Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Climat : l'ONU appelle à abandonner les combustibles fossiles comme source d'énergie    Bourse Chevening : London Academy de Casablanca apporte son soutien    Sahara: la Zambie toujours aux côtés du Maroc    Schalke : Amine Harit autorisé à se trouver un nouveau club    Maroc/Finance: Le Trésor place 7,6 MMDH d'excédents de trésorerie    Météo Maroc: le temps prévu ce vendredi 7 mai    L'affaire du dénommé Brahim Ghali sous les projecteurs de la presse nationale et internationale (Vidéo)    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    Maroc: bientôt une nouvelle loi sur le micro-crédit    Affaires Radi-Raissouni : Bouayach se positionne dans le gris    Le PAM, le PI et le PPS réclament «une bonne préparation des échéances électorales»    L'ONMT organise les "Tourism Marketing Days régionales" pour préparer la relance    La coopération Maroc-Serbie prendra une nouvelle dimension dans un proche avenir (ministre serbe des AE)    Le Maroc et l'ONU célèbrent l'Arganier à Agadir    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Le Maroc rappelle son ambassadeur à Berlin    Mounir Satouri : Ghali-gate, rien ne saurait justifier l'impunité    Décélération du rythme d' accroissement du crédit bancaire en mars    La DGAPR dément les allégations fallacieuses véhiculées par Chafiq Omerani    Marchés/Ramadan: approvisionnement abondant et prix stables    Chelsea mate le Real et s'offre une finale anglo-anglaise    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Covid-19 au Maroc: plus de 4,3 millions de personnes complètement vaccinées    Japon : l'état d'urgence prolongé, les JO compromis ?    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue gabonais    Madrid : une conservatrice à la tête du Parlement régional    Le Maroc représenté dans le nouvel institut de Jared Kushner    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Temara: Un accord trouvé entre les éboueurs grévistes et le Conseil communal    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    En Algérie, un haut dignitaire religieux renie aux Algéries non-musulmans leur nationalité    Bill Gates, légende de l'informatique devenu milliardaire philanthrope    La France a profité du cannabis marocain    Interview avec Mouna Hachim, écrivain: « Casablanca est victime d'un réel problème de gouvernance »    Exposition : «Primary Colors» se poursuit dans l'espace Artorium à Casablanca    Prime 3-Replay: Découvrez le courage inouï de Souileh dans la Catapulte infernale    Fitch Ratings confirme la notation par défaut des émetteurs en devises à long terme du Maroc    "Il faut avoir une démarche plus inclusive des TPME", affirme Chakib Alj    Covid: La France ouvre la vaccination aux mineurs de 16 et 17 ans atteints de certaines maladies graves    Botola Pro: les résultats et le classement de la 14ème journée    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Coupe du Trône : Les FAR éliminent le RAJA et rejoignent le carré final    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mer plus chaude en Arctique responsable de vagues de froid en Europe
Publié dans Libération le 11 - 04 - 2021

La mer de l'Arctique, débarrassée de sa banquise sous l'effet du réchauffement, contribue directement aux chutes de neige plus extrêmes en Europe, comme l'épisode glacial de 2018 surnommé "la Bête de l'Est", selon une étude publiée jeudi. Cet événement qui avait paralysé une grande partie du nord de l'Europe en février et mars 2018 avait coûté plus d'un milliard d'euros par jour rien qu'au Royaume Uni. Selon une étude publiée jeudi dans la revue Nature Geoscience, ces tempêtes de neige exceptionnelles étaient une conséquence directe des eaux "anormalement chaudes" dans la mer de Barents, dont 60% de la surface était libérée de la banquise quelques semaines avant cet événement connu comme "La Bête de l'Est" en Angleterre, le "canon à neige" en Suède ou le phénomène "Moscou-Paris" en France.
Avec le réchauffement de l'Arctique, plus rapide que le reste de la planète, le vortex polaire - zone d'air froid et de basse pression typique des pôles durant les saisons froides - est plus enclin à se déplacer vers le Sud. "Ce que nous avons découvert, c'est que la banquise est effectivement un couvercle sur l'océan", a expliqué l'auteure principale de l'étude Hannah Bailey, de l'université d'Oulu en Finlande. "Et avec sa disparition à long terme à travers l'Arctique depuis les années 1970, plus d'humidité entre dans l'atmosphère pendant l'hiver, ce qui a un impact direct sur la météo plus au sud, provoquant des épisodes extrêmes de chutes de neige", a-t-elle ajouté.
Les chercheurs ont mesuré en temps réel les isotopes contenus dans la vapeur d'eau atmosphérique sur la période menant à l'épisode de 2018: les isotopes contenus dans la vapeur d'eau issue de la neige fondue étant différents de ceux issus de la mer, ils ont pu quantifier exactement quel excès d'humidité s'était dégagé de la mer de Barents pendant cette période. Ainsi, environ 140 gigatonnes d'eau s'est évaporée de la mer, soit 88% de l'humidité retombée en neige sur l'Europe, selon leurs calculs. L'étude conclut que si les tendances actuelles du réchauffement se poursuivent, la mer de Barents libérée de la banquise sera une source majeure d'humidité pour l'Europe continentale, provoquant d'importantes pluies ou chutes de neige, avec leurs lots d'impacts sur les infrastructures et le trafic. "Cela voudra dire des perturbations dans l'approvisionnement en nourriture, en carburant, la destruction de cultures...", a mis en garde Jeffrey Welker, de l'Université d'Alaska à Anchorage. "Cela peut sembler contre-intuitif" que le réchauffement de l'océan en Arctique provoque plus de neige en Europe, "mais la nature est complexe et ce qui se passe dans l'Arctique ne reste pas dans l'Arctique", a noté Hannah Bailey.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.