Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Bilan encourageant pour la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    La mosquée, l'école, le dispensaire…    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le bruit augmenterait le risque d'AVC
Publié dans Libération le 09 - 11 - 2019

De nouvelles recherches ont montré que les personnes qui vivent dans des zones marquées par la pollution sonore voient leur risque d'accident cérébral vasculaire (AVC) augmenter alors que celles qui vivent près d'un espace vert le voient décroître.
Des chercheurs espagnols et américains ont pris en compte des données concernant près de 3.000 victimes d'AVC traitées à l'Hospital del Mar de Barcelone, en Espagne, entre 2005 et 2014, ainsi que leur exposition à la pollution atmosphérique et sonore, mais aussi à des espaces verts. Leurs résultats, relayés dans la revue Environmental Research, ont montré que le fait de vivre dans une zone bruyante augmentait le risque d'AVC sévère de 30%. En comparaison, les chercheurs ont trouvé que les sujets qui vivaient près d'un parc réduisaient leur risque d'AVC grave de 25%. "Nous avons observé un gradient: plus il y avait d'espaces verts, moins graves étaient les attaques. Et plus le bruit était important, plus grave était l'AVC. Cela laisse penser que des facteurs autres que ceux traditionnellement associés aux AVC pourraient jouer un rôle indépendant dans cette maladie", a commenté le Dr. Rosa María Vivanco, première auteure de l'étude. Les chercheurs ont aussi souligné que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande que la circulation ne produise pas plus de 53 décibels en journée et 45 décibels la nuit. "Le niveau sonore moyen auquel les patients ont été exposés, (...) mérite réflexion, car il est considérablement au-dessus des recommandations de l'OMS", a ajouté Carla Avellaneda, de l'équipe de recherches.
Les deux principaux types d'attaques sont ischémiques ou hémorragiques. L'AVC ischémique est dû à l'obstruction d'un vaisseau sanguin dans le cerveau et représente 80 à 85% des cas d'AVC. Le risque de souffrir d'un AVC est étroitement lié à de nombreux facteurs comme l'âge, le tabac, la tension, le diabète, l'obésité et la sédentarité. En revanche, les scientifiques n'ont pas trouvé de lien entre la gravité de l'attaque et la pollution atmosphérique, bien qu'un nombre accru d'études soulignent les méfaits de la pollution sur différents aspects de la santé. Ils ont cependant tenu à préciser que leur étude avait ses limites et que de plus amples recherches dans ce domaine étaient nécessaires, surtout concernant la pollution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.