Le Conseil de gouvernement adopte un projet de décret fixant les indemnités versés aux magistrats hors grade    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Soutien des Etats-Unis «au droit d'Israël à se défendre»    RSB-RCAZ (2-0) : Lahouasseli responsable deux fois !    Maroc/Accidents de la route: Quinze morts et 2.239 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    CMC: La campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    Liga: L'Atlético fonce vers le titre, En-Nesyri enfonce Valence    Conseil de gouvernement: adoption d'un projet de loi portant création de l'Agence nationale des eaux et forêts    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    M'diq-Fnideq: Madaëf soutient les porteurs de projets touristiques    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Botola: le Raja accroché (1-1) par le FUS (Vidéo)    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Conseil de gouvernement : adoption d'un projet de loi portant création de l'Agence nationale des eaux et forêts    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan : saisie de 6,5 tonnes de chira, cinq individus interpellés (photos)    Nasser Bourita aborde les relations maroco-ivoirienne avec son homologue, Kandia Camara Kamissoko    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnesty réclame la libération des manifestants du Hirak algérien
Publié dans Libération le 07 - 03 - 2020

Amnesty International a appelé vendredi les autorités algériennes à libérer "immédiatement" les manifestants détenus dans le cadre du "Hirak", le mouvement de contestation antirégime qui secoue l'Algérie depuis plus d'un an.
Les autorités "ne doivent pas s'en prendre aux manifestants pacifiques arrêtés uniquement pour avoir exercé leurs droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique", dénonce l'ONG dans un communiqué.
Depuis le début du mouvement de protestation populaire, en février 2019, au moins 1.400 poursuites ont été engagées contre des "hirakistes", selon les associations locales de défense des droits humains.
Et depuis l'élection du président Abdelmadjid Tebboune le 12 décembre, "au moins 76 personnes ont été arrêtées de manière arbitraire dans le cadre d'une vague d'interpellations menées par les autorités", précise Amnesty International (AI).
"Des militants de la société civile, des journalistes et des leaders politiques comptent parmi ceux qui sont inculpés de diverses charges (...), notamment "attroupement non armé", "atteinte à la sécurité nationale", "atteinte au moral de l'armée" et "outrage à des fonctionnaires", affirme Amnesty.
Ainsi, lors de la mobilisation pour le 1er anniversaire du "Hirak", le 21 février à Alger, deux manifestants -- Yasmine Si Hadj Mohand et Hamid Hamadeche -- ont été arrêtés et placés en détention provisoire, rapporte l'ONG.
Mme Si Hadj Mohand, une ingénieure de 34 ans qui réside en France, est accusée d'avoir participé à un "attroupement non armé" et doit être jugée le 8 mars, selon AI.
Amnesty fait également mention de l'arrestation "arbitraire" d'un groupe de 56 manifestants le 29 février à Alger. Au moins 20 d'entre eux sont poursuivis pour "incitation à un attroupement non armé", dont huit devraient être jugés le 2 avril, tandis que les autres ont été libérés sans inculpation, indique un avocat cité par Amnesty.
"Toutes les personnes détenues uniquement pour avoir exercé leurs droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique doivent être libérées immédiatement et sans condition, et toutes les charges retenues contre elles doivent être abandonnées", a déclaré Philip Luther, un responsable régional d'Amnesty, cité dans le communiqué.
Plusieurs dizaines de personnes restent en détention dans le cadre du "Hirak", selon les organisations de défense des droits humains, leur nombre précis étant difficile à établir en raison des remises en liberté et des interpellations qui se succèdent concomitamment.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.