Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Larache, capitale des fruits rouges    Le BTP termine l'année sur une bonne note    Ces routes migratoires et ceux qui les empruntent    Chikayates: 194.000 réclamations reçues    Projets de lois votés aujourd'hui par les conseillers    Comment sommes-nous devenus si cons?    Plus d'un milliard de DH pour la réhabilitation d'écoles en 2019    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    La corruption endémique fait florès    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Le Bahreïn réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Le Conseil de la concurrence et l'IFC renforcent leur partenariat    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 : La communication se renforce autour du dispositif    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Exil médical: Une véritable hémorragie    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Zone de libre-échange continentale africaine montre enfin le bout du nez
Publié dans Libération le 09 - 07 - 2019

Après une année de pourparlers, l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) a enfin atteint le nombre de signatures requises pour son entrée en vigueur. Cet accord, qui vise à augmenter le commerce intra-africain de 60% d'ici 3 ans, a été signé par 52 pays africains dont le Maroc. Pourquoi notre pays a-t-il adhéré à un tel accord ? Qu'en est-il de ses retombées économiques et de sa place parmi les accords de libre-échange déjà signés par le Royaume ? Décryptage.
Selon Hicham Attouch, professeur d'économie à l'Université Mohammed V de Rabat, l'adhésion du Maroc à l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) s'inscrit dans la politique africaine du Royaume qui se concrétise à travers une multitude de politiques bilatérales et un rapprochement avec les différentes régions du continent. Il s'agit d'une sorte de renforcement et de consolidation de la présence marocaine en Afrique », nous a-t-il expliqué. Et de préciser: « Le Maroc s'attend via cet accord à faciliter l'installation de ses investissements dans les pays africains et à conforter sa présence sur le continent. En d'autres termes, il s'agit d'une présence plus politique qu'économique. En effet, les retombées économiques de cet accord dépendront du volume des échanges avec d'autres zones comme l'Europe ou d'autres continents avec qui le Maroc a déjà signé des accords».
Une évaluation confortée par Nasser Bourita, chef de la diplomatie marocaine, qui a déclaré dimanche à Niamey en marge du 12ème Sommet extraordinaire de l'Union africaine où il a représenté S.M le Roi.que l'opérationnalisation de la ZLECA «s'inscrit parfaitement dans la vision du Souverain pour une Afrique intégrée et prospère», et que « la création de la ZLECA, loin d'être une fin en soi, marque le début d'un dessein collectif plus vaste. Elle est l'expression d'un nouveau modèle de codéveloppement en Afrique, d'un modèle inclusif, solidaire et efficient, au service du citoyen africain». A ce propos, il a affirmé que la ZLECA devrait être un catalyseur du «Made in Africa», ouvrant des perspectives importantes de développement des entreprises, y compris à l'international, et de création de pôles de croissance régionaux interconnectés, grâce, en particulier, à l'accroissement des échanges commerciaux et des investissements intra-africains.
Mais qu'en est-il des critiques qui déplorent la signature d'un tel accord en l'absence de monnaie unique et de véritables zones de libre-échange au sein des blocs régionaux ainsi que le manque d'études préalables sur les bénéfices et les coûts de la mise en œuvre de la ZLECA sur les entreprises et l'économie africaines de manière générale sans parler de la faiblesse de l'industrialisation, du manque d'infrastructures et de diversification des produits commercialisés sur le continent? « Le plus important dans une zone d'échange est d'abord la complémentarité. Dans ce cas de figure, on est face à un processus identique à celui des zones de libre-échange qui se sont développées en Asie avec des pays leaders et des pays suiveurs. Il est vrai que la ZLECA n'est pas une zone bien équilibrée mais elle constitue une zone importante pour le Maroc pour structurer davantage ses relations économiques et en tirer des profits économiques», nous a expliqué notre source. Et de préciser : « Il ne faut pas oublier qu'il y a des grands joueurs qui entrent en lice et qui ont besoin d'une telle structuration comme c'est le cas, à titre d'exemple, de la Chine ou de la Russie qui ont signé des accords avec le Maroc et qui sont des acteurs importants en Afrique. Bref, on peut dire que la ZLECA est un investissement sur l'avenir. En effet, il ne faut pas s'attendre à en tirer grand-chose à l'heure actuelle ou dans les cinq années à venir mais plutôt dans le long terme après l'activation de cette zone. A noter que des enjeux économiques et géopolitiques énormes vont se déployer à l'avenir entre des pays qui veulent jouer le rôle de leaders et qui agissent en présence des grandes puissances économiques qui ont déjà la haute main sur les richesses de l'Afrique (Chine, France, Etats-Unis, Turquie…).
L'accord de la ZLECA risque-t-il de faire l'ombre à d'autres accords de libre-échange déjà signés par le Maroc ? « Il n'y a pas de concurrence entre les accords d'échange, à l'inverse, ils sont complémentaires. Et notre pays figure parmi ceux qui ont signé des dizaines d'accords de ce genre dont la plupart sont désavantageux pour lui (le cas des accords de libre-échange avec les USA, l'Europe, la Turquie…) et que les retombées économiques de ceux qui ne le sont pas ne dépassent pas un milliard de DH au mieux», nous a indiqué Hicham Attouch. Et de conclure : « Nombre de ces accords de libre-échange ne nous donnent pas satisfaction et cela est dû en grande partie au processus de négociation qui semble avoir été mal préparé tant en amont qu'en aval».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.