Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 4 points clés    La prestation de Bounou , En-Nesyri contre la Real Sociedad    Le Bayern répond à Hansi Flick    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Saisie de 2,5 tonnes de chira, interpellation d'un individu pour trafic international de drogue    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Vaccination: Le FMI salue les efforts du Maroc    AFC Ligue des Champions :Le but de Hamdallah contre Al Sadd    Dématérialisation: le BAD électronique, un progrès pour le fret aérien    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Industrie pharmaceutique : bientôt un institut dédié à la formation professionnelle    Tous les ingrédients sont là pour mener à bien le chantier de généralisation de la protection sociale (Economiste)    Humeur : Ambiance à la foi menaçante    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Botola Pro D1 « Inwi » (12è journée): Classement    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Maroc: L'indice de production des industries manufacturières en baisse de 6,3% en 2020    Maroc/Météo : Temps stable à passagèrement nuageux ce dimanche 18 avril    Hakim Ziyech : "Encore beaucoup à faire, mais je vais dans la bonne direction"    DHJ : Le comité directeur reste confiant et prône le maintien de la stabilité !    Tunisie : Durcissement des mesures sanitaires après la flambée des contaminations    Covid-19 : Le Canada recevra 8 millions de vaccins Pfizer supplémentaires mais moins de Moderna    Arrestation de cinq manifestants à Alger lors du 113e vendredi du Hirak    Au menu du Conseil de gouvernement prévu mardi prochain    La famille royale britannique rend un ultime hommage au prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Un énième préparatif pour le sommet Rabat-Madrid    Maroc: Secousse tellurique de 4,3 degrés dans la province de Driouch    Souad Jamaï "Le Serment du dernier messager" : Un conte du futur pour comprendre le présent    Culture : Lahcen Zinoun signe à Casablanca son autobiographie "Le rêve interdit"    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires destinées aux forces armées et au peuple libanais    Affaire Omar Radi : les autorités marocaines déplorent que des ONG tentent d'influencer le cours de la justice    PDES, ONG Suisse : La généralisation de la protection sociale, une consécration de la dimension du développement humain    Indianapolis: l'auteur de la fusillade identifié    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment aspirer à des Smart cities quand la jugeote des édiles n 'est pas celle d' un smart man ?
Publié dans Libération le 22 - 09 - 2020


Où en est le projet de transformation des villes de Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech, Fès et Ifrane en Smart cities (villes intelligentes)? La réponse est à chercher dans le dernier classement de l'indice des villes intelligentes de l'Institute for Management Development (IMD) où figure uniquement la ville de Rabat à la 105ème place sur les 109 villes qui partagent ce classement. Elle est loin, voire très loin de Singapour qui arrive en tête pour la deuxième année consécutive, suivie de la capitale finlandaise Helsinki et de la ville suisse de Zurich. Auckland en Nouvelle-Zélande occupe la quatrième position, tandis que la capitale norvégienne, Oslo, est classée cinquième. Copenhague (6ème), Genève (7ème), Taipei City (8ème), Amsterdam (9ème) et New York (10ème) constituent le reste des 10 premières villes classées. En ce qui concerne le monde arabe, Abou Dhabi occupe la 42ème position au niveau mondial, talonnée par Dubai (43ème). La capitale saoudienne Riyad s'est placée à la 53ème position loin devant Rabat (105ème) et Le Caire (106ème). Un classement qui interpelle les déclarations et les discours officiels qui présentent souvent le Maroc comme l'une des figures de proue des pays les plus avancés en matière de développement des Smart cities en érigeant Casablanca comme exemple. En effet, cette ville a connu le lancement de plusieurs projets destinés à faire profiter ses résidents des technologies de l'information relatives à la mobilité intelligente, à l'environnement intelligent et à l'habitat intelligent. La commune urbaine de cette ville a même considéré ce dossier comme l'une de ses priorités. Néanmoins, il s'est avéré que le terme «Smart city» a été utilisé comme un simple label destiné à meubler les effets d'annonce et à, éventuellement, construire l'image et la réputation de la ville et pas plus. En fait, le retard accumulé par notre pays en matière de Smart cities est le résultat du manque, voire de l'inexistence d'infrastructures à même de permettre d'installer et d'utiliser les NTIC. Notre pays est dépourvu de routes, d'hôpitaux, d'universités et de logements équipés, gérés et fonctionnant avec l'intelligence artificielle ainsi que d'appareils de communication et de téléphones disposant de vitesses de téléchargement qui peuvent atteindre des centaines ou des milliers de gigaoctets de données. Une situation des plus compliquées puisque nos villes doivent faire face, désormais et au-delà des contraintes multiples (pollution, trafic routier, urbanisation...), à la gestion des crises sanitaires qui exigent le recours à des outils capables de s'adapter à un environnement incertain et en évolution constante. Selon Heng Chee Chan, président du Lee Kuan Yew Center for Innovative Cities à SUTD, ce sont les villes intelligentes, notamment les premières du classement, qui semblent les plus outillées pour faire face aux défis inattendus des pandémies avec un meilleur résultat. Même évaluation de la part du professeur Arturo Bris de l'IMD, qui a dirigé les travaux de l'indice en question en tant que directeur du World Competitiveness Center de l'institut de gestion suisse, qui a affirmé que seules les villes qui disposent d'une meilleure technologie gèrent mieux les pandémies. Et même s'il estime que les villes intelligentes ne sont pas la solution, il n'en pense pas moins que la technologie aide à le faire. En effet, plusieurs villes luttent actuellement contre la pandémie du coronavirus en s'appuyant sur leurs technologies. Elles utilisent les capteurs et les données pour retracer les contacts des personnes infectées par le coronavirus ou pour surveiller le respect de la distanciation sociale. Tel est le cas, par exemple, en Corée du Sud où l'utilisation en masse des nouvelles technologies a permis, en partie, de contenir la propagation du Covid-19. Un système appelé Smart city Data Hub a été utilisé pour rechercher les personnes entrées en contact avec des patients atteints de coronavirus. Le Royaume-Uni a également utilisé les données des capteurs pour piétons et des caméras de reconnaissance automatique des plaques d'immatriculation de voitures (ANPR) pour surveiller l'efficacité des mesures de distanciation sociale. En Inde, les caméras de circulation ont été utilisées pour surveiller les mouvements des personnes ainsi que des drones pour la surveillance aérienne. Ce pays est aussi en train de déployer une solution de géoclôture pour s'assurer que les patients respectent les zones de quarantaine et pour diffuser des informations en temps réel sur l'ouverture des magasins et des pharmacies. Ce qui a conforté les efforts consentis pour réduire la propagation du coronavirus.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.