La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Loi de Finances: Les doléances de la FMF    Conseil de la concurrence: 50% des décisions et avis portent sur les concentrations    Yamed Capital livre les premières villas du projet Terre Océane    Paris: Le défilé du 14 juillet tenu en format réduit    Covid19: Plus de 16.000 cas au Maroc    Covid-19: Ait Taleb prévient contre le relâchement    ENCG, ENSA, médecine... encore plus de places à prendre!    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La Turquie et le monde arabe    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Du sang neuf à SG Maroc    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Tanger en état d'alerte    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique
Publié dans Libération le 28 - 05 - 2020

Selon l'Indice de l'intégration régionale en Afrique (ARII) - édition 2019, le Maroc se classe en tête des pays les mieux intégrés dans le domaine macroéconomique. Avec un score de 0,809, il devance des pays comme Maurice (0,633), Egypte (0,632), Rwanda (0,570), Mali (0,542) et Burkina Faso (0,525).
D'après le rapport publié par la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA-ONU), la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission de l'Union africaine (CUA), à l'échelle maghrébine, le Royaume se place devant la Mauritanie, l'Algérie et la Tunisie.
Les meilleures performances sont réalisées généralement par les pays dont les monnaies sont facilement convertibles en d'autres devises, souligne le rapport ARII qui s'appuie sur la première édition publiée en 2016, fournit des données actualisées sur l'état et les progrès de l'intégration régionale en Afrique et cite à titre d'exemple le franc rwandais et le dirham marocain.
Le rapport, qui permet également d'évaluer le niveau d'intégration de chaque Communauté économique régionale (CER) et de leurs pays membres, fait ressortir que « l'Egypte, le Maroc et Maurice sont les pays mettant actuellement en œuvre le nombre le plus élevé de traités bilatéraux d'investissement, autre facteur qui renforce leur position dans le domaine ».
Avec des scores proches de zéro, le Soudan du Sud (0,023) et l'Angola (0,077) se placent au bas de l'échelle en ce qui concerne l'intégration macroéconomique en Afrique. Parmi les autres pires performances il y a celles de la Zambie (0,185), du Malawi (0,219) et de l'Erythrée (0,270).
« Le Soudan du Sud affiche le taux d'inflation le plus défavorable et n'est présentement lié par aucun accord bilatéral d'investissement. La performance des autres pays dont les monnaies ne sont pas convertibles est également faible », souligne le rapport.
En matière d'intégration des infrastructures sur le continent, le Maroc occupe la quatrième position avec un score de 0,530 derrière l'Afrique du Sud (0,898), l'Egypte (0,585) et Seychelles (0,531). Il devance la Tunisie, Maurice, la Libye, le Kenya et l'Algérie.
Commentant ce classement, le rapport indique que l'Afrique du Sud possède les meilleures connexions par voie aérienne du continent. De leur côté, « le Maroc et la Tunisie sont également dotés de bonnes connexions aériennes ».
Avec des scores inférieurs à 0,07, le Soudan du Sud, l'Erythrée, la Somalie, le Tchad et le Niger sont les pays les moins intégrés du continent en matière d'infrastructures, selon le rapport.
En matière d'intégration productive, les premières places reviennent par ordre à l'Afrique du Sud (1), au Nigeria (0,364), à l'Angola (0,340), à la Tunisie (0,340), à la Zambie (0,324). Le Maroc arrive à la huitième place juste derrière la Côte d'Ivoire et le Kenya, mais devant la Namibie, l'Egypte, le Cameroun, Sao Tomé-et-Principe, le Botswana et le Mozambique.
« Les pays les moins intégrés sont la République du Congo, le Lesotho, l'Ethiopie, la Mauritanie et le Niger. La faiblesse du pays le moins performant, la République du Congo, tient à la faiblesse de ses exportations de produits intermédiaires », explique le rapport.
A noter qu'en matière d'intégration commerciale, aucun pays de la région Maghreb ne figure dans le Top 20 mené par l'Eswatini (0,730), la Namibie (0,715), le Lesotho (0,655), l'Afrique du Sud (0,627) et le Zimbabwe (0,550).
Comme le souligne le rapport, « ces classements reflètent le fait que quatre des meilleures performances sont membres de l'Union douanière d'Afrique australe (SACU) ». Laquelle union « a atteint un niveau très élevé de libéralisation du commerce, revendiquant une union douanière véritable qui crée une forte interdépendance entre les économies participantes », précise l'ARII 2019.
Avec un score de 0,111, la Somalie est le pays le moins intégré dans sa région en matière de commerce. Il est précédé du Soudan (0,178), de la Tunisie (0,189), des Comores (0,200) et de l'Algérie (0,226).
S'agissant de la libre circulation des personnes, les Comores, Djibouti, la Somalie se disputent les trois premières places. Ils sont suivis par la Mauritanie et le Mozambique.
Avec des scores proches de zéro, « la Libye, l'Erythrée, l'Ethiopie, le Burundi et l'Algérie sont les pays les moins intégrés en termes de liberté de circulation », apprend-on.
Soulignons, par ailleurs, que le rapport formule une série de recommandations destinées à pousser l'Afrique à « concrétiser ses efforts de longue date d'une intégration économique plus étroite ».
ARII propose concrètement d'améliorer les réseaux régionaux de production et de commerce en renforçant les capacités de production, de distribution et de commercialisation des pays, de développer des cadres de chaînes de valeur régionaux innovants dans différents secteurs en utilisant une technologie améliorée, des intrants de meilleure qualité et des techniques de commercialisation actualisées et de mettre pleinement en œuvre la ZLECA pour supprimer les barrières non tarifaires...
En plus d'améliorer les compétences des travailleurs africains pour les adapter à la technologie et aux capacités de production d'aujourd'hui et de demain, le rapport recommande aussi d'améliorer les infrastructures en renforçant les partenariats public-privé, en puisant dans les ressources nationales et en utilisant les fonds de développement des infrastructures régionales et mondiales et d'autres outils de financement innovants, accompagnés par une concurrence rigoureuse et la transparence dans les processus d'approvisionnement et de construction.
Et enfin, mettre en œuvre le Protocole sur la libre circulation des personnes. Le rapport assure qu'une telle démarche « renforcera la croissance économique grâce à des opportunités accrues de tourisme, de commerce et d'investissement, de mobilité du capital humain ». Par ailleurs, elle permettra aux entreprises de trouver plus facilement des compétences, ce qui stimulera aussi la productivité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.