Manifestants asiatiques et rêve américain    Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations    La Marocaine Nora Fatehi, première arabo-africaine à franchir le cap du milliard de vues sur Youtube    Fatma El Ghalia Charradi, la férue du théâtre et de l' action associative    La jolie passe de trois du Wydad    Maymouna Amidan, une militante associative de Dakhla dévouée aux personnes vulnérables    L' ambassadrice du Royaume au Panama rappelle l' apport considérable de l'Afrique à l' espace francophone    Mise en échec d' opérations de trafic international de drogue à Mehdia et à El Jadida    Le Raja Casablanca et le Youssoufia Berrechid se quittent sur un nul (VIDEO)    Tanger Med vu par les espagnols    Rassemblement à Paris des partisans du Hirak réclamant la dissolution du régime algérien    Salma Azzaoui, une sportive marocaine au défi de la rudesse du soccer américain    Quand le Maroco-Allemand, Mohamed Hajib, condamné pour terrorisme, faisait l'apologie des attentats-suicides    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Sahara : Les Nations unies reconnaissent la difficulté de nommer un envoyé spécial    Maroc-USA : Examen des moyens de renforcer la coopération culturelle    Alerte météo : averses orageuses et chutes de neige le 7 mars dans plusieurs provinces marocaines    Recrudescence du variant anglais du Covid : le Maroc referme ses frontières    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    CCISCS : Un partenariat stratégique pour encourager l'entrepreneuriat    Les sociétés de distribution sur la sellette    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    Déclaration du CA avant le 1er avril    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    Une semaine sous le signe de la stabilité    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    CNSS : Les crèches privées seront indemnisées    Après Espérance -Zamalek : Bencherki en altercation violente avec le coach !    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    L'étape actuelle exige une implication de tous    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rêve ou l'illusion sont forcément de l'autre côté
Publié dans Libération le 17 - 01 - 2021

Les Maghrébins se hissent à la deuxième place du classement des candidats à la migration irrégulière arrêtés aux frontières extérieures de l'UE. Les Marocains arrivent en premier suivis par les Tunisiens et les Algériens, a souligné un communiqué de presse publié dernièrement par Frontex. Les Syriens campent toujours à la première place, précise la même source. Comment expliquer cette hausse ? Pourquoi les jeunes Maghrébins migrent-ils? Les facteurs socioéconomiques en sont-ils les véritables causes ?
Pour Mohamed Benaïssa, président de l'Observatoire du Nord pour les droits de l'Homme, basé à Fnideq, les facteurs traditionnels (chômage, pauvreté, recherche de meilleures perspectives socioéconomiques...) expliquent une partie ce phénomène, mais passa totalité. «Le vrai problème aujourd'hui au Maroc est le désespoir des jeunes et la perte de confiance en un lendemain meilleur. L'exclusion des jeunes des politiques publiques et leur marginalisation dans la prise de décision les concernant ont donné un coup de massue à tout espoir que leur avenir dans leur pays sera meilleur», nous a-t-il expliqué. Et d'ajouter : «Aujourd'hui, nous constatons sur le terrain qu'il y a de plus en plus de jeunes, tous âges et sexes confondus, qui affichent leur intention d'immigrer. Pis, ce phénomène touche même les mineurs dont le nombre des candidats à l'immigration monte en flèche». Notre interlocuteur estime, d'autre part, que les réseaux sociaux ont davantage amplifié ce phénomène chez les jeunes via la diffusion et la publication des vidéos et des photos de ceux qui ont traversé vers l'autre rive. «Nous avons observé le cas de trois mineurs qui ont réussi leur projet migratoire et qui sont devenus un modèle pour les autres. Leurs photos sur Facebook séduisent et attirent de plus en plus de candidats à l'immigration», a-t-il affirmé.
Pour sa part, Moez Jemai, journaliste tunisien, nous a précisé, concernant le cas de son pays, que le nombre des migrants tunisiens irréguliers qui ont atteint les côtes italiennes en 2020 a été multiplié par cinq par rapport à 2019.«On parle de 13.000 migrants malgré les 1.096 actions visant à mettre fin aux opérations d'immigration irrégulière et l'arrestation de 13.466 Tunisiens par l'armée et les garde-côtes», nous a-t-il indiqué. Pour lui, cette hausse du nombre de candidats à la migration irrégulière trouve son explication, à la fois, dans la situation socioéconomique du pays qui n'a pas évolué depuis le déclenchement de la révolution tunisienne (chômage, manque de perspectives...) et dans la crise politique que le pays traverse et qui impacte fortement la situation économique et sociale de la Tunisie. Pour notre interlocuteur, ces facteurs ne constituent néanmoins pas une spécificité liée au seul contexte tunisien puisqu'ils sont partagés avec d'autres pays africains pourvoyeurs de migrants. «La spécificité de note pays réside plutôt dans la hausse des départs des enfants, des mineurs non accompagnés et des familles entières. Cela renvoie à une autre problématique, à savoir le décrochage scolaire. Un phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur en Tunisie et qui pousse des centaines de mineurs à risquer leur vie en cherchant d'autres perspectives. Il y a également les problèmes d'éclatement des familles et la régression de son rôle ainsi que de celui de l'Etat». Le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux a précisé que l'abandon scolaire touchait annuellement entre 50.000 à 70.000 élèves qui ont fini par décrocher alors que l'école est obligatoire jusqu'à l'âge de seize ans.
Evoquant le cas de l'Algérie, Karim Kébir, journaliste algérien, explique la situation dans ce pays en distinguant entre deux périodes : celle avant le déclenchement du Hirak du 16 février 2019 et celle d'après.«Avant leHirak, la situation économiquemorose du pays et les disparités sociales ont été les principales causes du départ des Algériens vers d'autres cieux notamment les jeunes. En effet, les années 2000 ont été marquées par d'importantes recettes en devises grâce à la hausse du baril de pétrole qui avait atteint les 100 dollars et le lancement de plusieurs projets, mais l'impact direct de ces recettes et projets sur le quotidien de la population est resté mitigé vu la nature rentière de l'économie algérienne qui profite à une caste limitée. Ce contexte morose additionné aux difficultés d'obtenir des visas a poussé plusieurs jeunes à immigrer de manière irrégulière en quête d'un avenir meilleur», nous a-til expliqué. Et de poursuivre : «Après le Hirak, c'est plutôt le désespoir et le désenchantement qui ont pris les devants après l'arrêt net du mouvement de protestation à cause de la pandémie qui ont conduit plusieurs jeunes Algériens à risquer leur vie en tentant de rejoindre l'Europe. En effet, tous les espoirs promis par le Hirak se sont transformés en désillusions et en frustrations et notamment les attentes en termes de liberté. Les Algériens sont descendus dans la rue non pas pour protester uniquement contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat présidentiel, mais pour leur liberté, un vœu pieux qu'on a toujours du mal à réaliser comme en attestent les dernières arrestations de journalistes et d'opposants et la censure appliquée sur les réseaux sociaux».
A noter que les données de l'Union européenne sur l'immigration irrégulière au cours de l'année 2020 ont révélé que le nombre d'immigrants algériens arrêtés sur les côtes espagnoles a atteint 5.343. Notre source estime, en outre, que le contexte de la pandémie de coronavirus a gravement compliqué la situation du pays notamment au niveau économique. «Beaucoup d'entreprises sont aujourd'hui en difficulté. Certaines ont fermé leurs portes et ont licencié leurs salariés. Une situation qui n'augure rien de bon et qui n'offre pas d'espoir à beaucoup de jeunes», a-t-elle conclu.
Hassan Bentaleb


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.