Droits et libertés: Le plaidoyer du CNDH    DIAPO-Relance et emploi: La CGEM, le GPBM et l'Etat signent le pacte    Au cœur de la pensée de Mintzberg    Un pays au bord de la faillite économique    Foot féminin: Le contrat d'objectifs signé    L'état d'urgence court jusqu'au 10 septembre    France: fin de la prise d'otage dans une banque (intérieur)    Rentrée scolaire au Maroc : un bon début de visibilité    La Fondation Ali Zaoua lance le 1er Festival HipHop on-line    Le directeur régional de la chambre de commerce de Rabat-Salé-kénitra limogé    Coronavirus : 1.144 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 29.644 cas cumulés jeudi 6 août, à 18 heures    Etat d'urgence sanitaire : le Maroc joue les prolongations    Relance touristique : Le détail du contrat-programme 2020-2022    Le Raja continue sa pression sur le WAC    Tour de Pologne : L'état de Jakobsen stabilisé, coureur placé dans le coma    Saaid Amzazi : Le concours commun d'accès aux Facultés de médecine vise à assurer l'égalité des chances    Quelle carrure économique pour le football national ?    Une édition virtuelle : Festival International Maroc des Contes    Guéri du Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout harcèlement    Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Le patrimoine financier des ménages s'élève à 833 MMDH à fin 2019    La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée    Une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    Covid-19 : le Ministère mise sur le suivi à domicile pour décharger l'hôpital    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Lions de l'Atlas    Le Raja se rapproche du fauteuil de leader    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    Cheb Kader revient avec 3 nouvelles chansons en septembre 2020    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Trump a adressé une lettre personnelle au roi Mohammed VI    Un acquis professionnel et une somme d'enseignements et de bonnes pratiques    Salé: un jeune sème la panique au quartier Sidi Moussa    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination! (3e partie)    Hydrogène : Comment le Maroc peut devenir le premier fournisseur de l'Union Européenne ?    Maroc: baisse du flux des IDE à fin juin 2020    Explosions à Beyrouth: le dernier bilan    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Ritz-Carlton Hotel confirme le maintien de ses projets au Maroc    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Explosions à Beyrouth: Une Marocaine blessée    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    Nadal dit non à l'US Open et au calendrier infernal    La Libye cible de folies hégémoniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Féminicide à Sidi Slimane
Publié dans Libération le 23 - 08 - 2019

En ce mercredi 21 août, les habitants du quartier Hassan II de Sidi Slimane s'apprêtaient à vivre un matin d'été ensoleillé comme les autres, jusqu'à l'instant où la découverte d'une scène de crime macabre a ébranlé leur paisible journée. Une enseignante et son mari ont été retrouvés dans leur domicile, gisant dans une mare de sang. Si la femme, égorgée, n'a malheureusement pas survécu à ses blessures, en revanche, le mari a, quant à lui, été retrouvé en vie, et immédiatement transporté à l'hôpital. De prime abord, on aurait pu penser que le couple a été violemment attaqué en pleine nuit par des individus. Néanmoins, les derniers éléments de l'enquête, ainsi que plusieurs autres incohérences soupçonnent un tout autre scénario. Explications.
Les premières conclusions de l'investigation policière indiquaient que l'auteur du crime aurait égorgé la femme, puis s'en est violemment pris au mari, en le poignardant avant de s'enfuir. Sauf que voilà, plus l'enquête avançait, plus le scénario d'une violence à huis clos se dessinait. Et pour cause, deux éléments troublants ont été constatés par les enquêteurs et relayés dans un communiqué émanant de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Tout d'abord, aucun signe d'infraction n'a été relevé sur la porte dudit domicile. Ensuite, l'arme du crime, un couteau en l'occurrence, a été soigneusement dissimulée dans la salle de bain. De fait, cette double constatation écarte d'une part l'hypothèse d'une effraction pour vol qui aurait mal tourné, et d'autre part, appuie celle qui veut que le coupable soit une personne connue des victimes.
Cette piste a été creusée par les enquêteurs, jusqu'au point d'en arriver à soupçonner le mari blessé. Selon le scénario établi par les services de sécurité à Sidi Slimane, le mari, ingénieur de profession, aurait tué sa femme, sur fond de conflits familiaux, avant de s'automutiler pour brouiller les pistes. Un plan machiavélique. Un crime presque parfait à l'instar d'un roman noir. Désormais placé sous surveillance médicale à l'établissement hospitalier où il est soigné dans l'attente de la stabilisation de son état, le mari sera soumis dès sa convalescence « à une enquête judiciaire pour déterminer l'ensemble des circonstances de cet acte criminel», conclut le communiqué de la DGSN.
Alors qu'il existe encore quelques zones d'ombre, dont le réel mobile du crime, ce drame confirme les chiffres d'un rapport publié par l'Organisation mondiale de la santé, selon lesquels 38% des femmes assassinées ont succombé à la violence de leur partenaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.