Nouvelles révélations sur les liens entre Alger et le Hezbollah    Le Maroc suit avec profonde inquiétude les violents incidents à Al Qods Acharif et dans la mosquée Al-Aqsa    VIDEO// Dr Mourad Yazid raconte comment se porte la Malienne qui a accouché de 9 bébés à Casablanca    SM le Roi Mohammed VI commémore Laylat Al-Qadr    L'accueil en Espagne du chef du polisario entache sérieusement le partenariat avec le Maroc (Parti de l'Istiqlal)    Classement UEFA / 2020-2021 : Le Bayern premier, le Man City dépasse le Barça    Volley-ball: Démarrage du championnat avec 16 clubs en Excellence    CAN 2021 / Affaire Guelor : La décision repoussée au 16 mai    Prévisions météorologiques pour le lundi 10 mai 2021    Le Maroc et la lutte antiterroriste : récit d'un succès reconnu à l'échelle internationale    Arabie Saoudite: Les autorités confirment l'organisation du Haj    Ecosse: les indépendantistes exigent un référendum sur l'indépendance    Entreprises privées: Délais de paiement supérieurs aux délais réglementaires    Covid-19 au Maroc: 236 nouveaux cas et 374 guérisons en 24H    Réprobation unanime des partis politiques marocains    Les indicateurs hebdomadaires de Bank Al-Maghrib    La Banque Populaire accompagne la relance économique des régions    Les Etats-Unis saisissent une cache d'armes en mer d'Arabie    Habib El Malki loue la qualité de la coopération maroco-rwandaise    Message de l'Emir de l'Etat du Koweït à S.M le Roi    L'Espagne lève l'état d'urgence sanitaire    L'OMS adoube Sinopharm    Le Festival du cinéma méditerranéen deTétouan dévoile la composition de ses jurys    La gestion sécuritaire des conflits sociaux en Algérie est " porteuse de tous les dangers "    En Espagne, les destins de deux apprentis toreros figés par la pandémie    Oujda : 7 personnes arrêtées pour contrefaçon de marques commerciales et emballage de denrées alimentaires périmées    Covid-19 : la Tunisie annonce un confinement général du 9 au 16 mai    Incidents à Al Qods Acharif : le Maroc réagit    Maroc : Le président du Ministère public exhorte les responsables à lutter contre la vente illégale de médicaments    Le nom de feu Abdelkhalek Louzani accolé au Stade municipal d'Essaouira    Maroc : la britannique Xlinks va construire un complexe éolien et solaire et vendre l'électricité produite au Royaume-Uni    Attijariwafa bank candidate au rachat de Union Bank of Nigeria    Algérie : Grève générale de trois jours dans le secteur de l'éducation à l'appel de quatorze syndicats    Rkia Taghi, veuve de Mohamed Ferhat, le départ d'une icone    Climat des affaires : la nouvelle feuille de route sur 5 ans [Document]    Botola Pro D1:Le MCO bat in extremis l'OCS    Souad Khouyi, comédienne de haute extraction    « Night Walk », La Fouine chez Aziz Tazi    Vogue, le monde de Hassan Hajjaj    Festival international du court métrage du Souss: une édition virtuelle du 21 au 24 mai à Aït Melloul    Signature d'une convention-cadre de partenariat pour la promotion du sport scolaire    Champions League: Hakim Ziyech titulaire face à City ?    Le Maroc suit avec profonde inquiétude les violents incidents à Jérusalem    Fusée chinoise : les dernières informations de l'agence spatiale    Sages-femmes au Maroc, un métier indispensable mais précarisé    Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Liban, ils ont survécu à la guerre civile mais sont terrassés par la crise
Publié dans Libération le 15 - 04 - 2021

Durant les longues années de la guerre civile libanaise, Abla Barotta et sa famille se précipitaient au sous-sol pour se mettre à l'abri des bombardements et des tirs d'obus. Mais dans un Liban en plein effondrement, quel refuge pour échapper à la pauvreté? Dansson appartement d'un vieux quartier de Beyrouth, la quinquagénaire s'est remise de ses blessures du 4 août, quand l'explosion meurtrière du port a ravagé la moitié de la capitale, et son foyer a pu être rebâti grâce à des ONG. Pendant le conflit qui a déchiré le Liban entre 1975 et 1990, "on avait peur de mourir tué par un obus ou un franc-tireur",se souvient Mme Barotta. "On entendait les bombardements, on se cachait dans la maison ou dans les abris. Mais, aujourd'hui, comment se cacher de la faim? De la situation économique? De la Covid? De nos dirigeants?", déplore cette mère de trois enfants. Pour de nombreux Libanais, avec la dépréciation historique de la monnaie, les restrictions bancaires draconiennes et l'inflation galopante, leur nation vit peut-être aujourd'hui une situation plus grave encore que les jours noirs de la guerre civile. Le petit pays du Proche-Orient marque mardi le 46e anniversaire de ce conflit. Le 13 avril 1975, les premiers affrontements éclataient entre partis chrétiens et factions palestiniennes appuyées par des partis de gauche et musulmans. Quinze années durant, les fronts vont se multiplier et la guerre impliquera des acteurs régionaux. Le Liban multiconfessionnel se morcelle, les communautés se barricadent dans leurs régions. Les miliciens font la loi, recevant des armes et surtout de précieux dollars des soutiens étrangers.
