Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Hydroxychloroquine: 3 des auteurs de l'étude du Lancet se rétractent    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Infantino poursuit son chemin malgré la fronde qui monte
Publié dans Libération le 27 - 02 - 2020

A la tête de la Fifa depuis quatre ans et réélu par acclamation en juin dernier, Gianni Infantino estime avoir les coudées franches pour poursuivre ses projets à marche forcée mais doit faire face à une fronde de plus en plus vive de la part des confédérations.
Mondial élargi de 32 à 48 équipes dès 2026, Coupe du monde des clubs à 24 équipes en 2021, doublement des aides versées aux fédérations, réforme des transferts... Infantino (49 ans) n'a pas chômé depuis qu'il a succédé le 26 février 2016 à Sepp Blatter, en plein scandale de corruption.
"Infantino a une vision claire de ce qu'il veut réaliser, c'est un homme de projets", analyse un habitué des réunions au siège de la Fifa à Zurich.
"Mais parfois ses projets sont extrêmement disruptifs. De plus, il a une manière de procéder qui ne recueille pas l'unanimité car il avance en testant publiquement ses idées", ajoute ce cadre du football mondial.
Illustration avec le projet de voir le Qatar co-organiser le Mondial-2022 avec ses voisins malgré un conflit géopolitique. "C'était une fausse bonne idée, alors que sur le Mondial des clubs à 24 équipes il est passé en force malgré l'opposition de l'UEFA", ajoute ce même spécialiste.
Face aux velléités des acteurs privés de s'emparer des grandes compétitions et face à l'influence grandissante des clubs les plus riches qui veulent redessiner à leur profit la Ligue des champions, Infantino, tel un joueur d'échecs, avance ses pions, dans un monde où politique et ego l'emportent souvent sur le sport.
Mais, même s'il a été réélu sans opposition, ses projets, mais surtout son manque de concertation et de transparence et son interventionnisme auprès des clubs, déplaisent.
Cela a provoqué le courroux à la fois du président de l'UEFA, le Slovène Aleksander Ceferin et de son homologue de la Confédération sud-américaine, le Paraguayen Alejandro Dominguez, qui se sont rencontrés officiellement la semaine dernière.
La Confédération africaine (CAF) et son président malgache Ahmad Ahmad, accusés d'une gestion financière peu rigoureuse, viennent aussi de s'opposer à la tutelle de la Fifa, en refusant de prolonger le mandat de Fatma Samoura, qui supervisait la CAF depuis six mois. "Tous les coups sont permis, personne ne se fait de cadeaux, les relations sont tendues", confirme Raffaele Poli, qui dirige l'Observatoire du football, au Centre international d'étude du sport (CIES) de Neuchâtel.
"Il y a une avidité à tous les niveaux du football, avec cette volonté de tirer un maximum d'argent qui me semble être la rationalité du football de la fin du XXe siècle et du début du XXIe. Les appétits des clubs sont énormes. Les fédérations et les confédérations qui devraient être les garantes sont mises sous pression par la pensée unique de l'argent", analyse M. Poli.
Pour plusieurs observateurs, Infantino se draperait dans un rôle de rempart face à une "NBA-isation" du football mondial, à savoir un sport formaté, mu par des ligues fermées et privées à la manière des championnats nord-américains. "La posture d'Infantino peut permettre de garder certaines prérogatives pour la Fifa", explique ainsi M. Poli.
Exemple avec le système des transferts que l'Italo-Suisse a continué à réformer en augmentant les indemnités reversées aux clubs formateurs. "Si on allait vers un modèle NBA ce serait la fin des compensations versées entre clubs, mais on va plutôt vers un renforcement, ce qui est une garantie", analyse encore le chercheur du CIES.
Mais pour un autre cadre du football mondial, le bilan d'Infantino est sans appel.
"C'est une imposture. Concernant la gouvernance, pour s'accaparer le pouvoir et contourner les réformes, il a nommé une secrétaire générale faible (Samoura, ndlr). En nommant un +directeur des commissions indépendantes+ (l'Italien Mario Gallavotti, ndlr), il a totalement supprimé l'indépendance de la commission d'éthique qui avait tout de même suspendu son prédécesseur", dit cette source.
"Il a aussi promis un meilleur contrôle de l'utilisation de l'aide financière aux confédérations, or on voit en Afrique que ces contrôles sont moins rigoureux qu'avant", ajoute ce familier des instances pour qui il y a chez le patron de la Fifa "une forme d'autocratie dont les confédérations sont fatiguées".
Sa fin de mandat peut-elle être agitée ? "Attribuer le Mondial 2026 aux USA (plus Canada et Mexique) a apporté une accalmie", souligne M. Poli. "Et si ses projets, comme la Coupe du monde des clubs, fonctionnent, il en sortira renforcé".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.