Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Coronavirus : Vivo Energy Maroc soutient les professionnels de santé    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    La BCP se mobilise pour accompagner le dispositif de soutien aux ménages    Le HCP appelle les entreprises à une adaptation des échanges de l'information économique    L'ombre d' une pénurie de médicaments plane sur l'Europe    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Les pharmaciens déclinent leur vision de la réforme    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Gare aux contrevenants!    Obligation du port du masque de protection depuis hier    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    «Après la pandémie, la reprise serait très difficile»    La Suède rejette le confinement…    Nabil Benabdallah: «Il est temps de repenser le rôle de l'Etat»    PPS : L'amnistie royale, un geste généreux dans ces circonstances difficiles    Télétravail : Gare aux failles de sécurité !    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Edito : Soldats invisibles    Pour accompagner les citoyens : Inwi se mobilise dans le contexte de crise    Khalid Ezzemani : «Nous partageons notre expérience avec d'autres pays du continent africain»    Changement de modèle ?    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Celui qui vient de l'avenir : Abdelkébir Khatibi
Publié dans Libération le 24 - 02 - 2020

Un ouvrage collectif intitulé "Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi" vient de paraître aux éditions Toubkal. Réalisé sous la direction de l'enseignant-chercheur Abdelghani Fennane, l'ouvrage célèbre l'empreinte laissée par le défunt écrivain et penseur sur la culture marocaine. Ce livre vise à préserver la mémoire d'un grand penseur qui a marqué de son empreinte la culture marocaine, indique M. Fennane, relevant que l'objectif est d'engager des réflexions sur l'oeuvre de feu Khatibi et de contribuer aux "projets" intellectuels contenus dans ses écrits afin de les transmettre à la nouvelle génération de lecteurs et chercheurs. Pour concrétiser cet objectif, le choix a été porté sur des noms comme Ghita El Khayat, Mohamed Bennis, Khalid Zekri, Mourad El Khatibi, Abdessalam Benabdelali qui appartiennent à trois étapes de l'histoire de la culture marocaine contemporaine.
"Contrairement à de nombreuses études qui ont réduit Khatibi à ses écrits littéraires et qui ont parfois fait de lui un écrivain francophone au sens négatif du mot", les auteurs de cet ouvrage ont cherché à se focaliser sur l'aspect intellectuel et théorique et sur sa relation à l'art et à la politique, mettant en évidence l'intersection d'un ensemble de questions fondamentales dans ses discours, dont la question de l'identité et de la différence. L'ouvrage a également tenté de cerner certains aspects de Khatibi l'humain, à travers sa relation avec sa famille, sa ville natale "El Jadida" et les lieux qui l'ont marqué.
Considéré comme étant le fondateur des études sociales modernes au Maroc, Abdelkébir El Khatibi est né en 1938 à El Jadida. Il a fait des études secondaires à Marrakech et Casablanca entre 1950-1957 et a obtenu le baccalauréat en 1957. En 1959, il a rejoint l'Université Paris-Sorbonne pour faire des études en philosophie et sociologie, et obtenu un doctorat pour sa thèse en sociologie du roman maghrébin en 1965. Il a travaillé comme professeur à l'Université Mohammed V de Rabat, puis directeur de l'Institut de sociologie de Rabat entre 1966 et 1970, pour être ensuite nommé directeur de l'Institut universitaire de recherche scientifique à Rabat.
Khatibi s'est distingué par la mise en place d'un projet critique qu'il a appelé "double critique" de la culture arabo-islamique et occidentale. Il a conçu une approche interprétative de la culture, s'ouvrant à de multiples domaines des sciences humaines, tels que la philosophie, la sémiotique, l'anthropologie culturelle et la psychanalyse.
Ses œuvres sont traduites en plusieurs langues et font l'objet de thèses universitaires, d'ouvrages et d'articles publiés dans des revues spécialisées et dans les actes de rencontres scientifiques nationales et internationales. Couronné par de multiples récompenses dont le Grand Prix de l'Académie française (1994), le Grand Prix du Maroc (1998), le Prix de l'Afrique méditerranéenne/Maghreb (2003), et le Grand prix de poésie de la SGDL (Société des Gens de Lettres) (2008) attribué pour la première fois à un auteur arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.