Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre
Publié dans Libération le 17 - 02 - 2020

Deux nouveaux romans des écrivaines Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias, parus aux éditions La Croisée des chemins, ont été présentés vendredi à Casablanca à l'occasion de la 26ème édition du Salon international de l'édition et du livre (SIEL). "Pourvu qu'il soit de bonne humeur" est le titre du premier roman polyphonique de la jeune écrivaine Loubna Serraj.
Dédié à la "vraie Maya qui a inspiré l'histoire", ce roman est une histoire à plusieurs voix qui traversent le temps pour raconter deux vies de femmes, vivant à deux époques et assoiffées de la "liberté". C'est une histoire intense, inscrite, tour à tour, dans le passé et le présent, parsemée de violence ordinaire et de passion rebelle jusqu'à provoquer cette liberté.
Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, Loubna Serraj a expliqué que son roman est l'histoire de deux femmes, à deux époques, qui, "au-delà des liens de sang qui les unissent, se retrouvent hors du temps et de l'espace". "Sur un fond de violence conjugale et de guerre, c'est un hymne à la liberté qui les unit. La liberté que l'on arrache, celle qui fait peur même quand elle paraît si accessible et à la portée", a-t-elle dit.
Pour sa part, Valérie Morales-Attias invite le lecteur à une découverte de "Casablanca", à travers plusieurs vies qui se croisent: celles de Chicha, Esther, Abe Slaoui et une petite fille qui a disparu dans un camp de migrants casablancais, à côté de Colette, la journaliste parisienne qui se joint à la police marocaine. "Mon roman est une histoire à découvrir (...). Ambition, vanité et jalousie, le scénario raconte également les préoccupations contemporaines", confie cette écrivaine et journaliste.
Pour Bahaa Trabelsi, l'auteur de plusieurs romans dont "Souviens-toi qui tu es", ces deux parutions "Pourvu qu'il soit de bonne humeur" et "Casablanca" sont à lire "impérativement". "Casablanca" est à la fois un polar avec "tous ses ingrédients: disparition, crime, suspense, et une vision singulière de la ville, une Casablanca inquiétante et surprenante", affirme l'écrivaine de "La chaise du concierge".
A travers "Pourvu qu'il soit de bonne humeur", une écrivaine est née, confirme Mme Trabelsi. Un très beau roman avec deux personnages attachants, Maya et Lylia. "A deux époques différentes, mais liées par la transmission générationnelle, un héritage lourd va les libérer au-delà du temps", a-t-elle commenté.
Jeune écrivaine, éditrice et chroniqueuse de radio, Loubna Serraj tient également un blog dans lequel elle livre ses "élucubrations" littéraires, sociales et politiques sur des sujets d'actualité. "Pourvu qu'il soit de bonne humeur" est son premier roman. Valérie Morales-Attias est une journaliste, auteur de plusieurs romans, d'essais et de beaux-livres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.