Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khaoula Lachguar : Le nouveau modèle de développement doit trouver une solution aux disparités sociales et territoriales
Publié dans Libération le 17 - 02 - 2020

«Le modèle de développement actuel s'est essoufflé et le Maroc a besoin d'un nouveau modèle de développement qui serait à même de répondre aux aspirations de la société marocaine ». C'est ce qu'a affirmé Khaoula Lachguar, membre du Conseil national du parti, dans son intervention lors d'une rencontre organisée par la section Sidi Bernoussi de l'USFP sur le thème : «Le nouveau modèle de développement du point de vue de l'USFP: un Etat fort et juste et une société moderniste et solidaire».
Khaoula Lachguar a souligné que la question de l'élaboration d' « un modèle de développement purement marocain ne date pas d'aujourd'hui », tout en rappelant l'expérience du gouvernement d'Abdellah Ibrahim qui a posé les jalons de l'indépendance économique du pays en mettant en place des institutions qui constituent le levier du développement notamment la CDG, la BNDE, ainsi que d'autres institutions similaires et en créant une industrie de sidérurgie à Nador.
Le deuxième modèle de développement a été initié par Abderrahmane El Youssoufi. Selon Khaoula Lachguar, ce modèle avait pour but d'améliorer le pouvoir d'achat des Marocains, notamment les couches moyennes. « Durant cette période, l'investissement public est passé de 30 à 36% du PIB et d'autres mesures ont été prises comme l'augmentation des salaires des fonctionnaires et le rééquilibrage des Caisses de retraites », a mis en avant la membre du Conseil national de l'USFP.
Selon elle, le nouveau modèle de développement doit trouver une solution aux disparités sociales et territoriales, rappelant que les Congrès de l'USFP depuis 2008 ont mis en garde contre ces disparités et appelé à l'élaboration d'un nouveau modèle de développement qui prendrait en compte essentiellement l'équité sociale.
Elle a également fait allusion à une journée d'étude organisée par l'USFP en 2018 sur le nouveau modèle de développement et durant laquelle le Parti de la Rose avait considéré que les projets de développement n'ont pas accompagné les demandes croissantes des citoyens et ne répondaient pas à leurs multiples attentes d'une part et que, d'autre part, le développement économique dans plusieurs secteurs vitaux n'a pas permis de lutter efficacement contre la précarité et l'exclusion sociale.
Selon Khaoula Lachguar, l'USFP avait souligné également lors de cette journée que le Maroc a besoin d'un Etat fort, juste, moderniste et solidaire.
« Nous ne sommes pas des anarchistes, nous croyons en un Etat fort, condition sine qua non pour garantir la stabilité et la sécurité et défendre les frontières du Royaume et ses intérêts économiques », a-t-elle affirmé, tout en se félicitant de la réaction « même tardive » du ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, au sujet des produits turcs qui ont envahi le marché marocain, notamment les produits de textile. « Un Etat fort est celui qui défend les intérêts de la nation », a précisé Khaoula Lachguar.
L'USFP soutient également que l'Etat soit juste. « Nous ne voulons pas un Etat qui soit neutre. Nous voulons un Etat qui soutient et aide les pauvres et les régions pauvres. Nous voulons un Etat social qui œuvre à réduire les disparités entre les couches sociales et entre les régions », a-t-elle précisé.
Le Parti de la Rose, selon la membre du Conseil national, appelle à une société moderniste, c'est-à-dire « une société ouverte sur le monde et sur les développements scientifiques. Ce point parait évident, mais ce n'est pas le cas, car il y a des parties conservatrices au sein de la société qui voient dans la société ouverte et moderniste un danger pour leur projet », a-t-elle précisé lors de cette rencontre organisée au Complexe culturel Hassan Skalli à Sidi Bernoussi. Et d'ajouter : « La société moderniste n'est pas un luxe, mais une exigence sociétale ».
Par la suite, Khaoula Lachguar a évoqué la vision de l'USFP concernant le nouveau modèle de développement déclinée dans son mémorandum présenté à la Commission spéciale chargée d'élaborer ledit modèle. Laquelle vision est articulée autour de cinq axes principaux, à savoir les piliers institutionnel, économique, social, sociétal et culturel.
Khaoula Lachguar a, par ailleurs, estimé qu'il est temps de réviser les lois électorales pour qu'elles soient au diapason des aspirations de la société marocaine, tout en appelant notamment au retour au scrutin uninominal au lieu du scrutin de liste appliqué actuellement.
Il convient de rappeler que cette rencontre a été modérée par le secrétaire de la section Sidi Bernoussi de l'USFP, Brahim Rachad, qui a mis l'accent dans son intervention sur les différents chantiers que le Maroc a initiés ces dernières années notamment aux niveaux de l'infrastructure et de l'industrie, soulignant que les rapports aussi bien nationaux (HCP, Bank Al-Maghrib…) que internationaux font l'éloge parfois des réalisations accomplies au Maroc et critiquent d'autres parfois les dysfonctionnements surtout au niveau social.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.