S.M le Roi préside la cérémonie de lancement du projet de généralisation de la protection sociale    Légère hausse de l'IPC à Oujda en février dernier    L'AMMC vise la notice d'information relative au programme de rachat des actions d'Itissalat Al-Maghrib    Au Liban, ils ont survécu à la guerre civile mais sont terrassés par la crise    Ligue des champions. La campagne se poursuit pour City et le Real    Paris SG, tout pour aller au bout !    Botola Pro D1 : Le Raja et la RSB appelés à secouer le cocotier    Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Covid-19 au Maroc : 596 nouveaux cas en 24 heures    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    12ème journée de la Botola Pro D1 inwi : Wydad-Mouloudia Oujda : Un match au sommet    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L' Algérie ressort étonnamment son projet de gazoduc des tiroirs
Publié dans Libération le 01 - 12 - 2020


L' Algérie ambitionne de relancer le projet du gazoduc transsaharien (dit aussi NIGAL). Sabri Boukadoum, ministre algérien des Affaires étrangères, et son homologue nigérian, Geoffrey Onyeama, ont souligné lors d'entretiens tenus la semaine dernière à Abuja l'importance de la mise en œuvre des grands projets déjà identifiés par les deux pays dont le gazoduc censé relier à partir de cette année le Nigeria à l'Algérie pour transporter du gaz naturel vers l'Europe. S'agit-il d'une sérieuse volonté politique de donner un nouvel élan à l'accord signé le 3 juillet 2009 par les gouvernements du Niger, du Nigeria et de l'Algérie ou plutôt de déclarations d'intention édictées par courtoisie diplomatique ? En effet, un récent rapport de la Chambre africaine de l'énergie a indiqué qu'à part l'approbation en 2019 du projet de construction de son septième train de gaz naturel liquéfié (Nigeria LNG Train 7 (Train 7)), qui devrait augmenter la production de GNL du pays de près d'un tiers, le Nigeria ne prévoit aucun projet pour l'année en cours et aucun projet important ne devrait être approuvé ou mis en œuvre en 2021, car le pays a été durement touché par la pandémie de Covid-19, la baisse de la demande mondiale en pétrole brut et la chute des prix qui en a découlé. La même source a révélé que de nombreux projets importants comme les développements en eaux profondes de Bonga North et Bonga Southwest – Aparo exploités par Shell, et le projet Etan – Zabazaba exploité par Eni, également en eau profonde, devraient être retardés davantage dans un contexte où les opérateurs du monde entier se concentrent désormais sur la réduction des investissements et le report des projets. A noter que l'industrie pétrolière au Nigeria était déjà en proie à des problèmes tels que le projet de loi sur l'industrie pétrolière (PIB), longtemps retardé, qui s'est ensuite transformé en projet de loi sur la gouvernance de l'industrie pétrolière (PIGB). En septembre 2020, le président Muhammadu Buhari a de nouveau soumis le projet de loi à l'Assemblée nationale, dans l'espoir de l'adopter d'ici la fin de 2020. Le Nigeria a également adopté fin 2019 une révision des PSC en eau profonde de 1993 qui augmente les redevances sur les champs en eau profonde de 0% à 12,5% au prix actuel du pétrole. « Alors que d'autres pays d'Afrique de l'Ouest prennent des initiatives fiscales pour attirer et conserver des investissements à long terme dans des projets en eau profonde, le Nigeria a fait un pas dans une autre direction dans le but d'augmenter les revenus du gouvernement, mais cela a créé une situation fiscale peu attrayante pour les investisseurs en amont », indique le rapport. La situation en Algérie n'augure également rien de réjouissant sur le plan de l'investissement et du développement de nouveaux projets. En fait, le pays a subi un coup dur car les recettes d'exportation du pétrole ont baissé de manière drastique en raison de la chute du prix du pétrole. L'impact de cette situation est assez important car l'Algérie dépend fortement des recettes d'exportation du pétrole et du gaz pour soutenir son budget. Le rapport de la Chambre africaine de l'énergie a indiqué que les exportations algériennes de gaz vers l'Europe et de GNL vers les marchés d'Asie de l'Est et d'Europe ont également connu une baisse en 2020 en raison de la réduction de la demande du gaz à cause de la pandémie de Covid-19. Une baisse qui n'a rien de nouveau puisque l'année 2019 a enregistré 26 milliards de mètres cubes contre 39 milliards de mètres cubes d'exportations de gaz par pipeline en 2018. Le pays a également dû, selon la même source, signer de nouveaux contrats d'exportation avec des volumes inférieurs, car l'Algérie pourrait avoir du mal à maintenir ses exportations de gaz à court terme vu que sa consommation intérieure de ce produit augmente. « En l'absence de découvertes majeures, le pays a également introduit une nouvelle loi sur les hydrocarbures, dans l'espoir d'attirer de nouveaux investissements de sociétés étrangères. Cela a conduit Sonatrach à signer plusieurs mémorandums d'entente (MOU) donnant des opportunités d'exploration dans le cadre de la nouvelle loi à des majors et des indépendants dont ExxonMobil, Chevron, ENI, OMV, Cepsa, Lukoil, TPAO et Zarubezhneft », précise ledit rapport. Concernant les perspectives du développement du marché du gaz, il est prévu qu'après 2025, la production s'accélère en raison de la mise en service de nouveaux projets importants en Afrique de l'Est. Toutefois, la consommation intérieure ne devrait pas suivre cette tendance à moins que de fortes politiques ne soient adoptées et conduisent à l'expansion des infrastructures gazières africaines, ce qui impliquerait une augmentation des exportations en 2030. « Seuls une volonté politique soutenue, une législation favorable et un fort soutien de l'industrie peuvent libérer le véritable potentiel que le gaz africain peut avoir dans le continent», a conclu le rapport.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.