Compteur coronavirus : 102 cas testés positifs et 3 961 3941 personnes vaccinées    Lois électorales : Les contours incertains d'un second round qui s'annonce houleux à la Chambre des Conseillers    ANRT : Les Marocains accros aux télécommunications en pleine pandémie    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Vers le report ou l' annulation de la CAN U17    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Comment réhabiliter le statut de la femme    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    «La bonne gouvernance et l'importance de l'entraîneur»    Adil Rachid se dit marginalisé par la Fédération...    OCP et Crédit Agricole du Maroc s'allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Al Bayane fête le 8 mars    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    «Je veux être ton égale en droit»    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Le Maroc élu à la vice-présidence    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Les femmes fortement impactées par la pandémie    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Exposition: sensualité et audace    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP
Publié dans Libération le 24 - 01 - 2021

2020 a été une année difficile pour le secteur du BTP. A combien estimez-vous les dégâts subis en termes de chiffres d'affaires et de pertes d'emploi?
2020 a été l'année la plus difficile pour notre secteur avec une perte catastrophique au niveau du chiffre d'affaires, variant entre 40 et 60% selon l'activité (bâtiments ou travaux publics), et d'emplois constatée notamment au niveau des occasionnels. Plusieurs entreprises ont dû fournir des efforts colossaux pour sauvegarder les emplois dans la perspective d'une véritable relance. Par ailleurs, les mesures prises dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, comme la limitation des déplacements intervilles et les règles de distanciation, qui ont fortement affecté l'exécution des chantiers, ont accentué l'impact de la crise sur la trésorerie des entreprises.
Nous avons constaté une atténuation de la baisse des ventes de ciment ces derniers mois (-10,9 % au lieu de -25 %), est-ce que cela augure d'une reprise du secteur ?
Cette légère amélioration peut s'expliquer par la reprise de grands projets tels que les ports et certains barrages mais aussi par la faible reprise de l'activité immobilière. Or, cela a été observé auprès d'une minorité d'entreprises seulement et ne concerne pas le secteur dans sa totalité, constitué principalement de TPME. Néanmoins, cette baisse des ventes demeure considérable et nous espérons que l'activité reprenne. D'ailleurs, la reprise de l'économie nationale est tributaire de celle de la commande publique, notamment dans le BTP.
Le Comité de veille économique a adopté récemment une mesure d'assouplissement en faveur des entreprises BTP, est-ce suffisant ? A votre avis, comment et quand le secteur pourra-t-il reprendre son rythme d'avant crise?
Le BTP n'a pas été considéré à sa juste valeur dès le début de la pandémie et n'a pas bénéficié des mêmes avantages que les autres secteurs comme l'industrie ou le tourisme. A titre d'exemple, nous pouvons citer les conditions défavorables pour notre secteur, qui ont été imposées par le produit Damane Relance, notamment le ratio de 7, mais également l'interprétation des dettes bancaires où on a confondu "dette bancaire" et "dette souveraine" (droits constatés), ce qui a exclu une grande partie des entreprises de notre secteur. A noter que celles qui ont respecté le ratio de 7 n'ont, quant à elles, bénéficié que de crédits insignifiants.
Encore plus alarmant : plusieurs maîtres d'ouvrages publics ne prennent pas en considération les retards causés par la pandémie et sanctionnent les entreprises du secteur impactées par la crise via des pénalités de retard, des mises en demeure, voire des résiliations de contrats. Ce comportement menace plusieurs entreprises de disparition et aggrave la problématique de trésorerie. De plus, le système bancaire considère que le secteur du BTP est à haut risque et ne veut plus accorder des crédits de fonctionnement supplémentaires pour améliorer la trésorerie des entreprises. Alors que le secteur du BTP ne peut véritablement reprendre le rythme normal de sa contribution à la relance de l'économie nationale que s'il se voit accorder un véritable accompagnement. Nous souhaitons donc que la reprise du dossier des mesures d'accompagnement du secteur, selon les nouvelles dispositions sanitaires, ne prenne pas autant de temps. Elle ne doit pas être retardée par d'autres conditions qui pourraient empêcher, une fois de plus, nos entreprises de bénéficier des assouplissements escomptés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.