans la vision du Souverain pour une Afrique intégrée et prospère», et que « la création de la ZLECA, loin d'être une fin en soi, marque le début d'un dessein collectif plus vaste. Elle est l'expression d'un nouveau modèle de codéveloppement en Afrique, d'un modèle inclusif, solidaire et efficient, au service du citoyen africain». A ce propos, il a affirmé que la ZLECA devrait être un catalyseur du «Made in Africa», ouvrant des perspectives importantes de développement des entreprises, y compris à l'international, et de création de pôles de croissance régionaux interconnectés, grâce, en particulier, à l'accroissement des échanges commerciaux et des investissements intra-africains.
Mais qu'en est-il des critiques qui déplorent la signature d'un tel accord en l'absence de monnaie unique et de véritables zones de libre-échange au sein des blocs régionaux ainsi que le manque d'études préalables sur les bénéfices et les coûts de la mise en œuvre de la ZLECA sur les entreprises et l'économie africaines de manière générale sans parler de la faiblesse de l'industrialisation, du manque d'infrastructures et de diversification des produits commercialisés sur le continent? « Le plus important dans une zone d'échange est d'abord la complémentarité. Dans ce cas de figure, on est face à un processus identique à celui des zones de libre-échange qui se sont développées en Asie avec des pays leaders et des pays suiveurs. Il est vrai que la ZLECA n'est pas une zone bien équilibrée mais elle constitue une zone importante pour le Maroc pour structurer davantage ses relations économiques et en tirer des profits économiques», nous a expliqué notre source. Et de préciser : « Il ne faut pas oublier qu'il y a des grands joueurs qui entrent en lice et qui ont besoin d'une telle structuration comme c'est le cas, à titre d'exemple, de la Chine ou de la Russie qui ont signé des accords avec le Maroc et qui sont des acteurs importants en Afrique. Bref, on peut dire que la ZLECA est un investissement sur l'avenir. En effet, il ne faut pas s'attendre à en tirer grand-chose à l'heure actuelle ou dans les cinq années à venir mais plutôt dans le long terme après l'activation de cette zone. A noter que des enjeux économiques et géopolitiques énormes vont se déployer à l'avenir entre des pays qui veulent jouer le rôle de leaders et qui agissent en présence des grandes puissances économiques qui ont déjà la haute main sur les richesses de l'Afrique (Chine, France, Etats-Unis, Turquie…).
L'accord de la ZLECA risque-t-il de faire l'ombre à d'autres accords de libre-échange déjà signés par le Maroc ? « Il n'y a pas de concurrence entre les accords d'échange, à l'inverse, ils sont complémentaires. Et notre pays figure parmi ceux qui ont signé des dizaines d'accords de ce genre dont la plupart sont désavantageux pour lui (le cas des accords de libre-échange avec les USA, l'Europe, la Turquie…) et que les retombées économiques de ceux qui ne le sont pas ne dépassent pas un milliard de DH au mieux», nous a indiqué Hicham Attouch. Et de conclure : « Nombre de ces accords de libre-échange ne nous donnent pas satisfaction et cela est dû en grande partie au processus de négociation qui semble avoir été mal préparé tant en amont qu'en aval».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.