Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mis en déroute par les clarifications du Souverain
Le Polisario relance sa guerre virtuelle contre le Maroc
Publié dans Libération le 01 - 08 - 2010

Le Polisario renoue, encore une fois, avec son discours va-t-en-guerre. Réagissant au discours de SM le Roi, prononcé vendredi à l'occasion du onzième anniversaire de son accession au Trône, le Front a accusé le Royaume du Maroc d'«attiser le feu de la guerre et des tensions» dans la région du Maghreb. A en croire un communiqué d'un soi-disant «ministère» de l'Information, que l'Agence de presse algérienne (APS) a repris illico sur son fil, à défaut de la réaction officielle algérienne, le Royaume du Maroc aurait fait là une «déclaration de guerre». Il va bien falloir, alors, une riposte. Or, quelle «surprise» nous a réservée cette fois le «président» en kaki Mohamed Abdelaziz? Rien. A part, peut-être, cette «cyber-guerre» qui a fait que quelques sites nationaux, publics ou privés, avaient disparu de la nature ou ont été légèrement endommagés. Jusqu'à hier matin, on n'a pas trouvé de traces de quelques valeureux sites nationaux tels que «Polisario. Confidentiel». Pas plus, d'ailleurs, que le contenu du site officiel marocain que l'on pouvait trouver, jusqu'à un passé récent, facilement sur «Wikipédia». Cela étant, et en dehors des dommages «virtuels», il n'y a aucune victime réelle à déplorer. En lieu et place d'une réaction argumentée au discours rationnel et décapant de SM le Roi, le Polisario semble avoir redécouvert le Net pour nous servir une littérature belliqueuse passée de mode puisque héritée de la défunte «guerre froide». Autant que le faux conflit, créé il y a maintenant trente-cinq ans, autour du Sahara marocain. L'Algérie, qui n'a pas réagi au discours Royal, est nommément pointée pour avoir été à l'origine de ce conflit factice. L'Algérie « va à l'encontre de la logique historique », a souligné le Souverain, précisant que « le Royaume du Maroc reste attaché à sa souveraineté et ne cèdera pas un seul pouce de son Sahara ». Point, à la ligne.
Maintenant, à l'opposé des fausses accusations du Polisario, le Royaume du Maroc n'a jamais voulu de cette «guerre», même ses capacités militaires sont plutôt dissuasives et le professionnalisme des Forces Armées Royales est universellement connu et reconnu. La proposition d'un statut d'autonomie au Sahara marocain, née de la vocation pacifique historique du Royaume, se veut ici une preuve éclatante. Et c'est une ligne rouge que le Maroc a fixée au processus de négociations, car c'est le maximum que puisse offrir le Maroc pour tourner la sombre page d'un conflit qui n'a jusqu'ici engendré que des drames inutiles.
Evoquant la situation de nos concitoyens séquestrés à Tindouf, le Souverain a affirmé que le Royaume n'épargnera aucun effort, ni aucun moyen, pour lever le siège inclément qui leur est imposé par le Polisario avec la bénédiction algérienne, contrairement à toutes les dispositions du droit international et les principes élémentaires des droits de l'Homme. Le refus algérien d'ouvrir les portes de l'étouffoir de Tindouf, - région digne des tristement goulags staliniens -, devant les organisations de défense des droits de l'Homme procède plutôt de la peur de la vérité. Ouvrir les portes de cet enfer, c'est ouvrir une véritable boîte de Pandore. Une réelle tache sur le «front» de la communauté internationale ! On devine facilement le coût humanitaire de ce siège plus que trentenaire et si les Algériens, les jeunes notamment, sont de plus en plus nombreux à vouloir quitter leur pays, on a toutes les difficultés à comprendre comment des séquestrés ont jusqu'ici pu tenir, à plus forte raison sous une chape de plomb à 60 degrés et surtout sous un régime sadique, tortionnaire et pour tout dire criminel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.