Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    La CGEM accueille une nouvelle fédération    MDJS: Diffusion de la Saison 2 de l'émission «3ich l'game»    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Peine de mort. Le tueur de Adnane sera-t-il exécuté ?    A travers « Souss Launchpad » : Enactus accompagne 800 jeunes dans le Souss Massa    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Sahara marocain : Le Bundestag rejette la discussion d'une motion hostile au Maroc    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 15 janvier    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    ONP : Digitalisation de la criée    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Championnat du monde de handball : Un derby maghrébin pour l'entrée en lice du Maroc    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les 30 saints de la métropole : Des havres de paix et de réconfort
Publié dans Libération le 25 - 08 - 2010

Si Marrakech est connue pour ses vénérés sept walis salehs, Casablanca, ville des Twin Center, cœur de la finance et métropole industrielle, peut s'enorgueillir d'une trentaine de saints, des havres de paix et de réconfort moral au milieu du tumulte et de la frénésie métropolitaine.
Ces marabouts sont disséminés aux quatre coins de la ville. Aux pieds des hauts buildings du futur centre financier (Sidi Belyout, dit patron de la ville ), aux détours des interminables avenues ( Sidi Mohammed Moul Essabyan, Bd Ghandi, Sidi Mohammed Mers Sultan, Bd Abdelmoumen), au cœur de la médina (Sidi Fateh), dans les quartiers de villas (Sidi M'Barek Bougadra), sur la côte (Sidi Abderrahmane) ou encore dans nombre de banlieues dont ils ont donné le nom (Sidi Moumen, Sidi Othman, Sidi Bernoussi, Sidi El Khadir) Autant de lieux de recueillement et de doléances qui drainent fidèles adeptes et visiteurs réguliers et occasionnels. Espaces qui contrastent avec la frénésie de la ville, tentaculaire, pressée, affairée et plutôt individualiste.
Et l'affluence, davantage féminine que masculine, sur les tombes de ces walis et chérifs est loin de tarir en ce mois de Ramadan même si le rythme et le temps de fréquentation baissent sensiblement. Les visites aux sanctuaires sont devenues courtes. Le temps de demander la baraka ou l'intermédiation du saint et de faire la petite offrande. Les gens sont pressés, car les exigences de la vie de tous les jours prennent vite le dessus'', explique un fquih qui a pignon sur rue dans le patio d'un saint du centre-ville. La trentaine de saints connaissent aussi des fortunes diverses en termes de nombre de pèlerins. Certains sont presque oubliés et ne sont visités qu'occasionnellement, d'autres ne sont animés que le week-end et durant certaines fêtes religieuses alors qu'un troisième groupe connait une affluence régulière, quotidienne.
Comme la fréquentation, les objectifs et attentes de la visite sont différents et multiples. Certains parmi les pèlerins viennent y quérir réconfort ou soutien psychologique, d'autres la guérison d'une maladie incurable. Certains visiteurs sont à la recherche de la concrétisation d'un vœu, d'autres à la quête de mystique et de sainteté alors que d'aucuns comptent tout simplement trouver avec qui deviser sur des choses de la vie, ses heurs et malheurs.
Et pour cause, chacun des saints de la métropole est réputé détenir des pouvoirs et dons, certains mythiques et mystiques, d'autres thérapeutiques ou surnaturels''.
Ainsi de Sidi Abderrahmane, dont la tombe se trouve sur un rocher en face de la plage d'Ain Diab, qui est, dit-on, sollicité pour remédier au mal d'amour ou de fécondité. Sidi Mohammed Moul Essabyan, est, lui, censé guérir les enfants alors que Sidi Moumen Boulahnech est connu pour son savoir sur la peste. Sidi Fateh, en médina, se trouve être la destination des pauvres et des malheureux, Sidi Ahmed Benychou et Sidi Messaoud (sorties nord et ouest de Casablanca) sont considérés comme les sanctuaires des aliénés et des personnes souffrant de troubles psychiques alors que Sidi Allal Al Kairaouani (Quartier Bourgogne) est connu pour être le patron des pêcheurs, lesquels sollicitent son soutien en cas de difficultés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.