Amnesty International dénonce les méthodes répressives qui ciblent les militants du Hirak depuis deux ans    Une Université des jeunes à Al-Hoceima pour soutenir les initiatives de participation citoyenne    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    Le dirham s'apprécie face au dollar    Ligue des champions: Le Bayern atomise La Lazio et Chelsea s'offre l'Atlético    Le Maroc et la Serbie, deux marchés prometteurs au potentiel énorme    Le prix du poisson et des huiles en hausse à fin janvier    Abdellatif Maâzouz : « Le retrait du Maroc de la liste grise de l'UE devrait renforcer l'intérêt des investisseurs »    Le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Astrazeneca    Météo: les villes où il va pleuvoir au Maroc à partir de jeudi    Face aux accusations du syndicat des avocats, la DGAPR répond    Insertion des jeunes par le sport : TIBU Maroc partage son expérience    Perturbations et lenteur: Maroc Telecom s'explique    Nouveau Hyundai Creta : encore plus audacieux    Economie : la longue marche vers le rétablissement    Il y a fort à faire pour une justice électorale et pour le renforcement du pluralisme politique    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Selon une nouvelle note secrète de la CIA, une guerre des clans mine le régime algérien et conduira à son effondrement    CAN U20 Mauritanie : Un derby maroco-tunisien en quart de finale    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    L'économie nationale renoue avec la croissance en 2021    RCI Finance Maroc: baisse de 23,6% de la production en 2020    Amnesty International dénonce une «stratégie délibérée» pour «écraser la dissidence»    Le fiduciarisme face au sécularisme    La classe politique évoque « un non-événement »    Le football féminin et africain au menu de la visite de Gianni Infantino au Maroc    Mission réussie pour le Wydad, Al Ahly tombe    Invaincu 527 minutes, Bounou rentre dans la légende du FC Séville    Algérie : Le Hirak exprime l'exaspération d'une population qui étouffe, selon le Monde    Un pari réussi en temps de pandémie !    L'Institut français de Tanger-Tétouan reprend ses activités    L'Europe doit se défaire de la logique du professeur et de l'élève dans sa relation avec le voisinage sud, déclare Nasser Bourita    Centrale Danone : une vingtaine de nouveaux produits "fortifiés"    Vaccination : le Maroc approuvera-t-il la dose unique ?    Nasser Bourita s'entretient avec Arancha Gonzalez Laya    Les Etats-Unis persistent et signent    Multilinguisme entre défis et opportunités    Béni Mellal-Khénifra : Naissance d'un nouveau club du dialogue et de la coexistence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Timide reprise du marché du travail à l'échelle mondiale
Publié dans Libération le 27 - 01 - 2021


La reprise du marché du travail à travers le monde devrait être lente, inégale et aléatoire, selon le rapport que vient de publier l'Organisation internationale du travail (OIT). Après les perturbations sans précédent qui ont marqué l'année 2020, en raison de la pandémie de Covid-19, le marché du travail montre des signes d'une timide reprise économique à l'échelle mondiale. Selon la septième édition de l'« Observatoire de l'OIT : le Covid19 et le monde du travail », quand bien même l'on s'attend à une forte reprise économique dans la seconde moitié de 2021 en raison du déploiement de la vaccination contre le Covid 19, force est de constater que l'économie mondiale fait toujours face à un haut niveau d'incertitude et le risque d'assister à une reprise inégalement répartie existe. Si le rapport fait état de la persistance d'un déficit au niveau de l'emploi au cours de cette année, il présente également trois scénarios en matière de relance : un scénario de référence, un scénario pessimiste et un scénario optimiste. Ainsi, selon le scénario de référence, qui s'appuie notamment sur les prévisions économiques du FMI d'octobre 2020, une baisse persistante de 3% des heures de travail équivalant à 90 millions d'emplois à temps plein (ETP) est attendue en 2021 par rapport au quatrième trimestre de 2019. S'agissant du scénario pessimiste, les pertes en heures de travail en 2021 resteraient à 4,6%, soit 130 millions d'ETP par rapport au quatrième trimestre de 2019. Quant au scénario optimiste, qui suppose des conditions plus favorables, le rapport table sur une baisse de 1,3% des heures de travail cette année équivalant à 36 millions d'ETP par rapport au quatrième trimestre de 2019. A noter qu'en 2020, 8,8% des heures de travail au niveau mondial ont été perdues en comparaison avec le quatrième trimestre de 2019, a indiqué l'OIT dans son rapport. Equivalant à 255 millions d'emplois à temps plein, ces heures de travail perdues représentent environ un nombre quatre fois plus élevé que celui des heures perdues pendant la crise financière mondiale de 2009, a souligné l'agence onusienne. Soulignons que « les pertes en heures travaillées ont été particulièrement importantes en Amérique latine et dans les Caraïbes, en Europe du Sud et en Asie du Sud », a relevé l'OIT. Selon les nouvelles données contenues dans son rapport, au quatrième trimestre, les heures de travail au niveau mondial se sont inscrites en baisse de 4,6%, correspondant à 130 millions d'emplois à temps plein. Précisons que « la baisse des heures de travail en 2020 s'est traduite à la fois par des pertes d'emplois et par une réduction des heures de travail pour celles et ceux qui ont gardé leur emploi, avec des variations significatives selon les régions », comme l'a souligné l'organisation internationale. En comparaison avec 2019, l'année 2020 a enregistré des pertes d'emplois sans précédent au niveau mondial atteignant 114 millions d'emplois. « En termes relatifs, les pertes d'emplois ont été plus élevées chez les femmes que chez les hommes, et chez les jeunes travailleurs, par rapport aux travailleurs plus âgés », a fait savoir l'organisation. En effet, en 2020, les femmes ont été plus touchées que les hommes par les perturbations entraînées par la pandémie sur le marché du travail et les pertes d'emplois ayant affecté les femmes se sont élevées à 5% contre 3,9% pour les hommes. Concernant les jeunes travailleurs, le rapport explique qu'ils ont été particulièrement impactés, soit en perdant leur emploi, soit en quittant la vie active ou encore en retardant leur entrée sur le marché du travail. Selon les chiffres publiés dans l'Observatoire de l'OIT, « les pertes d'emplois chez les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) s'élevaient à 8,7%, contre 3,7% pour les adultes. Dans son rapport, l'OIT a toutefois constaté que les pertes d'emplois se sont traduites essentiellement par une augmentation de l'inactivité plutôt que du chômage. En effet, 71% des pertes d'emplois (81 millions de personnes) « relèvent de l'inactivité plutôt que du chômage, ce qui signifie que ces personnes ont quitté le marché du travail parce qu'elles n'étaient pas en mesure de travailler, peut-être en raison des mesures de restriction liées à la pandémie ou, tout simplement, parce qu'elles ont cessé de chercher du travail », a expliqué l'OIT. Soulignons que l'inactivité a eu pour conséquence une baisse de la population active dans le monde de 2,2 points de pourcentage, à 58,7%. A en croire les économistes de l'OIT, les pertes massives de revenus du travail observées au cours de l'année écoulée ont entraîné « une baisse de 8,3% des revenus du travail de manière globale (avant la prise en compte des mesures de soutien) », équivalant à 3.700 milliards de dollars ou encore 4,4% du PIB. Le rapport note également que le secteur le plus touché est celui des activités d'hébergement et de restauration, dans lequel l'emploi a baissé de plus de 20%, en moyenne, suivi par le commerce et les activités de fabrication.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.