BMCE Bank distingué en Afrique du Sud    Aziz Akannouch reçoit une médaille à Abidjan    Wydad-Raja en huitièmes de finale retour de la Coupe arabe Mohammed VI : Le derby qui tient tout le Maroc en haleine    Finale de la Copa Libertadores : Un match sur fond de crise    Supercoupe d'Afrique : L'ES Tunis affronte le Zamalek au Qatar    Même pas peur: Xi Jinping réplique à Trump en pleine guerre commerciale    Le moteur d'un Boeing s'enflamme dans le ciel, frayeur à Los Angeles (Vidéo)    Inezgane: Un individu arrêté pour sextorsion    Twitter annonce une nouvelle fonction pour protéger les utilisateurs    Quelques heures après son retour du Maroc, French Montana hospitalisé    Des parlementaires du Pays Basque dénoncent vigoureusement    Son business model arrive à bout : L'ONCF se prépare à tourner la page    Au-delà des célébrations, l'urgence de concrétiser les droits…    Lydec : Hausse de 1,8% du CA à fin septembre    MDJS vs PSG : Une rencontre choc pour l'e-sport marocain    Disparités régionales: Mohand Laenser tire à boulets rouges sur le PLF 2020    L'hétéroclicité fortement dominée par la technocratie    Une incommunication inquiétante    Selon les détails de l'enquête nationale du HCP : 63% des entreprises sur l'axe Casa-Tanger    Maroc : Un autre opérateur renonce à ses explorations d'hydrocarbures    Destitution: Trump jugé pire que Nixon par les démocrates après des auditions choc    Le froid de canard!    Vidéo. Bab Darna : le président arrêté    Electrochoc en Israël, Netanyahu inculpé pour corruption    Rabat vibre aux rythmes internationaux!    18è FIFM: La 2ème édition des Ateliers de l'Atlas accompagnera 28 projets    La 9e édition d'une tradition sensationnelle!    USA : Les meilleurs écrivains de l'année primés au "National Book Awards"    Hervé Renard fan de cuisine marocaine    La police tangéroise met la main sur un dangereux récidiviste    Marrakech: Ouverture du procès de l'ancien directeur de l'Agence urabaine    La province de Midelt frappée pour la deuxième fois en une semaine par un séisme    Le régime successoral est à revoir    Shinzo Abe, une longévité record sans successeur en vue    L'OCS croit pleinement en ses chances à Radès    Les billets du derby se font désirer sur internet    Euro 2020 : Casse-tête au tirage et chocs en perspective    Unis contre Trump, les démocrates exposent leur division entre modérés et progressistes    Tiznit s'achemine vers un nouveau marketing territorial    Le Maroc, un acteur majeur dans le domaine industriel en Afrique    Philippe Vasseur : On ne va pas changer le monde uniquement avec des décisions qui viennent d'en haut    Deux films marocains en compétition aux Journées cinématographiques de Kairouan    Malgré la polémique, le film de Polanski attire le public    Lizzo en tête des nominations aux Grammys, la diversité triomphe    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Mosquées: Ahmed Toufiq s'engage pour l'amélioration de la qualité des lieux    Le Maroc que nous voulons...    Los Angeles se met à l'heure marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Féminicide à Sidi Slimane
Publié dans Libération le 23 - 08 - 2019

En ce mercredi 21 août, les habitants du quartier Hassan II de Sidi Slimane s'apprêtaient à vivre un matin d'été ensoleillé comme les autres, jusqu'à l'instant où la découverte d'une scène de crime macabre a ébranlé leur paisible journée. Une enseignante et son mari ont été retrouvés dans leur domicile, gisant dans une mare de sang. Si la femme, égorgée, n'a malheureusement pas survécu à ses blessures, en revanche, le mari a, quant à lui, été retrouvé en vie, et immédiatement transporté à l'hôpital. De prime abord, on aurait pu penser que le couple a été violemment attaqué en pleine nuit par des individus. Néanmoins, les derniers éléments de l'enquête, ainsi que plusieurs autres incohérences soupçonnent un tout autre scénario. Explications.
Les premières conclusions de l'investigation policière indiquaient que l'auteur du crime aurait égorgé la femme, puis s'en est violemment pris au mari, en le poignardant avant de s'enfuir. Sauf que voilà, plus l'enquête avançait, plus le scénario d'une violence à huis clos se dessinait. Et pour cause, deux éléments troublants ont été constatés par les enquêteurs et relayés dans un communiqué émanant de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Tout d'abord, aucun signe d'infraction n'a été relevé sur la porte dudit domicile. Ensuite, l'arme du crime, un couteau en l'occurrence, a été soigneusement dissimulée dans la salle de bain. De fait, cette double constatation écarte d'une part l'hypothèse d'une effraction pour vol qui aurait mal tourné, et d'autre part, appuie celle qui veut que le coupable soit une personne connue des victimes.
Cette piste a été creusée par les enquêteurs, jusqu'au point d'en arriver à soupçonner le mari blessé. Selon le scénario établi par les services de sécurité à Sidi Slimane, le mari, ingénieur de profession, aurait tué sa femme, sur fond de conflits familiaux, avant de s'automutiler pour brouiller les pistes. Un plan machiavélique. Un crime presque parfait à l'instar d'un roman noir. Désormais placé sous surveillance médicale à l'établissement hospitalier où il est soigné dans l'attente de la stabilisation de son état, le mari sera soumis dès sa convalescence « à une enquête judiciaire pour déterminer l'ensemble des circonstances de cet acte criminel», conclut le communiqué de la DGSN.
Alors qu'il existe encore quelques zones d'ombre, dont le réel mobile du crime, ce drame confirme les chiffres d'un rapport publié par l'Organisation mondiale de la santé, selon lesquels 38% des femmes assassinées ont succombé à la violence de leur partenaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.