Mais les escalades sont ponctuées de périodes d'accalmie, offrant un semblant de normalité. L'économie continue de tourner et les commerces rouvrent dès qu'ils le peuvent. "Malgré les horreurs de la guerre (...), nos besoins étaient couverts", assure Mme Barotta. Le conflit, qui a fait plus de 150.000 morts et 17.000 disparus, prend fin en 1990. Les seigneurs de guerre troquent leur treillis militaire pourle costume-cravate, enchaînant les postes au gouvernement et au Parlement sans jamais construire un Etat de droit et des institutions dignes de ce nom. Jusqu'à ce que l'édifice bancal s'écroule, avec l'effondrement économique de l'automne 2019, malgré les mises en garde cette année-là d'un mouvement populaire inédit qui dénonce la corruption et l'incompétence des dirigeants.
Aujourd'hui, 55% des plus de quatre millions de Libanais vivent sous le seuil de pauvreté, avec moins de 4 dollars par jour, selon l'ONU. "Nous n'avions jamais vécu ça, une telle crise économique, l'inquiétude de savoir ce qu'on allait mangerle lendemain", estime Mme Barotta dans sa salle à manger encombrée par des meubles en bois sombre. Ces dernières semaines, des rixes ont eu lieu dans des supermarchés entre des clients à la recherche de produits subventionnés, comme l'huile ou le riz. Les pénuries s'enchaînent et trouver certains médicaments ou du lait pour bébé relève du parcours du combattant. La Covid-19? Une plaie de plus pour ce petit pays qui compte à ce jour près de 500.000 cas et plus de 6.600 morts. Malgré l'urgence, les politiciens restent absorbés par leurs querelles. Le pays attend depuis des mois la formation d'un nouveau gouvernement qui ne vient pas. La communauté internationale s'agite en vain.
A la crise économique s'est ajoutée la gigantesque explosion le 4 août 2020 de centaines de tonnes de nitrate d'ammonium —stockées en pleine ville depuis des années au mépris des risques—, qui a fait plus de 200 morts et des milliers de blessés. Dans son quartier de Karantina, accolé au port, Jean Saliba, 63 ans, énumère le nom des familles qui ont perdu un proche. Huit mois aprèsla tragédie, des volontaires s'activent encore pourfinirlesreconstructions. "Nous n'avons pas vu l'Etat", accuse le sexagénaire. Sans "les aides (...) des ONG, les gens n'auraient pas la force de persévérer." Pour ce père de trois enfants, la guerre civile est "une goutte d'eau dans un océan" comparée aux horreurs vécues ces derniers mois. Pendant la guerre, se souvient-il, les gens reprenaient le travail quand les bombardementsse tassaient ou quand une trêve était décrétée. "Mais aujourd'hui, qui peut gagner de l'argent?",s'interroge-t-il, alors que le taux de chômage frôle les 40%. Il vit grâce à une petite échoppe où il vend des tickets de loto. "Il n'y a plus de travail, économiquement, on est fini. On est un pays qui vit de la mendicité." A l'autre bout de la ville, Victor Abou Kheir tient un petit salon de coiffure. Depuis 1965, la décoration n'a pas changé: les mêmes fauteuils rétros en cuir noir, les armoires vitrées, l'étincelant formica blanc. Pendant la guerre, il a été kidnappé et on a tiré sur sa boutique. Quand les bombardements s'intensifiaient, il baissait son rideau. Mais pour l'homme de 77 ans au crâne dégarni, ce passé est "plus clément" que le quotidien de 2021. "Aujourd'hui, nous sommes confrontés à la faim (...) Certains jours, je n'ai qu'un ou deux clients." Les restrictions bancaires sur les retraits et l'effondrement de la livre face au dollar attisent sa colère. "Comment peuvent-ils prendre l'argent des gens? Le labeur de toute une vie placé" dans les banques, s'emporte-t-il. Assis sur le trottoir devant sa boutique, il attend des clients qui ne viennent pas. "Personne n'aime la guerre. Mais c'était des jours meilleurs."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.