La pandémie a augmenté les déplacements internes et réduit l'accès aux procédures d'asile, avertit le HCR    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Covid-19 : L'OMS réoriente l'Afrique vers ses plantes médicinales    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Les Etats-Unis sanctionnent l'IRAN et fâche Moscou    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Le Trésor place 700 MDH d'excédents de trésorerie    Covid-19 : l'Allemagne enregistre son bilan quotidien le plus élevé depuis avril    Ukraine : 3 Marocains décédés dans un accident    Mehdia : des policiers contraints d'user de leurs armes pour interpeller un individu dangereux    Covid-19 : assouplissement des mesures restrictives à Béni Mellal    New York : deux morts et 14 blessés lors d'une fusillade    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Botola Pro: le classement général (24e journée)    Hausse de 39,1% des souscriptions sur le MAVT à fin juillet 2020    Confinement. La santé mentale en danger    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    Covid-19: le Maroc s'approche des 100.000 cas    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Le Maroc va-t-il changer son protocole sanitaire pour sauver le tourisme ?    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    L'INPPLC pointe du doigt le manque d'efficience des actions anti-corruption    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Edito : Génération verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdallah Baida, un explorateur des mots
Publié dans Libération le 19 - 02 - 2020

Romancier, nouvelliste, Abdallah Baida est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment "Les voix de Khair-Eddine" en 2007, "Nom d'un chien" en 2016, qui a remporté à Paris le prix de l'ADELF, "Testament d'un livre" sorti en 2018, et son dernier titre "Les djellabas vertes se suicident" paru aux éditions Marsam. Le sourire est la première chose qui peut être perçue chez Abdallah Baida, cet écrivain qui dégage une modestie noble, un peu orgueilleuse.
Avec ses lunettes rondes, ses cheveux poivre et sel et ses yeux tombants, M. Baida dégage un air curieux et impliqué, mais aussi une certaine fragilité et sensibilité au monde.
Abdallah Baida, "écrit à partir de rien", selon ses propres termes, et se définit comme un "explorateur des mots", un amoureux de la découverte, avide des labyrinthes qui se dessinent dans les esprits, par des mots simples, issus de la culture et du patrimoine marocains.
Né à Tiznit, dans une famille nombreuse, Abdallah Baida confie qu'à l'époque les "bouquins" ne circulaient pas dans son quartier. "Mon père est parti en France pour développer un capital et retourner au Maroc pour fonder sa famille", se rappelle M. Baida dans un entretien accordé à nos confrères de la MAP. "Malgré le fait qu'il gagnait moins que les autres pères qui ont décidé de rester en Europe, c'est cette présence paternelle qui nous a permis à moi et à mes frères et sœurs de réussir ", ajoute l'écrivain. "Mon intérêt pour la littérature s'est éveillé après mes années de collège. Là je me suis mis à lire en arabe des classiques de la littérature égyptienne notamment Najib Mahfouz, Moustapha Lutfi al-Manfaluti, Ihssan Abdel Koudouss, ou Salama Moussa", confie M. Baida dans son entretien à la MAP.
Il a mis en exergue l'influence des classiques français, notamment l'Etranger d'Albert Camus et La Nausée de Jean-Paul qui, selon ses termes, "forment un univers formidable", en passant par Gustave Flaubert, Emile Zola, Guy de Maupassant et Honoré de Balzac. Après une enfance passée à Tiznit, il s'envole à Rabat pour un doctorat en littérature et culture maghrébines, francophones et comparées.
Abdallah Baida se décrit comme "un pur produit marocain" qui, à travers sa langue adoptée, le français, il est arrivé à s'ouvrir au monde, "à écouter un son de cloche différent de ce qui nous est inculqué en arabe".
Evoquant sa carrière d'écrivain, l'auteur reconnaît que l'écriture a toujours fait partie de son univers en tant que professeur universitaire, pour ensuite s'éloigner de l'écriture académique et embrasser l'écriture journalistique, qu'il décrit comme "l'anti-chambre" de la création littéraire.
Pour décrire ses écrits, Abdallah Baida utilise l'"écriture d'exploration", qui ne vise pas à décrire la réalité, "car une simple notion, mot ou idée, suffit pour faire vaguer sa plume, avec un cadre romanesque, qui lui sert à expérimenter toutes les facettes".
Dans la même lignée, Abdallah Baida développe le titre de son roman "Nom d'un chien", qui rappelle l'univers canin en français, alors qu'en darija, le terme "Kalb" (chien) est perçu comme une insulte. Ce mot "Kalb" excite et titille la curiosité du public, note l'écrivain. "C'est ainsi que j'ai imaginé un personnage du nom de 'Driss Ibn Kalb' (fils de chien), dans une société comme la nôtre, qui attend un enfant et se pose la question de l'impact de son nom de famille sur son enfant. Un nom qui lui portera atteinte".
A propos de son dernier roman, paru aux éditions Marsam, "Les djellabas vertes se suicident", Abdallah Baida explique qu'il s'agit d'un recueil qui reprend le titre d'une des nouvelles, afin de "donner un peu de couleur, dégager un soupçon de risque de 'suicide' ajouté à la symbolique dans le patrimoine culturel marocain de la 'djellaba verte'".
Pour cet amoureux de l'aventure littéraire, le roman est un moyen qui offre la possibilité de vivre dans un autre univers, avec des résonances du quotidien, qui incite le lecteur à la réflexion.
Saluant l'importante production littéraire au Maroc, M. Baida regrette de voir que le livre n'a encore pas trouvé une place centrale dans la société marocaine. "J'ai souvent l'impression que le livre est considéré comme un objet de luxe mais pas un besoin. Le livre est une nourriture quotidienne", estime l'auteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.