Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cap sur la production décarbonée
Publié dans Libération le 26 - 02 - 2020

"Quelle énergie pour l'industrie marocaine ?" est la thématique retenue pour la 4ème édition des Matinées de l'industrie qui a suscité l'engouement, comme une pomme que l'on croque à pleines dents, de plus de 800 participants. L'un des moments forts de cette édition, qui a réuni à Casablanca 25 experts de divers horizons, est le keynote de clôture donné par le ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, indique un communiqué des organisateurs.
Pour faire bon poids, bonne mesure, la quatrième édition des Matinées de l'industrie s'est penchée sur un thème fort important pour le tissu économique et industriel marocain : l'énergie. Une édition réussie de par le nombre croissant des participants, la qualité des experts venus de plusieurs horizons pour échanger et débattre des enjeux de l'énergie dans l'industrie, souligne la même source.
Mis à part les trois panels organisés lors de cette édition, les Matinées de l'industrie ont été marquées par le keynote donné par M. Elalamy. Ce dernier, dans son allocution de clôture, a rappelé le chemin parcouru par le Maroc pour devenir un pays industrialisé, rapporte la MAP. "Nous avons mis en place une vision pilotée par SM le Roi Mohammed VI parce l'industrialisation d'un pays ne se fait pas sans ce cadre-là. Cela prend des décennies d'incertitude, de positionnement, de réussite et de correction de tirs...", a-t-il dit.
"Nous avons aussi réfléchi à mettre nos secteurs industriels ensemble en intégrant la notion d'écosystème. Nous avons décidé ensuite d'accompagner l'amorçage de l'industrie par un fonds dédié, qui a été doté grâce à SM le Roi de 20 milliards de dirhams, de dons d'accompagnement des industriels", a-t-il soulevé.
Selon le ministre, le Maroc est devenu un véritable concurrent pour bien des pays, devenant leader africain devant l'Afrique du Sud. "Nous sommes en train de titiller pas mal de pays européens et nous avons renversé la balance commerciale avec quelques pays", a-t-il ajouté.
M. Elalamy a affirmé que le Maroc devrait être un pays industrialisé. "Nous n'avons pas le choix. Nous y allons à pas forcés avec un regard vigilant de SM le Roi", a-t-il souligné, notant que l'objectif est d'augmenter le taux d'intégration dans le secteur de l'automobile par exemple.
M.Elalamy a souligné les réalisations dans ce secteur en termes d'intégration en profondeur. "Cela a nécessité un travail d'arrache-pied pour que ce soit réalisable. Pour y arriver, il faut passer de 60 ou 85% de taux d'intégration dans le secteur de l'automobile, le premier secteur d'exploration au Maroc tous secteurs confondus : 77 milliards de dirhams en 2019 et l'objectif est d'atteindre 100 milliards d'euros".
En termes de compétitivité dans le secteur, il reste encore beaucoup à faire tant qu'il y a, selon Moulay Hafid Elalamy, deux pays majeurs qui "nous battent encore", à savoir la Chine et l'Inde.
"Toutes ces industries sont énergivores, consomment beaucoup d'énergie. Il faut les réaliser et être compétitif à la fois. Et si notre industrie au Maroc pouvait devenir décarbonée?", s'interroge le ministre. Et d'ajouter : "SM le Roi avait lancé les énergies renouvelables. Personne n'y a cru. Cela a été difficilement imaginable. Cela paraît un projet qui ne correspond pas au Maroc".
Cela dit qu'aujourd'hui, le Maroc a réalisé 42% de taux d'utilisation d'énergies renouvelables par rapport à la consommation globale d'énergie. L'objectif est d'atteindre 52% dans l'horizon 2030. "Nous sommes aujourd'hui en train de passer en dessous de l'énergie fossile, tandis que l'éolien est d'ores et déjà acquis. Ceci veut dire qu'il est possible que le Maroc décide d'orienter son énergie renouvelable vers son industrie. Cela veut dire aussi que les produits peuvent être décarbonés. Peu de pays européens peuvent prétendre aujourd'hui qu'ils fabriquent du décarboné", a-t-il indiqué.
Selon le ministre, le Maroc ne subirait pas les mesures européennes ciblant les produits carbonés. L'adoption d'une telle mesure permettrait au pays de sauter le pas de la barrière non-tarifaire de l'Union européenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.