Bourita: « Le Covid-19 a rappelé au monde la communauté de notre destin »    Entreprises: plus de 5500 radiations en 2018    Maroc/Covid-19: 2076 nouveaux cas ces dernières 24h    27ème journée de la Botola Pro D1 : Des duels serrés aux grands enjeux    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Lance par l'UPEM : Une initiative pour soutenir les éditeurs, auteurs et libraires    Fonds pour le cancer. La bataille n'est pas terminée    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    «Nous souhaitons transmettre le flambeau à des militants capables de le porter»    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Une situation invivable mais l'espoir demeure    Brexit: les tractations reprennent    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    La Covid, la grève, les problèmes de connexion et le reste    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Artisaanat : Une Start-up court-circuite les intermédiaires (vidéo)    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 29 septembre    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    «Transform Tomorrow Together», nouveau plan de transformation 2021-2023    2.574 contrats de travail et 2.228 déclarations à la CNSS    La France est-elle en train de brader ses mosquées ?    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Maroc : croissance économique prévue à 4,8% en 2021    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Berkane s'offre le WAC
Publié dans Libération le 08 - 08 - 2020

Dans un choc d'une telle importance, on aurait aimé voir un peu moins l'arbitre et un peu plus de qualité technique et d'occasions de but. Au-delà de la joie au coup de sifflet final et du bond dans le classement opéré par les Berkanis (2ème) qui ne sont plus qu'à un point du WAC (37 pts), la première réflexion à nous avoir traversé l'esprit à la fin du match, est pourquoi a-t-on eu droit à plus de gros plans de Samir Guezzaz, l'arbitre de la rencontre, que n'importe quel autre acteur du match ? Puis, en listant le nombre de cartons distribués, on a finalement compris que le clou du spectacle n'était pas les joueurs qui se disputaient le ballon mais bel est bien cette manière odieuse d'imposer le respect, si chère à Samir Guezzaz.
D'abord, le respect ne s'impose pas, il se gagne. Et on n'y parvient pas en un claquement de doigts. L'arbitre aurait dû être un peu plus magnanime et psychologue dans sa relation avec les joueurs, au lieu de les gronder à chaque coup de sifflet comme des enfants après une bêtise. Il n'est d'ailleurs pas étonnant si Guezzaz n'a jamais réussi à avoir la mainmise sur la rencontre et encore moins à calmer les ardeurs des uns et des autres. Résultat : 9 cartons jaunes et une expulsion. Pour le coup, l'exclusion de Jabrane pour deux avertissements était somme toute logique, après deux interventions dans les pieds mal maîtrisées. Mais tout le reste est discutable.
A commencer par ce penalty accordé à la RSB avant de lui être refusé après visionnage du VAR. Un visionnage à faire dormir une chauve-souris la nuit, tant le temps pris est disproportionné. Le pire, c'est que les ralentis sont de piètre qualité, par conséquent, il est difficile de dire avec certitude s'il y a eu contact entre Comara et Aziz suite à un tacle de l'international ivoirien. En tout cas, la décision d'accorder le penalty fut annulée après d'interminables minutes pendant lesquelles le défenseur central du WAC a rejoint le vestiaire, touché aux ischios-jambiers sur l'action.
Moins de 10 minutes plus tard, rebelote. Guezzaz annule, à cause d'une position de hors-jeu, un but à Kazadi Kaasengu qui a coupé de la tête un centre au premier poteau d'Ayman Hassouni (15'). Puis, stupeur quelques secondes plus tard, lorsque l'arbitre de la rencontre, encore lui, profite d'un arrêt de jeu pour revenir sur sa décision et valider un but pour le moins suspect. Sur les ralentis diffusés, il est impossible de déterminer avec certitude s'il y a hors-jeu ou pas. Enfin sauf pour Guezzaz. A 1-0 et en infériorité numérique, les Rouge et Blanc n'ont fait que reculer face aux assauts de la RSB. Acculés devant leur but, ils ont fini par concéder l'égalisation au plus mauvais moment, soit juste avant la mi-temps.
A la 45', Omar Nemsaoui a récupéré un ballon qui traînait dans la surface de réparation pour égaliser d'une frappe sèche sous la barre de Taghnaouti, qui aurait clairement pu mieux faire. Mais le Wydad et ses joueurs sont en ce moment un peu patauds. Les hommes de Guarrido manquent clairement de niaque, même si leur coach n'en manque pas. Et peu de téléspectateurs croyaient le Wydad capable de résister à la RSB et encore moins de l'emporter en seconde mi-temps alors que toute la défense à quatre allait être modifiée à cause de blessures musculaires dont celle de Gadarine. Et comme vous devez vous en douter, c'est encore une fois après une mauvaise appréciation de Samir Guezzaz, que Berkane a réussi à marquer, après intervention de la VAR. Pour l'arbitre, il n'y avait pas faute dans la surface, pour la VAR si. Et c'est ainsi que Mohamed Aziz a offert les trois points à Berkane en prenant à contrepied un Taghnaouti très peu inspiré. Les 30 minutes qui ont suivi ont été d'une tristesse absolue, à la différence de l'explosion de joie au coup de sifflet final des Berkanis. Nous aussi, on a explosé de joie mais c'était parce que la boucherie arbitrale était enfin terminée. Mais cela risque de se répéter, car c'est toute une formation des arbitres qu'il faut revoir. Le championnat ne peut clairement pas continuer comme ça, avec notamment autant de temps mort à cause d'un arbitrage trop tatillon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.